En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 100.72 PTS
+1.02 %
6 101.50
+1.12 %
SBF 120 PTS
4 798.09
+0.9 %
DAX PTS
13 526.13
+0.72 %
Dow Jones PTS
29 348.10
+0.17 %
9 173.73
+0.53 %
1.109
0. %

Du renouveau dans les fournils: quand la femme coiffe le calot du boulanger

| AFP | 642 | Aucun vote sur cette news
La boulangère Aurelie Ribay vérifie la cuisson des baguettes dans sa boulangerie à Paris, le 8 janvier 2020
La boulangère Aurelie Ribay vérifie la cuisson des baguettes dans sa boulangerie à Paris, le 8 janvier 2020 ( Philippe LOPEZ / AFP )

Révolution silencieuse en cours dans les fournils: longtemps cantonnées à la caisse enregistreuse, les femmes mettent de plus en plus la main à la pâte dans les boulangeries françaises, allant jusqu'à damer le pion des hommes dans les concours d'excellence.

Si le dernier concours du meilleur jeune boulanger de France a sacré un jeune homme, deux jeunes femmes complétaient le podium: tous trois seront mis à l'honneur dimanche, lors du dîner de gala du Salon professionnel Europain, qui se tient du 11 au 14 janvier à la porte de Versailles à Paris.

"Moi, ce que j'aime bien, c'est façonner très légèrement, c’est-à-dire que je serre très peu mes pâtons (morceaux de pâte, ndlr), je fais un pli comme ça et après je roule, alors que je vois beaucoup d'hommes serrer très fort et à mon sens parfois brutaliser la pâte": Aurélie Ribay est boulangère depuis deux ans à peine, dans le 10e arrondissement de Paris, mais elle revendique déjà sa touche.

Elle donne forme à ses baguettes, avant de les enfourner, alors que le magasin qui porte son nom en devanture, embaume les senteurs de grains de petit épautre, en pleine torréfaction, avant la confection de pains spéciaux.

A 48 ans, Aurélie a connu une autre vie, avant de pétrir. Pendant 25 ans, elle a travaillé dans le secteur bancaire.

"Je souffre, mais je sais pourquoi, maintenant. Avant, je ne savais pas", dit celle qui démarre entre 06H00 et 07H00 le matin, pour terminer à 21H00 le soir, "les bons jours", explique-t-elle, entre deux saluts à des clients.

Même parcours de reconversion, à l'autre bout de la France, pour la boulangère marseillaise Nicolle Baghdiguian-Wéber, 58 ans, après 30 ans à la Chambre de commerce de la ville.

Diplômée de psychologie et d'économie, elle a ouvert en centre-ville sa boulangerie 100% bio, "Pain Salvator" il y a un an, après une formation à l'Ecole internationale de boulangerie de Noyers-sur-Jabron (Alpes-de-Haute-Provence), pour faire ce qu'elle avait "vraiment envie de faire": créer sa boîte dans un "domaine dans lequel elle se sentait le mieux, le pain".

'Marathoniens en short'

La boulangère Aurelie Ribay  dans sa boulangerie à Paris le 8 janvier 2020
La boulangère Aurelie Ribay dans sa boulangerie à Paris le 8 janvier 2020 ( Philippe LOPEZ / AFP )

Ces deux femmes illustrent le profil dominant de la boulangère, majoritairement convertie sur le tard aux joies du levain.

"Il y a plus de femmes qu'avant", confirme à l'AFP la prestigieuse école hôtelière parisienne, Ferrandi.

La situation est toutefois très contrastée, selon les diplômes : si le CAP de boulangerie post-collège n'a attiré en 2019 que 5% de femmes, le CAP de reconversion pour les adultes a attiré dans le même temps quelque 45% de femmes.

"On a aussi un bac pro boulangerie pâtisserie, où, pour le coup, on a 61% de filles. C'est un chiffre qui a évolué", ajoute l'école, une tendance que confirme l'Ecole de boulangerie de Paris (EBP), sans toutefois donner de chiffres.

Si le métier reste encore assez physique, Dominique Anract, président de la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française, estime que "le problème était plutôt dans l'état d'esprit".

La préparation des baguettes dans la boulangerie d'Aurélie Ribay, le 8 janvier 2020 à Päris
La préparation des baguettes dans la boulangerie d'Aurélie Ribay, le 8 janvier 2020 à Päris ( Philippe LOPEZ / AFP )

"Tout ça s'est amélioré et c'est vrai qu'un boulanger, maintenant, ce n'est plus comme avant, où c'était les gros marathoniens en short", explique-t-il, estimant qu'"on avait du mal à imaginer une fille dans ce monde de brutes".

Questionnée sur la plus grande présence des femmes en reconversion qu'en parcours post-collège, Mme Baghdiguian-Wéber pointe des "stéréotypes de la société. A une jeune fille on va lui dire de faire secrétaire, infirmière et à un garçon boulanger, cuisinier", regrette-t-elle.

"Même si je devais finir sur les genoux, c'est le meilleur choix que j'ai fait ", souligne-t-elle les mains plongées dans la pâte à pain. "On ne sort pas milliardaire, on n'a pas plus de vacances, mais on fait ce qu'on a envie de faire", se réjouit la commerçante.

Seul point noir à cette reconversion qu'elle tient à souligner, "le manque de soutien des banques et des institutions. Aucune banque n'a voulu me soutenir: sans doute car j'avais passé la cinquantaine et que j'étais une femme", déplore la boulangère qui a créé son entreprise uniquement avec ses "économies".

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2020

Vinci Aéroport, filiale du groupe Vinci, a vu son trafic croître de 5,7% en 2019 dans les 46 aéroports qu'elle gère, à 255 millions de passagers. Les seuils de 50 millions de passagers, des 30…

Publié le 17/01/2020

Marie Brizard Wine & Spirits (MBWS) a annoncé la conclusion ce vendredi d'un accord tripartite portant sur la cession, par les prêteurs bancaires de MBWS, de la dette bancaire de la société à…

Publié le 17/01/2020

Vinci Airports annonce aborder avec confiance l'année 2020

Publié le 17/01/2020

Imerys a conclu un accord pour l'acquisition du premier producteur indien de panneaux à base de silicate de calcium pour des projets d'isolation thermique dans des industries telles que le ciment, la…

Publié le 17/01/2020

Marie Brizard Wine & Spirits annonce la conclusion d'un accord tripartite portant sur la cession, par les prêteurs bancaires de MBWS, de la dette...