En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 967.69 PTS
-1.69 %
4 998.50
-1.02 %
SBF 120 PTS
3 976.99
-1.79 %
DAX PTS
11 274.28
-2.17 %
Dowjones PTS
25 068.06
-0.98 %
7 052.80
-1.24 %
1.148
+0.15 %

Economie: la "courbe" des taux d'intérêt rend perplexes banquiers centraux et économistes

| AFP | 353 | Aucun vote sur cette news
Le président de la Réserve fédérale américaine Jerome Powell lors de son audition devant la commission des affaires bancaires du Congrès le 1er mars 2018 à Washington
Le président de la Réserve fédérale américaine Jerome Powell lors de son audition devant la commission des affaires bancaires du Congrès le 1er mars 2018 à Washington ( MARK WILSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Et si la "courbe des taux" d'intérêt américains n’avait plus le pouvoir historique de prédir les récessions? Le débat agite économistes, analystes et membres de la banque centrale américaine (Fed), engagés dans un processus de resserrement monétaire.

Cette courbe reflète la différence de rendement accordé par le Trésor aux investisseurs misant sur sa dette à court ou à long terme, généralement entre deux et dix ans.

En temps normal, plus l'investissement s'effectue sur une durée courte, plus le rendement est bas. A l'inverse, plus l'argent investi dans un bon du Trésor est bloqué pour une longue période, plus le taux d'intérêt vient compenser les risques de l'investissement à long terme, principalement l'inflation.

L’aplatissement, puis l’inversion de la courbe surviennent lorsque les taux d'intérêt à court terme se rapprochent puis deviennent plus élevés que les taux à long terme. Cet inversement est surveillé de près dans la mesure où il a précédé de quelques trimestres l’ensemble des récessions américaines depuis 1950, rappelle le chef économiste de FTN Financial Chris Low.

Le 1er juin, l'écart entre les taux à court et à long terme a atteint 40,66 points, le plus faible depuis 2007.

Toutefois, "l’époque n’est plus la même", d'après Justin Lederer, stratégiste sur les taux pour Cantor Fitzgerald.

- Courbe 'déformée' -

Depuis la crise de 2008, "les banques centrales ont décidé d'un stimulus jamais vu auparavant. Elles ont d’une certaine manière tordu la réalité des taux", indique David Levy, associé de Republic Wealth Advisors.

Vue du siège de la Réserve fédérale américaine à Washington DC le 2 mai 2018. Selon l'économiste de Deutsche Bank, la courbe des taux n’aide pas à anticiper les risques de récession car les taux américains ne sont pas seulement influencés par les fondamentaux économiques
Vue du siège de la Réserve fédérale américaine à Washington DC le 2 mai 2018. Selon l'économiste de Deutsche Bank, la courbe des taux n’aide pas à anticiper les risques de récession car les taux américains ne sont pas seulement influencés par les fondamentaux économiques ( Brendan Smialowski / AFP/Archives )

La Réserve fédérale américaine (Fed) a plus que quadruplé son bilan à 4.500 milliards de dollars après avoir racheté massivement de la dette américaine sur les marchés.

Ces rachats ont contribué à faire chuter le taux à dix ans, passé de 4% fin 2008 à 1,6% en 2015, peu après la fin du programme. Il évolue désormais autour de 3%, encore très bas à l’échelle de l’histoire.

"Les rachats sont terminés mais la demande des investisseurs est toujours soutenue, nous sommes encore loin des 4%" sur la dette à 10 ans, note M. Lederer, les taux sur les bons évoluant dans un sens inverse à leur prix.

En parallèle, la politique de hausse de taux dans laquelle s'est engagée la Fed fait remonter les rendements à court terme, ceux-ci avançant traditionnellement de pair avec les taux de la banque centrale.

A cela s’ajoute "l’émission élevée de dette à court terme par le Trésor" pour financer le déficit américain, se traduisant par "une tension sur les taux à faible échéance" qui aplatit un peu plus la courbe, indique M. Lederer.

"La courbe des taux n’aide pas à anticiper les risques de récession car les taux américains ne sont pas seulement influencés par les fondamentaux économiques", affirme quant à lui Torsten Slok, économiste international en chef chez Deutsche Bank.

Il rappelle la ruée fin mai d'investisseurs apeurés par la crise politique en Italie vers les bons du Trésor américains à 10 ans considérés comme sûrs. Ce mouvement avait fait brusquement monter les prix et reculer les taux. Et, là encore, accentué la pression sur la courbe.

Ces pressions parfois inhabituelles sur les taux ont pour effet de "déformer" la courbe, résume Tom Cahill, stratégiste chez Ventura Wealth Management. Et donc de la rendre moins pertinente.

- Régularité historique -

La Fed elle-même, qui tient une réunion monétaire mardi et mercredi, s’est saisie de cette question dans le compte-rendu de son dernier Comité monétaire publié fin-mai, indiquant que certains de ses membres ont souligné le caractère "moins fiable" de la courbe pour anticiper "l’activité économique future".

Toutefois, "plusieurs membres ont pensé qu’il est important de surveiller la pente de la courbe, soulignant la régularité historique avec laquelle une inversion a indiqué un risque accru de récession", a noté l’institution.

"Il est dangereux d’affirmer que les choses seront différentes cette fois", souligne M. Levy pour la même raison.

Dans ce contexte, "si la courbe s'inverse et que l'on n'observe pas de ralentissement dans les dépenses de consommation, l'investissement ou les emplois, je ne m'inquièterai pas du signal", affirme M. Cahill.

"Mais dans le cas inverse, si", ajoute-t-il.

Un conteneur en attente de chargement au Port de Oakland, en Californie  le 27 octobre 2017. Selon des observateurs, la prochaine récession américaine est attendue pour bientôt
Un conteneur en attente de chargement au Port de Oakland, en Californie le 27 octobre 2017. Selon des observateurs, la prochaine récession américaine est attendue pour bientôt ( JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Alors que le cycle de croissance actuel de neuf ans est exceptionnellement long, la prochaine récession américaine est quoi qu'il en soit attendue pour bientôt par les observateurs.

Selon une enquête réalisée par la National Association for Business Economics (NABE) auprès de 45 économistes, la moitié d'entre eux estiment qu'elle interviendra entre le dernier trimestre de 2019 et le 2e trimestre 2020.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Tradez sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 23/10/2018

8h45 en FranceMoral des industriels en octobre9h15 en FranceEstimation des indices des directeurs d'achat pour les secteurs manufacturier et des services pour octobre9h30 en AllemagneEstimation des…

Publié le 22/10/2018

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'Assemblée nationale, le 16 octobre 2018 à Paris ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )Les patrons des géants français EDF et allemand Siemens ont renoncé…

Publié le 22/10/2018

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'Assemblée nationale, le 16 octobre 2018 à Paris ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )Les patrons des géants français EDF et allemand Siemens ont renoncé…

Publié le 22/10/2018

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'Assemblée nationale, le 16 octobre 2018 à Paris ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )Les patrons des géants français EDF et allemand Siemens ont renoncé…

Publié le 22/10/2018

Le PDG de la compagnie EDF Jean-Bernard Lévy, le 10 octobre 2018 à Paris ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )Le PDG D'EDF a renoncé à son tour à se rendre au forum économique organisé cette…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2018

Le 1er semestre d'Envea s'est terminé une nouvelle fois sur un carnet de commandes record et les perspectives du 2nd semestre sont excellentes...

Publié le 23/10/2018

  ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 19 991 141 euros 2 rue de Bassano - 75116 PARIS RCS PARIS 735 620 205 - SIRET 735 620 205 00121 - APE…

Publié le 23/10/2018

    Dynamique de croissance maintenue     En MEUR T3 2018 T3 2017 9 mois 2018 Europe 57,0 54,5 181,5 Amérique du…

Publié le 23/10/2018

Mardi 23 octobre 2018   COMMUNIQUE DE PRESSE : Activité à fin septembre 2018   Données consolidées en…

Publié le 23/10/2018

Artefact a présenté des résultats consolidés du premier semestre 2018 en progression. Ainsi, le résultat net part du groupe s’élève à 574 000 euros, contre -1 486 000 euros au premier…