En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 900.77 PTS
-1.70 %
4 899.5
-1.42 %
SBF 120 PTS
3 916.98
-1.53 %
DAX PTS
11 067.47
-1.57 %
Dowjones PTS
24 543.37
-1.89 %
6 505.81
-2.06 %
1.139
-0.56 %

Donald Trump et Justin Trudeau veulent croire à un accord

| Boursier | 290 | Aucun vote sur cette news

Alors que les négociations commerciales se poursuivent à Washington

Donald Trump et Justin Trudeau veulent croire à un accord
Credits Reuters

Le Président américain Donald Trump et le Premier ministre canadien Justin Trudeau ont fait part de leur relatif optimisme concernant l'issue des discussions relatives à la renégociation de l'Alena (Accord de libre-échange nord-américain). Lors d'une conférence de presse dans l'Ontario, Trudeau a jugé qu'un accord pourrait être conclu d'ici demain, même si "cela dépendra si c'est un bon accord pour le Canada". Trump a de son côté affirmé que les négociations étaient probablement sur la bonne voie, le Canada désirant prendre part à l'accord. "Les choses se passent très bien", a lancé Trump aux journalistes à la Maison Blanche.

Optimisme de rigueur

L'optimisme persiste donc, après l'accord commercial conclu plus tôt cette semaine entre les Etats-Unis et le Mexique. Donald Trump avait alors évoqué un "grand jour pour le commerce". Le Président américain avait expliqué par ailleurs que le nom d'Aléna (Accord de libre-échange nord-américain) affichait une connotation négative et devait être abandonné. Trump a précisé plus tard que le nouvel accord commercial avec le Mexique se concentrait sur l'agriculture, la croissance économique, l'abaissement des barrières douanières, l'emploi et le retour des entreprises aux USA.

Échanges fructueux

Chrystia Freeland, Ministre canadienne aux affaires étrangères, est arrivée en début de semaine à Washington pour échanger avec le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer. Les relations ne sont pas au beau fixe entre USA et Canada, et Trump n'a pas exclu d'appliquer des prélèvements douaniers supplémentaires aux automobiles canadiennes. Le Président US désire également obtenir des concessions sur les produits laitiers. Un 'deal' avec le Canada est cependant espéré d'ici la fin de la semaine.

Chrystia Freeland a précisé avant-hier avoir participé à une réunion jugée 'très constructive' à Washington, avec le représentant américain Robert Lighthizer. Elle a salué par ailleurs les concessions difficiles acceptées par le Mexique, notamment concernant l'automobile et la main d'oeuvre. Rappelons que le Canada était exclu de la phase récente de discussions, qui s'est conclue par un accord entre Washington et Mexico sur un nouvel accord commercial se substituant à l'Accord de libre-échange nord-américain, en vigueur depuis près d'un quart de siècle entre les USA, le Mexique et le Canada. Freeland, qui a également échangé avec les représentants du Mexique, a évoqué des discussions approfondies. Son homologue mexicain Luis Videgaray a affirmé lui aussi que les trois parties allaient plancher sur un accord commun.

Moment crucial

Hier, Freeland a fait état d'un "moment intense" dans cette phase de discussion. La représentante canadienne a ajouté que les parties impliquées tentaient d'effectuer des progrès rapides. Elle a souligné également la bonne volonté des intervenants canadiens et américains. La ministre canadienne doit s'entretenir encore ce jour avec Lighthizer afin d'évaluer les avancées effectuées. Le Canada serait prêt à des concessions sur les produits laitiers. La volonté de Washington de se débarrasser d'un mécanisme empêchant les USA de mener des procédures contre le 'dumping' et les mesures compensatoires constituerait cependant une pierre d'achoppement, à en croire l'agence Reuters. Le Mexique a cédé sur cette question, mais rien n'assure que le Canada suive la même voie.

L'épineux dossier chinois loin d'être fermé

On a quelque peu oublié le conflit sino-américain ces derniers jours. Il faut dire que la dernière session de négociations entre Washington et Pékin, qui n'impliquait que des responsables secondaires, n'avait pas donné de résultat particulier. Etats-Unis et Chine se sont déjà infligés des taxes supplémentaires réciproques portant sur un montant d'environ 50 milliards de dollars de produits importés. La prochaine échéance est celle du 5 septembre. Il s'agit du délai pour les commentaires publics concernant le projet de l'administration Trump de taxer encore 200 Mds$ d'importations chinoises supplémentaires. Une telle mesure provoquerait évidemment des représailles rapides de la Chine. Trump avait précédemment affirmé qu'il était prêt à taxer la quasi-totalité (plus de 500 Mds$) des importations chinoises si nécessaire...

Trump a expliqué hier qu'il ressentait une pression énorme de la Chine sur la Corée du Nord du fait des conflits commerciaux actuels avec le gouvernement chinois. Dans le même temps, Trump dit avoir conscience du fait que la Chine fournisse à la Corée du Nord une aide considérable, "y compris de l'argent, du carburant, des fertilisants et différentes matières premières". Le Président américain juge néanmoins que sa relation avec Kim Jong-un est "très bonne et chaleureuse" et qu'il n'y a à ce stade "pas de raison de dépenses des montants importants en jeux de guerre" avec la Corée du Nord ! Quant aux conflits avec la Chine, Trump estime qu'ils seront résolus à temps avec le 'grand président chinois' Xi Jinping.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2018

Bic annonce avoir reçu de la part de Tahe Outdoors une offre d'achat pour sa filiale Bic Sport, spécialisée dans les sports de glisse nautique, pour une valeur comprise entre 6 et 9 millions…

Publié le 20/11/2018

Airbus a décroché une commande additionnelle de 17 A320neo auprès de la compagnie britannique easyJet. Cette dernière a en effet converti des droits d’achat en commande ferme. Cela porte sa…

Publié le 20/11/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 20/11/2018

Bruno Le Maire, ministre français de l’Economie, et son homologue japonais Hiroshige Seko, ont réaffirmé « l’important soutien des gouvernements français et japonais à l’alliance entre…

Publié le 20/11/2018

L'enquête de Nissan sur des malversations présumées de son président Carlos Ghosn se serait élargie pour inclure l'alliance Renault-Nissan. C’est ce que rapporte Reuters, sur la base de trois…