En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 742.38 PTS
-1.47 %
4 768.0
-0.76 %
SBF 120 PTS
3 769.59
-1.63 %
DAX PTS
10 622.07
-1.54 %
Dowjones PTS
24 259.76
-0.53 %
6 644.35
+0.47 %
1.135
-0.32 %

Donald Trump indique son intention de taxer les autos importées

| AFP | 368 | Aucun vote sur cette news
Le président américain, Donald Trump, le 29 août 2018, à la Maison Blanche
Le président américain, Donald Trump, le 29 août 2018, à la Maison Blanche ( MANDEL NGAN / AFP )

Donald Trump a signalé mercredi son intention d'imposer effectivement des taxes douanières sur les importations de voitures aux Etats-Unis pour protéger l'industrie automobile américaine.

Une menace particulièrement redoutée en Allemagne, où l'automobile est un secteur clé de l'économie.

Prenant pour prétexte l'annonce de plan social du constructeur américain General Motors (G.M), le président républicain a justifié l'existence de telles mesures protectionnistes soulignant qu'elles avaient fait leur preuve pour prémunir les camionnettes à plateaux (ou pick up) de la concurrence étrangère.

"Si nous avions fait de même avec les voitures venant ici, bien plus de voitures auraient été fabriquées ici", a-t-il écrit dans un tweet. "Et G.M ne fermerait pas ses usines dans l'Ohio, le Michigan et le Maryland", a-t-il ajouté dans un deuxième tweet.

Donald Trump a par ailleurs missionné son représentant au Commerce (USTR) Robert Lighthizer "d'examiner tous les outils à disposition pour égaliser les tarifs douaniers (chinois) imposés à l'automobile" américaine, a annoncé l'USTR dans un communiqué.

Les taxes douanières chinoises imposées aux voitures américaines s'élèvent à 40%, a-t-il indiqué. "C'est plus que le taux de 15% que la Chine impose à ses autres partenaires commerciaux", a-t-il dénoncé.

Donald Trump a été en partie élu grâce à sa promesse de faire renaître les emplois industriels.

Voitures européennes bientôt taxées?

La Maison Blanche avait annoncé fin mai son intention d'imposer des tarifs douaniers de l'ordre de 25% sur les importations automobiles pour défendre ce secteur, symbole de l'industrie manufacturière des Etats-Unis.

Celui-ci illustre aussi à lui seul les déséquilibres commerciaux que le président républicain ne cesse de dénoncer.

En 2017, un peu moins de la moitié (8,3 millions) des quelque 17 millions de voitures vendues aux Etats-Unis avaient été importées.

Les voitures importées du Canada et du Mexique, qui viennent de conclure un nouvel accord de libre-échange avec les Etats-Unis (AEUMC), seront exemptées.

Ces deux pays produisent une majorité des voitures importées aux Etats-Unis (4,27 millions) devant le Japon (21% des importations), l'Allemagne (11%) et la Corée du Sud (8%).

Fin mai, Donald Trump avait chargé le département au Commerce de mener une enquête approfondie pour établir la pertinence et l'ampleur potentielle de telles taxes.

Puis durant l'été, l'administration Trump avait mené des auditions des principaux acteurs américains et étrangers. Elle avait aussi passé au crible les centaines de commentaires par écrit, pour la plupart hostiles à de telles taxes.

Le département au Commerce n'a pas encore remis de rapport finalisé à la Maison Blanche, a indiqué à l'AFP un porte-parole. Mais un rapport préliminaire circule contenant son diagnostic, ses recommandations en termes de montant des taxes et les pays ciblés.

C'est in fine Donald Trump qui prendra une décision.

"Le président dispose d'un grand pouvoir sur cette problématique", a également souligné Donald Trump, allusion au fait qu'il peut aller au-delà des recommandations de son secrétaire au Commerce Wilbur Ross.

Représailles européennes déjà prêtes

Selon la presse allemande, l'Union européenne serait visée par ces taxes qui pourraient être annoncées la semaine prochaine après le sommet du G20 en Argentine.

Si tel était le cas, cela mettrait fin à la trêve conclue, fin juillet, entre Donald Trump et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

A Washington, la délégation européenne s'est contentée de rappeler les propos tenus récemment par la Commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström.

"L'Union européenne a une liste de taxes douanières prête si les Américains imposaient des taxes sur les voitures", avait-elle déclaré lors d'une visite dans la capitale fédérale tout en rappelant que selon les termes de l'accord de juillet, l'imposition de nouvelles taxes est suspendue tant que les discussions se poursuivent.

Mme Malmström avait toutefois reconnu que l'Europe n'avait "reçu aucune assurance" qu'elle serait exemptée en cas de nouvelles taxes automobiles.

A Bruxelles, on indique qu'aucune rencontre bilatérale n'est pour l'instant prévue au G20 entre Jean-Claude Juncker et Donald Trump, même s'"il n'est pas exclu qu'ils se croisent en marge du sommet".

En France, le ministère de l'Economie a affirmé ne pas disposer "d'information sur ce qui est sur la table ou pas du président des Etats-Unis".

"Par principe, ce sont des mesures que nous réprouvons. Nous estimons qu'elles sont dépourvues de légitimité et même de base juridique", a-t-on poursuivi.

Les économistes mettent, eux, en garde contre des mesures protectionnistes pour un secteur jugé stratégique.

Les constructeurs américains eux-mêmes n'ont pas manqué de faire part publiquement de leurs craintes pour l'emploi américain.

Les Etats-Unis imposent des droits de douane très faibles à l'importation de voitures. L'Union européenne, le Japon, la Corée du Sud, la Chine sont bien plus restrictifs.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/12/2018

Communiqué de presse Paris La Défense, le 10 décembre 2018 Albioma cède son activité de méthanisation en France à Evergaz   Biométhanisation Partenaires, société…

Publié le 10/12/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 10/12/2018

Global Ecopower a affiché des résultats semestriels en progression. Ainsi, le groupe a fait état d’un résultat net, part du groupe de 2,024 millions d'euros au premier semestre, contre -0,659…

Publié le 10/12/2018

Compagnie des Alpes vient de lever le voile sur ses résultats 2107/2018. Ainsi, l’exploitant de domaines skiables et de parcs à thèmes a publié un résultat net part du groupe en hausse de plus…

Publié le 10/12/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL ALPES…