En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 269.92 PTS
-2.02 %
5 251.00
-2.19 %
SBF 120 PTS
4 172.22
-2.01 %
DAX PTS
11 364.17
-1.61 %
Dowjones PTS
25 502.32
-1.77 %
7 326.06
-2.23 %
1.130
-0.01 %

Didier Guillaume: la transition agroécologique de l'agriculture est "irréversible"

| AFP | 443 | Aucun vote sur cette news
Didier Guillaume à Paris le 24 octobre 2018
Didier Guillaume à Paris le 24 octobre 2018 ( Eric FEFERBERG / AFP/Archives )

Pour mieux manger, la France doit compter sur la "transition agroécologique" de son agriculture conventionnelle, désormais "irréversible", estime le ministre de l'agriculture Didier Guillaume dans un entretien avec l'AFP, où il appelle parallèlement à ne pas "industrialiser" la production de bio.

La "transition agroécologique" de l'agriculture "est en route", et "elle est irréversible", car "la demande sociétale est irréversible aussi", a jugé M. Guillaume à l'issue du 56e salon de l'Agriculture. "Nos concitoyens nous demandent plus de transparence, plus de sécurité, moins de produits phytosanitaires et plus de bien-être animal".

Selon lui, les agriculteurs conventionnels ont "précédé" ces demandes "depuis des années", en utilisant "moins d'eau, moins de +phytos+, et moins d'antibiotiques dans les élevages".

Mais pour répondre à la demande croissante des consommateurs avides de produits plus naturels et sans pesticides, "il ne faut pas industrialiser" la production d'aliments biologiques, a-t-il aussi plaidé.

Certains pays ont répondu au développement de la demande avec des modes de production bio intensifs, s'approchant dans certains cas du modèle des fermes usines décriées par les associations environnementales.

"On ne peut pas faire passer toute l'agriculture en bio, parce que cette agriculture-là n'est pas à même aujourd'hui de produire l'alimentation que nous souhaitons en quantité", a jugé le ministre.

C'est l'évolution de l'agriculture traditionnelle, grâce notamment à des pratiques empruntées au bio (nouvelles pratiques agraires, rotations des sols) qui permettra la "montée en gamme de l'agriculture française", a-t-il estimé.

Il a notamment salué les efforts de la filière céréalière, qui a mis au point un blé environnemental CRC (Culture raisonnée contrôlée), avec des contrôles prévus garantissant "zéro résidu de pesticides".

"Les viticulteurs sont partis (dans la transition agroécologique), les fruits et légumes aussi", a-t-il souligné, "et quand les vaches sont sur l'herbe, c'est quasiment du bio aussi".

Aides bio: "un bug inacceptable"

Dans un champ de Douville-en-Auge, le 29 décembre 2018
Dans un champ de Douville-en-Auge, le 29 décembre 2018 ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

"Je ne veux pas opposer" le système conventionnel et le bio, a néanmoins précisé le ministre, "on a besoin des deux".

Pour rassurer les producteurs bio, il a souligné qu'il "poussait beaucoup pour les conversions de nouveaux agriculteurs", même si le gouvernement a renoncé à un accompagnement financier prolongé sur cinq ans.

"Nous avons pris la décision de les accompagner pendant trois ans au lieu de cinq, pour avoir plus de producteurs" biologiques, a dit le ministre. "Si un jeune tient les trois premières années, il est bien parti".

De 6,5% des surfaces agricoles françaises, l'agriculture biologique doit en couvrir 15% en 2022, selon les engagements du gouvernement.

Interrogé sur les retards de paiement des aides européennes pour les agriculteurs bio, le ministre a admis "une défaillance de l’État français et de l'agence de services et de paiement", et un "bug inacceptable".

"Il y a deux à trois ans de retard, (...) les paiements de 2016/17 -c'est aberrant de dire cela- ne seront payés qu'au printemps 2019", a relevé le ministre.

Certains agriculteurs bio ont intenté la semaine passée une action en justice contre l’État pour recevoir leurs arriérés.

Selon M. Guillaume, il reste un solde de "60 millions d'euros" à verser sur les 4 milliards promis pour la période 2016/17.

Revenant sur le salon SIMA des matériels agricoles, qui s'est tenu parallèlement à Villepinte (Seine Saint-Denis), il a estimé que l'industrie des agroéquipements s'était aussi engagée dans la transition, grâce à des appareils plus performants (pulvérisateurs, etc.) permettant de réduire de "70% à 80%" l'utilisation de produits phytosanitaires.

Interrogé sur la dégradation de l'excédent commercial agroalimentaire français depuis le début des années 2000, le ministre a estimé que la France devrait se concentrer surtout sur les exportations alimentaires vers les pays européens, les plus rapprochés, malgré le Brexit.

"Les exportations diminuent en Europe, il faut essayer de comprendre pourquoi", a-t-il dit. "Les Britanniques vont continuer de manger, et à terme il faudra bien que les Britanniques passent des accords commerciaux avec l'Union européenne, cela reprendra bien".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Elis a signé un accord portant sur l’acquisition de 100 % de l’activité Tapis de « Blesk InCare » en Russie. La finalisation de la transaction est soumise aux conditions réglementaires…

Publié le 22/03/2019

L'assemblée générale mixte des actionnaires d'Argan a approuvé la distribution d’un dividende 2018 de 1,35 euro par action, avec option pour le paiement du dividende en action (sur la totalité…

Publié le 22/03/2019

Au 31 décembre 2018, la trésorerie s'élevait à 3,5 ME

Publié le 22/03/2019

L’Assemblée Générale Mixte des actionnaires d’Elior Group a décidé de distribuer un dividende de 0,34 euro par action, au titre de l’exercice clos le 30 septembre 2018 et a offert aux…

Publié le 22/03/2019

L'Olympique Lyonnais confirme que des discussions exclusives ont été engagées avec l'ASVEL SASP, pour une prise de participation minoritaire au sein...