En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 837.25 PTS
-0.59 %
5 822.5
-0.83 %
SBF 120 PTS
4 598.60
-0.53 %
DAX PTS
13 105.61
-0.46 %
Dow Jones PTS
27 909.60
-0.38 %
8 362.74
-0.41 %
1.106
+0.03 %

En Chine, il faut se faire tirer le portrait pour acheter un portable

| AFP | 241 | Aucun vote sur cette news
Une utilisatrice de portable en Chine, où le gouvernement a imposé à partir du 1er décembre 2019 un enregistrement par reconnaissance faciale des acheteurs de nouveau numéro de téléphone
Une utilisatrice de portable en Chine, où le gouvernement a imposé à partir du 1er décembre 2019 un enregistrement par reconnaissance faciale des acheteurs de nouveau numéro de téléphone ( WANG ZHAO / AFP/Archives )

A partir de dimanche, les personnes achetant un téléphone portable dans une boutique en Chine devront accepter de se faire enregistrer par reconnaissance faciale et que leurs données soient gardées comme correspondant au numéro.

Dans un pas supplémentaire pour mieux contrôler le cyberespace, le gouvernement chinois avait publié en septembre une directive destinée à "préserver les droits légitimes et les intérêts des citoyens en ligne", en renforçant l'enregistrement sous son identité réelle.

Elle prévoit notamment que les opérateurs téléphoniques doivent "utiliser l'intelligence artificielle et tous les moyens techniques possibles" pour s'assurer de l'identité réelle de gens achetant un nouveau numéro de téléphone.

Cela signifie que les acheteur pourront être enregistrés en train de tourner la tête et de cligner des yeux, a expliqué à l'AFP un représentant de l'opérateur China Unicom.

La directive de septembre promet également de "continuer à augmenter la supervision et les inspections" afin d'assurer le respect de l'obligation d'enregistrement sous identité réelle.

Bien que cet enregistrement sous identité réelle soit déjà en vigueur depuis au moins 2013, le recours à l'intelligence artificielle et la reconnaissance faciale est nouveau dans ce domaine.

Sur le web, les utilisateurs réagissaient avec un mélange de soutien et d'inquiétude, craignant que leurs données biométriques ainsi enregistrées ne puissent ensuite être transmises à d'autres entités ou vendues.

"Du contrôle, et encore plus de contrôle", regrettait un utilisateur de Weibo ( LIONEL BONAVENTURE / AFP/Archives )

"Du contrôle, et encore plus de contrôle", écrivait un utilisateur sur Weibo, l'équivalent chinois de Twitter.

Mais la reconnaissance faciale est une technologie de plus en plus utilisée en Chine, aussi bien pour la sécurité que pour des usages beaucoup plus courant, par exemple aux caisses des supermarchés.

Le pays a récemment connu ses premiers procès sur l'usage de cette technologie. Début novembre, un professeur a ainsi attaqué la direction d'une réserve d'animaux à Hangzhou, non loin de Shanghaï, qui exigeait une identification par reconnaissance faciale pour les visiteurs.

Le site Weibo a, lui aussi, l'obligation d'enregistrer l'identité réelle de ses utilisateurs depuis 2012.

Le gouvernement chinois surveille de plus en plus étroitement les réseaux sociaux pour, dit-il, "promouvoir un développement sain et ordonné d'Internet et protéger la sécurité de l'Etat et l'intérêt public".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/12/2019

Les sociétés d'investissement de Jean-Charles Naouri, qui coiffent le groupe de distribution Casino, ont annoncé lundi avoir finalisé leurs projets de plans de sauvegarde.

Publié le 09/12/2019

Le groupe Avenir Telecom a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 15,2 millions d'euros au 1er semestre 2019-2020, quasiment stable par rapport à...

Publié le 09/12/2019

La cession de l'activité banque de détail de HSBC en France serait devenue une priorité, selon des sources syndicales citées lundi par 'Les Echos".

Publié le 09/12/2019

Prochaines rendez-vous à San Francisco...

Publié le 09/12/2019

Visiativ présentera le 8 janvier 2020 son 3e plan stratégique, baptisé Catalyst 2023, après avoir achevé avec succès ses deux précédents plans stratégiques avec un an d'avance...