En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 393.74 PTS
+0.00 %
5 399.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 326.90
+0.00 %
DAX PTS
12 219.02
-
Dowjones PTS
26 405.76
+0.61 %
7 490.32
+0.00 %
1.168
+0.06 %

En Egypte, la percée de l'Etat dans le juteux marché de la téléphonie mobile

| AFP | 338 | Aucun vote sur cette news
Un panneau publicitaire de l'opérateur mobile
Un panneau publicitaire de l'opérateur mobile "WE" dans les rues du Caire, le 31 octobre 2017 ( MOHAMED EL-SHAHED / AFP/Archives )

A coups de publicités tapageuses et de promotions exceptionnelles, Telecom Egypt, la compagnie publique historique de la téléphonie et de l'internet fixes en Egypte, vient de frapper fort.

Après seulement un mois d'existence, sa filiale mobile "WE" se targue d'avoir séduit un million de clients. De quoi satisfaire les ambitions de l'Etat égyptien, qui cherche dans ce marché lucratif de nouvelles sources de revenus.

Selon l'Autorité nationale de régulation des télécommunications (NTRA, en anglais), l'Egypte comptait en 2016 plus d'abonnés au mobile que d'habitants, soit près de 100 millions d'abonnements.

Le nombre de souscriptions à la téléphonie fixe et à l'ADSL, en comparaison, n’atteignait pas les 10 millions. Depuis 1998, Vodafone, Orange (anciennement Mobinil) et, depuis 2006, Etisalat se partageaient le marché.

Officiellement, l'arrivée de WE vise à favoriser la concurrence et à susciter des prix attractifs.

Telecom Egypt a lancé une grande opération de promotion de sa filiale mobile
Telecom Egypt a lancé une grande opération de promotion de sa filiale mobile "WE" ( MOHAMED EL-SHAHED / AFP/Archives )

Le climat s'est avéré opportun pour ce nouveau venu. Son lancement a coïncidé avec la mise en application officielle de la 4G, longtemps retardée par le gouvernement, le 28 septembre.

Autre hasard du calendrier favorable, la NTRA a décidé d'appliquer une hausse des prix de 30% sur la téléphonie mobile.

Conformément à l'usage commercial, WE peut toutefois proposer des prix imbattables, un privilège accordé de manière temporaire à tout nouvel entrant dans un marché.

Mise en place de manière soudaine, cette hausse des prix répond à une demande ancienne de Vodafone Egypt, Orange Egypt et Etisalat Misr, qui se plaignaient de devoir maintenir leurs tarifs dans un pays en pleine crise économique.

L'inflation annuelle tourne autour de 30% depuis la dévaluation fin 2016 de la monnaie locale, qui a perdu la moitié de sa valeur face à l'euro et au dollar.

- 'Terrain difficile' -

Cette concurrence inquiète les opérateurs en place --dont Orange, qui a investi quelque 15 milliards de livres égyptiennes (plus de 730 millions d’euros) pour le développement de la 4G--, du fait des risques de dumping et d'abus de position dominante.

Le PDG d'Orange, Stephane Richard, s'exprime lors d'une conférence de presse près des pyramides de Gizeh, au sud du Caire, le 8 mars 2016
Le PDG d'Orange, Stephane Richard, s'exprime lors d'une conférence de presse près des pyramides de Gizeh, au sud du Caire, le 8 mars 2016 ( KHALED DESOUKI / AFP/Archives )

"C'est une grosse responsabilité pour le gouvernement de faire en sorte que les règles de la concurrence s'établissent de manière équitable", a prévenu Jean-Marc Harion, PDG d'Orange Egypt.

M. Harion appelle les autorités égyptiennes à imposer un véritable système de régulation, à l'instar de ce qui se pratique dans "un marché concurrentiel", en regrettant que cela n'ait pas toujours été le cas.

De son côté, l'opérateur public rappelle qu'à l'ère des smartphones, son entrée dans le marché du mobile n'a rien de surprenant.

"C'est une question de vie ou de mort", estime Ahmed El Beheiry, PDG de Telecom Egypt. "Avec le temps, les gens vont abandonner l'internet fixe et se diriger vers le mobile", prévoit-il.

L'entreprise nationale songeait d'ailleurs depuis longtemps à la téléphonie mobile. Elle a, entre temps, investi dans le premier opérateur du pays, Vodafone Egypt, à hauteur de 45%.

Malgré ce conflit d'intérêt dénoncé par la concurrence et même la NTRA, l'opérateur public ne rencontre pour l'instant aucune entrave.

"On ne peut pas dire que nos concurrents sont des opérateurs faibles, des petits joueurs. Il n'y a pas de terrain plus difficile que celui dans lequel nous entrons", relativise M. Beheiry, qui nie tout favoritisme.

La présence de Telecom Egypt sur tout le territoire à travers son monopole sur les infrastructures fixes est un atout majeur pour WE.

Un panneau publicitaire pour l'opérateur
Un panneau publicitaire pour l'opérateur "WE" dans la capitale égyptienne ( MOHAMED EL-SHAHED / AFP/Archives )

Mais ce monopole pourrait constituer "un grand défi en raison des nombreuses plaintes sur la qualité des services fixe", estime Ahmed Adel, analyste en télécoms à la banque d'investissement Beltone Financial.

Quant au mobile, Telecom Egypt dépend pour le moment du réseau d'Etisalat Misr et devra à terme démontrer "sa capacité à acquérir une part de marché en l'absence de tout avantage opérationnel", c'est-à-dire sans réseau ni infrastructures jusqu'à ce jour, ajoute M. Adel.

Mostafa Abdel-Wahed, le président exécutif de la NTRA, n'a pas souhaité répondre directement aux sollicitations de l'AFP.

"L'entrée du quatrième opérateur mobile contribue à accroître la libre concurrence entre les entreprises au profit des citoyens en termes de qualité des services et de prix", a justifié par courriel la NTRA, ajoutant qu'elle traite "toutes les entreprises à égalité, sans aucune distinction".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2018

André Coisnes devrait démissionner prochainement, moins d'un an après le lancement par le numéro un français des télécoms Orange de sa banque sur mobile, selon des sources citées par l'agence…

Publié le 19/09/2018

Suresnes, le 19 septembre 2018 : Recylex S.A. (Euronext Paris : FR0000120388 - RX) prend acte du jugement rendu le 18 septembre 2018 par le Tribunal de Grande Instance de Béthune…

Publié le 19/09/2018

      Aujourd'hui, lors de son « Investor Day » annuel, Ageas a dévoilé son plan stratégique triennal pour la période 2019-2021, baptisé Connect21. Ce nouveau…

Publié le 19/09/2018

Osmozis, opérateur de réseaux WiFi multi-services dédiés à l'hôtellerie de plein air en Europe, annonce le lancement d'OsmoRelax, le premier...

Publié le 19/09/2018

Horizontal Software, éditeur de logiciels de nouvelle génération, remporte plusieurs contrats pour déployer son nouveau module d'évaluation des...