5 383.87 PTS
-1.22 %
5 373.50
-1.28 %
SBF 120 PTS
4 314.43
-1.21 %
DAX PTS
12 627.84
-1.61 %
Dowjones PTS
24 987.47
-0.41 %
7 251.41
+0.00 %
Nikkei PTS
22 278.48
-1.77 %

Economie : Italie, où l'on reparle de fédéralisme...

| Boursier | 242 | Aucun vote sur cette news

Une étude de Natixis...

Economie : Italie, où l'on reparle de fédéralisme...
Credits Reuters

Dans une étude économique, Natixis estime que l'on peut assez facilement expliquer l'apparition de la crise italienne par les dysfonctionnements de la zone euro. Lorsqu'un pays, comme l'Italie, a un problème de compétitivité-cout, il doit mettre en place une dévaluation interne (une compression de ses coûts salariaux) sans soutien des pays plus compétitifs. L'Italie ayant refusé cet ajustement, sa compétitivité s'est continuellement dégradée. Selon l'étude, l'absence de fédéralisme a permis qu'il y ait divergence depuis la crise des niveaux de revenu par tête entre les pays de la zone euro, ce qui a accru le sentiment anti-européen dans des pays comme l'Italie où le niveau de revenu relatif recule. L'absence de dette publique commune et de mutualisation du risque souverain permet qu'une crise de liquidité sur la dette publique apparaisse dans un pays de la zone euro.

"Les problèmes économiques de l'Italie (sous-investissement, stagnation de la productivité, faiblesse des compétences de la population active) ont des causes domestiques", poursuit Natixis. "Mais s'il y avait symétrie dans les ajustements de la compétitivité, fédéralisme et mutualisation du risque souverain, ces problèmes économiques ne déclencheraient pas une crise".

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/06/2018

Par courrier reçu le 19 juin 2018 par l'AMF, la société par actions simplifiée Eximium, contrôlée par M...

Publié le 19/06/2018

Plus de 50% des actionnaires ont opté pour ce règlement...

Publié le 19/06/2018

Elon Musk, le PDG de Tesla, a accusé un salarié d'avoir commis un « sabotage important et préjudiciable » au groupe, a rapporté hier soir CNBC. Le média américain explique qu’il a pu se…

Publié le 19/06/2018

Sous pression...

Publié le 19/06/2018

D'après les chiffres de Médiamétrie...