En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-
DAX PTS
11 341.00
-
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.139
-0.19 %

En Afrique, le braconnage inquiète les professionnels du tourisme

| AFP | 384 | Aucun vote sur cette news
La carcasse d'un rhinocéros blanc abattu par des braconniers pour récupérer ses cornes, dans le parc national Kruger, en Afrique du Sud, le 21 août 2018.
La carcasse d'un rhinocéros blanc abattu par des braconniers pour récupérer ses cornes, dans le parc national Kruger, en Afrique du Sud, le 21 août 2018. ( WIKUS DE WET / AFP/Archives )

Les difficultés de la protection des espèces animales emblématiques de l'Afrique comme le rhinocéros ou l'éléphant inquiètent les professionnels du tourisme, qui redoutent qu'elles ne freinent le flot des visiteurs étrangers sur le continent.

"A l'évidence, elles ont un impact négatif", a résumé cette semaine le patron de l'Association du tourisme africain (ATA), Naledi Khabo, à l'occasion d'un sommet du secteur réuni au Cap (sud-ouest) à l'initiative d'Airbnb.

"Qu'il s'agisse d'hommes ou d'animaux, voir des morts pareilles a forcément des conséquences" sur notre activité, a-t-elle ajouté.

Ces dernières semaines, plusieurs événements ont terni l'image de sanctuaire de la faune sauvage de l'Afrique, l'un de ses principaux "produits d'appel".

Il y a d'abord eu le fiasco du transfert mal préparé de onze rhinocéros d'un parc kényan vers un autre, qui s'est soldé par leur mort par déshydratation.

"C'est malheureux (...), il est clair que l'affaire n'a pas été bien gérée par mes officiers, et nous avons pris des mesures pour y remédier", a reconnu, penaud, au Cap, le ministre kényan du Tourisme Najib Balala.

Des éléphants dans le parc national kenyan de Tsavo Est, le 22 août 2018.
Des éléphants dans le parc national kenyan de Tsavo Est, le 22 août 2018. ( SIMON MAINA / AFP/Archives )

Et puis il y a eu l'affaire des éléphants du Botswana, qui abrite leur plus grande population en Afrique.

Son arsenal très répressif a fait de ce pays un modèle dans la lutte antibraconnage. Mais au début du mois, une ONG y a dénoncé la mort d'une centaine de pachydermes lors d'un massacre sans précédent qu'elle a attribué à la décision des autorités de désarmer ses "rangers".

Le gouvernement de Gaborone et des scientifiques ont remis en cause la réalité de ces massacres mais trop tard, la réputation du pays a déjà souffert de l'incident.

"Ce qui est triste avec cet incident au Botswana, c'est que la presse n'a titré que sur ce qui s'est passé, sans s'interroger sur le pourquoi ni sur l'après", a regretté l'auteure de récits de voyages Anita Mendiratta.

- "Mesures fortes" -

Les crimes environnementaux coûtent chaque année plus de 70 milliards de dollars aux pays en développement.

Saisie à Kuala Lumpur le 20 août 2018 de cornes de rhinocéros qui devaient être expédiés vers le Vietnam.
Saisie à Kuala Lumpur le 20 août 2018 de cornes de rhinocéros qui devaient être expédiés vers le Vietnam. ( Manan VATSYAYANA / AFP/Archives )

L'Afrique est la cible des braconniers qui s'arrachent les défenses de ses éléphants et les cornes de ses rhinocéros pour satisfaire, à prix d'or, la demande de la médecine traditionnelle asiatique.

Ces dernières années, les pays qui accueillent les amateurs de safaris ont considérablement renforcé leurs moyens pour lutter contre le trafic d'ivoire.

Des efforts loués par les tour-opérateurs. "Il est essentiel que le gouvernement et les professionnels du tourisme prennent des mesures fortes et punissent sévèrement les trafiquants", se réjouit Naledi Khabo.

"Le nombre de rhinocéros protégés au Kenya est passé de 300 il y a trente ans à plus de 1.200 aujourd'hui. Et nous avons 35.000 éléphants contre seulement 16.000 il y a trente ans", s'enorgueillit son ministre du Tourisme.

Selon Anita Mendiratta, la lutte contre les trafiquants et braconniers est même devenue une demande des visiteurs. "Les touristes nous disent +ce n'est pas bien+", affirme-t-elle, "la lutte antibraconnage est au cœur de leurs préoccupations. Le militantisme des touristes est devenu un élément important de notre industrie".

Ancien "ranger" tanzanien reconverti dans le secteur des safaris, Loserian Laizer pense lui aussi que "la contrebande nuit au tourisme". Il raconte que, dans le célèbre parc sud-africain Kruger, des visiteurs se plaignent du bruit des patrouilles aériennes de surveillance.

"Mais nous gagnons la bataille. Je félicite ceux qui protègent la faune sauvage, de plus en plus de gens comprennent que c'est indispensable", ajoute-t-il, "il faut essayer de la protéger de façon intelligente".

Mais le braconnage n'est pas le seul à menacer la faune sauvage, juge M. Laizer. "Le problème, c'est la construction de plus en plus d'infrastructures pour accueillir plus de visiteurs", met-il en garde, "ça détruit l'environnement, alors il faut contrôler cette évolution".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

L'opération SQLI s'effectue au prix de 18 euros par action...

Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

Veuillez trouver ci-dessous un communiqué de presse d'Aedifica (une société immobilière réglementée publique de droit belge, cotée sur Euronext Brussels), relatif à un rachat…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…