En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
+0.00 %

Emmanuel Macron se rend au cœur de l'Inde

| AFP | 415 | Aucun vote sur cette news
Le président français Emmanuel Macron à New Delhi, le 10 mars 2018
Le président français Emmanuel Macron à New Delhi, le 10 mars 2018 ( Ludovic MARIN / AFP )

Le président français Emmanuel Macron boucle lundi sa visite d'État de trois jours en Inde par un voyage au cœur du pays à Varanasi (Bénarès), l'une des plus anciennes villes du monde et lieu sacré de l'hindouisme.

C'est en compagnie du Premier ministre indien Narendra Modi, qu'il a rencontré à de nombreuses reprises au cours de ce déplacement destiné à renforcer les relations entre Paris et New Delhi, que le chef de l'État s'est rendu dans la plaine du Gange, berceau de l'Inde hindiphone.

Épaule contre épaule, écharpe safran autour du cou, les deux dirigeants ont inauguré dans la matinée une centrale de panneaux photovoltaïques de 100 MW à Mirzapur, à 50 kilomètres à l'ouest de Varanasi, construite par le groupe français Engie.

Cette centrale solaire "illustre parfaitement l'engagement que nous avons pris ensemble sur le plan international" en faveur de cette énergie verte, a déclaré le président français devant un champ de panneaux solaires, au lendemain du sommet fondateur de l'Alliance solaire internationale à New Delhi.

Toujours accompagné de l'homme fort de l'Inde, Emmanuel Macron foit ensuite aller sur les ghats du Gange, ces escaliers tombant dans le fleuve sacré, où des millions de pèlerins hindous viennent chaque année y faire des ablutions.

Le président français EMmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron au Taj Mahal, en Inde, le 11 mars 2018
Le président français EMmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron au Taj Mahal, en Inde, le 11 mars 2018 ( Ludovic MARIN / AFP )

La ville était pour l'occasion sous haute sécurité. Des affiches souhaitaient, dans un français approximatif, la bienvenue à Emmanuel Macron. A proximité du Gange, les forces de sécurité évacuaient mendiants et vaches errantes.

Des drapeaux français et indiens se dressaient sur des mâts dans les eaux du fleuve.

Selon la foi hindoue, mourir ou être incinéré à Varanasi permet de libérer l'âme en mettant fin au cycle infernal des réincarnations, but ultime de tout croyant.

Au-delà de son histoire et de son caractère religieux, Varanasi est aussi une vitrine des nationalistes hindous actuellement au pouvoir dans le pays, qui tentent d'en accaparer l'aura.

Le président Emmanuel Macron (C) parle avec des étudiants indiens à New Delhi le 10 mars 2018
Le président Emmanuel Macron (C) parle avec des étudiants indiens à New Delhi le 10 mars 2018 ( Ludovic MARIN / AFP )

Dans un choix jouant sur la symbolique du lieu, c'est dans cette circonscription que Narendra Modi s'était présenté en 2014 à l'occasion des élections qui l'ont propulsé au pouvoir. Et c'est cette même ville qu'il entend faire entrer dans la modernité en l'érigeant en emblème de son programme "smart cities", censé créer les métropoles vertes et connectées de l'Inde de demain.

- Diversité de l'Inde -

Le Premier ministre indien Narendra Modi (D) accueille le président français Emmanuel Macron pour le sommet fondateur de l'Alliance solaire internationale à New Delhi, le 11 mars 2018
Le Premier ministre indien Narendra Modi (D) accueille le président français Emmanuel Macron pour le sommet fondateur de l'Alliance solaire internationale à New Delhi, le 11 mars 2018 ( Prakash SINGH / AFP )

Au cours de ces trois jours de déplacement, Emmanuel Macron a multiplié les gestes et déclarations d'amitié envers l'Inde et son chef de gouvernement. Le président français affiche l'ambition de faire de la France la "porte d'entrée" du géant d'Asie du Sud en Europe, profitant du vide laissé par le Brexit.

Dimanche, MM. Macron et Modi ont présidé le sommet fondateur de l'Alliance solaire internationale, une coalition issue de la COP21 destinée à accompagner le développement de cette énergie verte dans les pays entre les tropiques.

La France et l'Inde ont signé à l'occasion de cette visite un pacte de coopération logistique dans l'océan Indien, région où la présence chinoise grandissante inquiète New Delhi.

Ils ont évoqué le délicat projet de construction d'une centrale nucléaire de six réacteurs de type EPR par le groupe français EDF à Jaitapur, sur la côte sud-ouest de l'Inde. La délégation française s'est félicitée d'une "avancée majeure" de ce dossier en discussion depuis une décennie.

Ce projet suscite une contestation locale en raison d'inquiétudes environnementales.

Dimanche en fin d'après-midi, le couple Macron s'était offert une virée romantique au Taj Mahal, emblématique mausolée moghol et ode à l'amour.

Ce monument de marbre blanc du XVIIe siècle "dit beaucoup de l'âme humaine, des grandes douleurs, d'une civilisation qui s'est déployée de l'Inde à la Mongolie, de la Chine à la Turquie", a estimé le président de la République.

Le Taj Mahal a subi ces derniers mois les foudres d'une frange des nationalistes hindous, qui renient cette construction à la mémoire de la femme de l'empereur morte en couches. Une controverse qui s'inscrit dans une remise en cause plus générale ces temps-ci en Inde de l'héritage musulman du pays.

"La force de l'Inde tient et tiendra dans sa capacité à marier ses religions et ses civilisations", a tenu à souligner Emmanuel Macron devant le monument.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…