En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 924.89 PTS
-1.21 %
4 905.5
-1.30 %
SBF 120 PTS
3 923.96
-1.36 %
DAX PTS
11 066.41
-1.58 %
Dowjones PTS
24 465.64
-2.21 %
6 526.96
-1.75 %
1.137
-0.74 %

Dyson choisit Singapour pour fabriquer sa voiture électrique

| AFP | 200 | Aucun vote sur cette news
James Dyson, fondateur du groupe britannique Dyson, à côté d'un modèle de moteur, le 11 octobre 2018 à Paris
James Dyson, fondateur du groupe britannique Dyson, à côté d'un modèle de moteur, le 11 octobre 2018 à Paris ( Christophe ARCHAMBAULT / AFP/Archives )

Le groupe britannique Dyson a choisi Singapour pour fabriquer la voiture électrique qu'il développe depuis quatre ans et dont le lancement est prévu pour 2021.

"Aujourd'hui, Dyson a confirmé que son conseil d'administration avait approuvé la décision de construire son premier site de production automobile à Singapour. La construction de l'usine sur mesure, comprenant deux étages, doit s'achever en 2020", a annoncé l'entreprise dans un communiqué mardi.

En septembre l'an passé, il a révélé qu'il travaillait depuis 2014 sur un projet de voiture électrique. Depuis, 400 ingénieurs affectés au développement dudit véhicule se sont installés à la fin de cet été sur un nouveau centre de recherche dans le sud-ouest de l'Angleterre.

"L'équipe automobile de Dyson progresse de manière remarquable depuis les hangars ultramodernes du terrain d’aviation de Hullavington dans le Wiltshire où nous investissons 200 millions de livres sterling" (227 millions d'euros), a expliqué le PDG du groupe, Jim Rowan, dans un e-mail adressé au personnel et publié par l'entreprise.

"Il est temps aujourd’hui de passer au stade de l'assemblage et de la production", a ajouté M. Rowan, prévenant que "choisir le site de production de nos voitures est une décision complexe". Le choix de Singapour pourrait il est vrai en décevoir certains au Royaume-Uni qui espéraient un choix britannique, d'autant que James Dyson s'est montré à titre personnel favorable à l'affirmation de son pays via le Brexit.

James Dyson, fondateur du groupe britannique Dyson, le 11 octobre 2018 à Paris
James Dyson, fondateur du groupe britannique Dyson, le 11 octobre 2018 à Paris ( Christophe ARCHAMBAULT / AFP/Archives )

"Notre présence et nos équipes actuelles à Singapour, associées aux compétences avancées importantes de ce pays en matière de fabrication, en faisaient un favori", a toutefois souligné M. Rowan. "Singapour donne également accès à des marchés à forte croissance, de même qu'à une chaîne logistique très complète et à une main-d'œuvre hautement qualifiée."

- Développement secret -

Le groupe emploie 1.100 personnes dans la cité-État du sud-est de l'Asie, où il compte désormais doubler ses effectifs.

Dyson compte en outre 4.800 employés au Royaume-Uni, où ses effectifs ont été multipliés par 2,5 ces cinq dernières années. Outre son nouveau site de R&D de Hullavington construit sur un ancien terrain d'aviation de la Royal Air Force, Dyson dispose pour ses autres activités d'un vaste centre de recherche à Malmesbury, à quelques kilomètres de là, où travaillent plus de 4.000 personnes.

Toutes activités confondues, Dyson emploie environ 12.000 personnes dans le monde, dont un pan important en Asie du Sud-Est où se trouvent ses centres de production.

Créé à la fin des années 1970 par l'inventeur James Dyson, le groupe a démarré en fabricant des aspirateurs sans sac, avant d'étendre ses activités aux sèche-cheveux, purificateurs d'air et batteries.

Mais Dyson veut mettre désormais le paquet sur le développement d'une voiture électrique, dotée d'une batterie maison. Il envisage d'y investir 2 milliards de livres dans le cadre d'un plan d'investissement plus large dans le secteur technologique.

Le développement de cette automobile reste secret mais James Dyson a laissé entendre dans une interview début août au magasine GQ que ce véhicule viserait le segment haut de gamme et qu'il contiendrait "quelques" systèmes de conduite sans pilote. Il y a promis une voiture d'un genre nouveau, disant: "Ce que nous sommes en train de faire est assez radical".

Dyson a réalisé l'an passé un chiffre d'affaires de 3,5 milliards de livres (3,9 milliards d'euros), en forte hausse de 40% sur un an. Le groupe appartient à 100% à son fondateur James Dyson.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2018

A l'issue de cette cession, la participation d'Axa au capital d'EQH diminue, passant de 72,2% des actions ordinaires d'EQH en circulation à 59,3%...

Publié le 20/11/2018

Son appareil est un dispositif d'épuration d'air dédié aux grands volumes intérieurs...

Publié le 20/11/2018

Statum, co-dirigée notamment par Brice Aquilina (ex I-prospect) vient renforcer l'offre Média du Groupe...

Publié le 20/11/2018

Lagardère acquiert un leader de la Restauration sur le marché du Travel Retail en Amérique du Nord...