En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Disney met la main sur une partie de l'empire de Rupert Murdoch

| AFP | 215 | Aucun vote sur cette news
Les studios de la Fox, le 13 décembre 2017 à Los Angeles
Les studios de la Fox, le 13 décembre 2017 à Los Angeles ( Mark RALSTON / AFP/Archives )

Disney va racheter une grande partie des actifs de 21st Century Fox, le groupe de médias fondé par Rupert Murdoch dans une opération qui va bouleverser le paysage des médias, d'Hollywood à la Silicon Valley.

L'entreprise légendaire fondée par Walt Disney en 1923 a annoncé jeudi qu'elle allait notamment mettre la main sur les studios de cinéma 20th Century Fox et les regrouper avec ses propres studios. Elle va aussi acquérir plusieurs chaines de télévision mais pas Fox News.

L'opération s'élève à 52,4 milliards de dollars et grimpe à 66,1 milliards avec la reprise de dette.

A eux deux, Disney et 20th Century Fox ont produit récemment le "Crime de l'Orient-Express", "Kingsman: le Cercle d'or", "Logan", "La Planète des Singes" ou encore "Les Figures de l'ombre" (Fox), "Pirates des Caraïbes", "La Belle et la Bête", "Cars 3" et "Stars Wars: Les Derniers Jedi" (Disney), dont la sortie est prévue ce vendredi. La plupart de ces films ont été ou devraient être de gros succès en salles à travers le monde.

Dans la télévision, outre ses propres chaînes ABC et le bouquet de chaînes sportives ESPN, Disney détiendra désormais les chaînes FX et National Geographic et va se renforcer à l'international en devenant propriétaire des chaînes indiennes Star ainsi que des 39% détenus par la Fox dans l'opérateur de télévision européen Sky, présent au Royaume-Uni, en Irlande, Allemagne, Autriche et Italie.

- Concurrencer Netflix et Amazon -

Ces actifs entrent dans la stratégie de Bob Iger, le PDG de Disney, de transformer le groupe en un géant des médias et du divertissement pouvant concurrencer Netflix, Amazon, Facebook ou encore Apple.

Selon la société d'investissement Raymond James, 31% des Américains estiment que les services de streaming (Amazon, Apple Video, Hulu...) constituent leur première source de contenus vidéos.

L'opération "renforce" Disney "dans les contenus et le divertissement", a d'ailleurs souligné le groupe californien jeudi, qui prévoit de lancer prochainement son propre service de "streaming" afin de nouer des relations directes avec les spectateurs sans devoir passer par les câblo-opérateurs.

Disney prend en outre le contrôle de Hulu, un service de streaming populaire aux Etats-Unis, en récupérant la participation de la Fox qui s'ajoutera à celle qu'il détient déjà.

"Ca leur donne une plateforme pour affronter Netflix et Amazon, notamment à l'international", estime l'expert indépendant Alan Wolk. Et Disney va avoir accès à des données sur l'auditoire, ce qui va lui permettre d'affiner son offre de contenus, ajoute-t-il.

"Nous envisageons de créer des contenus de très bonne qualité pour les consommateurs à l'échelle planétaire", insiste Bob Iger, dont le mandat a été prolongé jusqu'en 2021 malgré des rumeurs annonçant l'arrivée de James Murdoch, fils de Rupert, dans l'équipe dirigeante pour prendre sa succession. Il y aura des discussions "pour savoir s'il y a un rôle pour lui ou non dans notre entreprise", a déclaré M. Iger.

Le dirigeant espère également relancer l'offre de Disney sur petit écran au moment où les spectateurs américains délaissent la télévision par câble et satellite, très chère aux Etats-Unis, pour s'orienter vers d'autres supports.

La transaction marque également un tournant important dans l'empire des médias bâti par Rupert Murdoch, 86 ans, sur un mélange d'informations populaires et de scandales.

- Contenus précieux -

Le milliardaire, qui a cédé une grande partie des commandes de son empire à ses deux fils, James et Lachlan, ne conservera plus que la grande chaîne hertzienne américaine Fox, proche de Donald Trump, les stations locales, les chaînes d'informations et des chaînes sportives comme Fox Sports. Ces actifs vont être regroupés dans une nouvelle entité cotée séparément en Bourse.

Il aura aussi toujours le contrôle de ses journaux (Le Wall Street Journal et le New York Post aux Etats-Unis, le Sun, le Times et le Sunday Times entre autres au Royaume-Uni) qui composent la société indépendante News Corp.

"J'ai appris une leçon tout au long de ma carrière: les contenus et les informations pertinents pour les téléspectateurs seront toujours précieux", avance Rupert Murdoch.

Les termes financiers de l'accord signé avec Disney prévoient que les actionnaires de 21st Century Fox vont détenir 25% du nouveau Disney.

Pour autant, il reste encore à obtenir le feu vert des autorités de la concurrence américaines, une étape qui s'annonce ardue car la plupart des médias américains vont être détenus par une poignée de grands groupes: Comcast (NBCUniversal), Disney-Fox, Viacom, Sony Pictures et Lions Gate.

Le ministère américain de la Justice a récemment bloqué le rachat pour 85,4 milliards de dollars de Time Warner (Studios de cinéma Warner Bros, le bouquet de chaînes à péage HBO...) par l'opérateur télécoms AT&T et ce dernier pourrait devoir se séparer d'actifs comme la chaîne d'informations CNN, une des cibles favorites du président Donald Trump.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…