5 366.15 PTS
-
5 364.00
-
SBF 120 PTS
4 270.60
-
DAX PTS
13 167.54
-
Dowjones PTS
23 590.83
+0.69 %
6 378.63
+1.11 %
Nikkei PTS
22 646.08
+1.02 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Trump défend "l'Amérique d'abord", Xi la mondialisation

| AFP | 228 | Aucun vote sur cette news
Donald Trump lors du sommet annuel annuel du forum de l'Asie-Pacifique (Apec), à Danang (Vietnam), le 10 novembre 2017
Donald Trump lors du sommet annuel annuel du forum de l'Asie-Pacifique (Apec), à Danang (Vietnam), le 10 novembre 2017 ( Anthony WALLACE / POOL/AFP )

L'un défend "L'Amérique d'abord", l'autre la vague "irréversible" de la mondialisation: Donald Trump et Xi Jinping ont livré vendredi au Vietnam deux visions singulièrement différentes de l'avenir des échanges commerciaux.

Dans la ville côtière de Danang, au Vietnam, qui accueille le forum de l'Asie-Pacifique (Apec), le président américain et son homologue chinois, à la tête des deux premières économies de la planète, ont, à quelques minutes d'intervalle, marqué leurs différences.

Dénonçant "les abus commerciaux chroniques" que les Etats-Unis ne peuvent plus "tolérer", vouant aux gémonies les accords multilatéraux qui "lient les mains" de son pays, M. Trump a livré un discours à la tonalité résolument isolationniste.

Le président chinois Xi Jinping à son arrivée à l'aéroport de Danang (Vietnam), le 10 novembre 2017, pour assister au sommet annuel du forum de l'Asie-Pacifique (Apec)
Le président chinois Xi Jinping à son arrivée à l'aéroport de Danang (Vietnam), le 10 novembre 2017, pour assister au sommet annuel du forum de l'Asie-Pacifique (Apec) ( Ye Aung Thu / AFP )

"Je mettrai toujours l'Amérique d'abord de la même manière que j'espère que vous tous dans cette pièce donnerez la priorité à vos pays respectifs", a-t-il lancé, reprenant une formule déjà utilisée à la tribune des Nations unies en septembre.

Dans un contraste saisissant, Xi Jinping, qui vient de cimenter encore un peu plus son pouvoir à la faveur du dernier Congrès du parti communiste, s'est posé en grand défenseur de la mondialisation.

Les échanges doivent être repensés pour être "plus ouverts, plus équilibrés, plus équitables et bénéfiques pour tous", a-t-il expliqué.

"Nous devrions soutenir le libre-échange et pratiquer un régionalisme ouvert pour permettre aux pays en développement de tirer davantage profit du commerce et des investissements internationaux", a-t-il poursuivi.

Dans un tempo savamment dosé, la Chine a annoncé vendredi son intention d'élargir l'accès des entreprises étrangères à son secteur financier, mettant fin à des restrictions vivement critiquées par les partenaires de Pékin.

Les dirigeants de la région avaient hâte d'entendre les deux chefs d'Etat et notamment le président américain, qui avait provoqué un choc en Asie-Pacifique en décidant du retrait abrupt de son pays de l'accord de libre-échange Asie-Pacifique (TPP), trois jours après son entrée à la Maison Blanche.

Face à ces derniers, Donald Trump a défendu bec et ongle sa décision, martelant que l'Amérique ne signerait plus de "grands accords" qui obligent l'Amérique "à renoncer à sa souveraineté".

Vu comme un contrepoids à l'influence grandissante de la Chine, ce traité, dont Barack Obama était l'un des principaux architectes, avait été signé en 2015 après d'âpres négociations par 12 pays d'Asie-Pacifique représentant 40% de l'économie mondiale.

- "Leadership mondial" -

Emmenés par le Japon, les ministres de l'Economie des onze pays restants mènent depuis jeudi de grandes négociations, espérant conclure un nouveau TPP sans Washington.

Le président russe Vladimir Poutine à son arrivée à l'aéroport de Danang, le 10 novembre 2017, pour le sommet annuel des pays du forum de l'Asie-Pacifique (Apec)
Le président russe Vladimir Poutine à son arrivée à l'aéroport de Danang, le 10 novembre 2017, pour le sommet annuel des pays du forum de l'Asie-Pacifique (Apec) ( Mikhail KLIMENTYEV / Sputnik/AFP )

Mais les tractations n'ont pour l'instant pas abouti, le retrait des Etats-Unis, poids considérable, obligeant les pays à rebattre toutes les cartes.

Dans une tribune publiée dans le New York Times, Tony Blinken, numéro deux de la diplomatie américaine sous Barack Obama, déplorait que M. Trump "cède le leadership mondial à la Chine".

"Pendant que M. Trump f

uit le multilatéralisme et la gouvernance mondiale, M. Xi s'en saisit chaque jour un peu plus", regrettait-il.

Indicateurs sur le PIB, les exportations et la population des pays membres de l'accord de libre-échange Trans-Pacifique
Indicateurs sur le PIB, les exportations et la population des pays membres de l'accord de libre-échange Trans-Pacifique ( Gal ROMA / AFP )

Au-delà des dossiers économiques, le président américain a appelé la région Asie-Pacifique à l'unité sur le dossier nord-coréen, priorité absolue de sa longue tournée asiatique qui s'achèvera en début de semaine prochaine aux Philippines.

"L'avenir de cette région et de ses merveilleux habitants ne peut être pris en otage par les fantasmes de conquête violente d'un dictateur et par le chantage nucléaire", a-t-il déclaré.

La confusion dominait sur l'un des événements les plus attendus de ce sommet de Danang: le face-à-face entre Donald Trump et Vladimir Poutine.

Les interactions entre le locataire de la Maison Blanche et l'homme fort du Kremlin sont scrutées à la loupe en raison notamment de l'enquête sur l'ingérence russe dans la présidentielle américaine.

Si l'exécutif américain a assuré qu'il n'y aurait pas de rencontre formelle en raison de problèmes d'agenda, Moscou a affirmé qu'un échange entre les deux hommes aurait bien lieu en marge du sommet.

La Maison Blanche faisait en tout cas son possible pour minimiser cette éventuelle rencontre. "Vont-ils se croiser à un moment et se saluer ? C'est tout à fait possible", a déclaré Sarah Sanders, porte-parole de M. Trump, à bord d'Air Force One.

Le procureur spécial Robert Mueller, qui donne des sueurs froides à la Maison Blanche, a donné un coup d'accélérateur à son enquête sur les interférences russes, avec l'inculpation fin octobre de trois anciens conseillers de M. Trump.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2017

Lors de la conférence annuelle de la RSNA 2017La toute dernière technologie offre de nouvelles modalités d'imagerie avec des vitesses et des...

Publié le 21/11/2017

L'Iran a mis en garde Total contre la perte de son investissement s'il se désengageait du champ gazier géant South Pars.

Publié le 21/11/2017

Le chiffre d'affaires du 3e trimestre de l'exercice 2017 d'ESI s'établit à 24,9 ME, en recul de 2,4% à taux constants par rapport à la même période...

Publié le 21/11/2017

Sur les 9 premiers mois de l'exercice 2017, le groupe réalise un chiffre d'affaires de 51 ME

Publié le 21/11/2017

Au troisième trimestre, ESI Group a réalisé un chiffre d'affaires de 24,9 millions d'euros en baisse de 2,4% à taux de change constant. L'effet de change sur la période est négatif à hauteur de…

CONTENUS SPONSORISÉS