En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 024.26 PTS
+0.88 %
5 994.00
+0.44 %
SBF 120 PTS
4 743.30
+0.77 %
DAX PTS
13 576.68
+1.41 %
Dow Jones PTS
28 989.73
-0.58 %
9 141.47
-0.82 %
1.102
+0. %

Disparition totale ou partielle de Remade: la justice tranche jeudi

| AFP | 500 | Aucun vote sur cette news
Siège de Remade à Poilley, dans la Manche, après une manifestation de salariés inquiets sur le sort de leur entreprise, en décembre 2019
Siège de Remade à Poilley, dans la Manche, après une manifestation de salariés inquiets sur le sort de leur entreprise, en décembre 2019 ( Damien MEYER / AFP/Archives )

La justice doit trancher jeudi le sort de la jeune société Remade (reconditionnement de smartphones) en passe de voir disparaître une grande majorité, voire la totalité, de ses 320 emplois.

Après quatre audiences devant le tribunal de commerce de Rouen en moins de quatre mois, les salariés de Remade "sont à bout force", a indiqué mardi à l'AFP Sophia Garcia secrétaire CFDT du Comité social et économique (CSE). Le groupe lancé en 2014 et dont le site principal se trouve à Poilley, près du Mont-Saint-Michel (Manche), avait atteint un effectif de 680 personnes en 2019 avant d'être placé en redressement judiciaire fin septembre.

Lors de la dernière audience le 9 janvier deux offres de reprise ont été présentées au tribunal qui a mis sa décision en délibéré à jeudi. Le jugement sera disponible au greffe à 9H00 et annoncé par la direction aux salariés jeudi à 14H00 à Poilley, selon la CFDT.

Lors de l'audience, le CSE a donné un avis favorable, malgré quelques réserves, à l'une des offres, que le tribunal a examinée beaucoup plus longuement que l'autre: le britannique Suresh Radhakrishnan, qui a réaffirmé mardi à l'AFP "être déterminé à faire de Remade un succès", propose de reprendre 118 emplois, sur les quelque 320 restants après les liquidations ou reprises partielles des filiales. Pour cela, il met 3,3 millions sur la table via Forth Wave Technology, une des sociétés qu'il a créées en 2019.

Des salariés de Remade détruisent des portables le 13 décembre 2019 à Poilley pour protester contre les conditions financières en cas de licenciements
Des salariés de Remade détruisent des portables le 13 décembre 2019 à Poilley pour protester contre les conditions financières en cas de licenciements ( Damien MEYER / AFP/Archives )

La "personnalité et l'engagement personnel" du Britannique qui finance son offre sur ses propres deniers et ceux de sa famille, ont plutôt mis en "confiance" le CSE, a précisé Thomas Hollande, l'avocat du comité.

Son "business plan a convaincu" le comité en raison des 25 ans d'expérience affichés par Suresh Radhakrishnan dans le secteur "et ses relations dans les marchés porteurs, la Russie, le Moyen-Orient et la Grande-Bretagne", a poursuivi l'avocat.

Remade, "un joyau"

"Je pense que Remade est une très bonne société, une des rares à faire du reconditionnement de haute qualité. A plus d'un titre c'est un joyau de la France", a déclaré après l'audience à huis clos du 9 janvier M. Radhakrishnan.

Reste que "3 millions, c'est bien mais ça risque d'être insuffisant", souligne Me Hollande.

Manifestation de salariés, le 13 décembre 2019 à Poilley, dans la Manche
Manifestation de salariés, le 13 décembre 2019 à Poilley, dans la Manche ( Damien MEYER / AFP/Archives )

Selon l'avocat du Britannique Vincent Pellier, "le candidat repreneur est très confiant sur l'obtention, si besoin, de financements complémentaires" auprès de partenaires "notamment en Russie et au Moyen-Orient".

Par ailleurs M. Radhakrishnan promet d'être présent "au minimum trois jours par semaine" dans l'entreprise, selon Me Pellier.

"C'est un élément très rassurant mais en même temps les cadres qui l'assistent sont des personnes qui étaient déjà là hier et qui d'après nous n'ont pas forcément tiré toutes les leçons de l'échec de Remade", estime Me Hollande.

L'ancienne direction, le CSE ne veut plus en entendre parler. Sa secrétaire n'a ainsi "même pas regardé" l'autre offre présentée au tribunal, portée par le fondateur et ex-PDG de Remade Matthieu Millet. Selon Me Hollande "il est très hautement improbable" qu'elle soit retenue.

M. Millet promet de reprendre 142 emplois avec 1,3 million d'euros sur la table. "Je veux sauver mon bébé", a-t-il déclaré le 9 janvier.

M. Millet a été par le passé interdit de gérer plusieurs autres entreprises. A la suite d'un "signalement d’un administrateur judiciaire", Remade fait par ailleurs l'objet d'une enquête préliminaire menée par le parquet de Rennes pour faux bilan et fausses factures. Un groupe d'investisseurs en capitaux dans Remade a porté plainte.

"Pour masquer l'effondrement du groupe", Remade a "gonflé artificiellement son chiffre d'affaires", a affirmé le cabinet Syndex dans un rapport pour le CSE, daté de novembre, ce que dément M. Millet.

La société dispose d'un stock d'au moins 25.000 IPhones reconditionnés selon la direction. Mi-décembre, des salariés avaient détruit près de 7.000 téléphones pour protester contre les conditions financières en cas de licenciements.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/01/2020

Au 1er février 2020, les tarifs réglementés hors taxe d'Engie baissent de 3,3% par rapport au barème en vigueur applicable depuis le 1er janvier 2020...

Publié le 24/01/2020

METabolic EXplorer a fait le point vendredi soir sur le litige lié à l'abandon de son projet en Malaisie en 2014. Ainsi, la Cour d'Appel de Douai a rendu le 23 janvier 2020 un arrêt aux termes…

Publié le 24/01/2020

Le titre Alstom gagnait finalement 1,4% en clôture ce vendredi à 47,12 euros, Bloomberg ayant indiqué que Bombardier aurait eu des discussions...

Publié le 24/01/2020

L’Olympique Lyonnais a annoncé le transfert de l’attaquant international zimbabwéen Tino Kadewere, en provenance du Havre AC, pour un montant de 12 millions d’euros, auquel pourra s’ajouter…

Publié le 24/01/2020

À l'issue de l'offre publique d'achat simplifiée initiée par Coyote System visant les actions de la société Traqueur non détenues par lui, au prix...