En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 967.69 PTS
-
5 026.50
-
SBF 120 PTS
3 976.99
-
DAX PTS
11 274.28
-2.17 %
Dowjones PTS
25 191.43
-0.50 %
7 118.67
-0.32 %
1.146
-0.07 %

Electricité verte: Greenpeace met un carton rouge aux géants de l'énergie

| AFP | 241 | Aucun vote sur cette news
Greenpeace a dévoilé vendredi son classement des fournisseurs d'électricité
Greenpeace a dévoilé vendredi son classement des fournisseurs d'électricité "verte", pour permettre aux consommateurs de s'y retrouver et a mis un zéro pointé aux géants du secteur EDF, Engie ou Total ( SEBASTIEN BOZON / AFP/Archives )

Greenpeace a dévoilé vendredi son classement des fournisseurs d'électricité "verte", pour permettre aux consommateurs de s'y retrouver, et a mis un zéro pointé aux géants du secteur EDF, Engie ou Total.

L'ONG de défense de l'environnement a en revanche accordé ses meilleures notes à trois petits fournisseurs peu connus du grand public: Energie d'Ici, Enercoop et Ilek.

Ce classement est parti du constat de la multiplication des offres dites vertes, c'est-à-dire s'appuyant sur des moyens de production renouvelables.

Plus de dix ans après l'ouverture du marché français à la concurrence, les acteurs sont toujours plus nombreux et cherchent tous à plus ou moins surfer sur les préoccupations environnementales des Français. L'acteur historique, EDF, a aussi lancé ses propres offres vertes.

"Il y a une vraie attente des consommateurs", estime Alix Mazounie, chargée de campagne chez Greenpeace. Mais le marché est "illisible" pour le grand public, regrette-t-elle.

Les fournisseurs se contentent généralement d'acheter un certificat dit de "garantie d'origine", qui atteste qu'une quantité équivalente d'électricité renouvelable à celle qui a été vendue au client a bien été injectée dans le réseau d'électricité, en France ou ailleurs en Europe.

"Cela signifie qu'un fournisseur d'offres vertes peut se contenter d'acheter de l'électricité produite dans une centrale à charbon ou nucléaire, du moment qu'il achète aussi un certificat +vert+", pointe l'ONG.

Elle a du coup établi son propre classement, selon une méthodologie déjà éprouvée dans d'autres pays, notamment la Belgique.

Quatre critères ont été retenus pour noter les fournisseurs: quelle électricité produisent-ils (pour ceux qui sont producteurs)? Quelle est leur politique d'achat d'électricité? Quel usage font-ils des "garanties d'origine"? Quels investissements (et désinvestissements) ont-ils effectué et quels investissements prévoient-ils?

- Transition énergétique -

Au final, les entreprises le mieux notées sont celles qui "accélèrent la transition énergétique", résume Alix Mazounie. "On en profite pour dire qu'on peut changer de fournisseur et que c'est très simple", souligne-t-elle.

Pour cette édition, Greenpeace a passé au crible 19 producteurs, qui ont été actifs sur l'ensemble de l'année dernière (d'autres acteurs se sont depuis lancés sur le marché français, comme Leclerc récemment).

Trois petits fournisseurs (Energie d'Ici, Enercoop et Ilek) ont ainsi été jugés "vraiment verts" parce qu'ils proposent une électricité à plus de 95 % renouvelable et soutiennent les petits producteurs d'électricité renouvelable.

Six autres sont "en bonne voie" (Planète Oui, ekWateur, Energem-UEM, Gaz et Electricité de Grenoble (GEG), Sélia, Alterna): l'ONG juge qu'ils font des efforts en matière de renouvelables, mais encore insuffisants.

Quatre sont encore jugés "à la traîne" (Plüm énergie, La coopérative Lucia, Proxelia et Énergies du Santerre).

Quant au bas du classement, celui des fournisseurs "vraiment mauvais", il est occupé par les grands noms de l'énergie: Total Spring, Direct Energie (racheté par Total), Engie et sa filiale Happ-e, EDF et sa filiale Sowee.

A l'acteur historique, il est reproché de produire essentiellement une électricité d'origine nucléaire, une technologie à laquelle Greenpeace s'est toujours opposée en la jugeant "non seulement polluante mais aussi dangereuse".

EDF, qui n'avait pas répondu à l'enquête de Greenpeace, critique la méthodologie retenue.

"Greenpeace attribue exactement la même note au nucléaire, au charbon et au pétrole. C'est une approche avec laquelle nous ne sommes pas d'accord parce qu'elle tient insuffisamment compte des émissions de CO2", indique un porte-parole de l'électricien.

Quant à Total, il "investit massivement dans des énergies émettrices de gaz à effet de serre et des projets de forage pétrolier menaçant la biodiversité et le climat", selon l'ONG.

Enfin, l'appréciation sur Engie est plus nuancée: Greenpeace lui reconnaît des efforts pour se débarrasser de centrales à charbon et investir dans les renouvelables.

"Mais l'entreprise continue de produire une électricité fortement émettrice de gaz à effet de serre et très polluante", juge Greenpeace, qui pointe aussi du doigt son exploitation du parc nucléaire belge.

Engie salue une initiative "qui permet de contribuer à faire de la pédagogie" mais en conteste aussi la méthodologie. Le groupe rappelle qu'il est le premier producteur de solaire et d'éolien en France, ainsi que le premier producteur alternatif d'hydraulique.

Les informations sont disponibles sur le site www.guide-electricite-verte.fr

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Tradez sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2018

Cette évolution s'appuie sur un bon développement des activités Internationales et un recul des marchés européens...

Publié le 23/10/2018

La haute autorité des télécoms déplore une dégradation progressive et significative de la qualité de service en matière de téléphonie fixe...

Publié le 23/10/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 23/10/2018

Eurobio Scientific a fait évoluer avec succès ses systèmes de management de la qualité pour continuer à justifier du marquage CE de ses produits au-delà de 2019...

Publié le 23/10/2018

'Oggy et les Cafards', le pari gagnant de Xilam. Ce succès mondial made in France compte 7 saisons et 500 épisodes...