En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Devises : marché agité, en réaction aux turbulences boursières

| Boursier | 379 | Aucun vote sur cette news

La livre sterling a encore gagné du terrain mercredi, portant sa progression à 2% depuis une semaine. Michel Barnier s'est montré optimiste sur un accord sur le Brexit avant le 17 octobre. L'Euro a rebondi, le danger italien semblant se réduire.

Devises : marché agité, en réaction aux turbulences boursières
Credits Reuters

Le marché des changes a été agité mercredi, le dollar perdant du terrain face à plusieurs grandes devises (euro, livre et yen notamment) tandis que la livre sterling a une nouvelle fois bondi dans l'espoir de la conclusion d'un accord sur le Brexit dans les prochains jours. L'euro a retrouvé des couleurs depuis que la BCE a fait avoir, mardi, qu'elle surveillait les banques italiennes de près, et que jusqu'ici leur situation ne signale pas d'alarme malgré les récentes tensions sur les taux d'intérêts de la dette italienne.

Mercredi soir, l'indice du dollar, qui mesure son évolution face à 6 devises de références (euro, yen, livre sterling, franc suisse, dollar canadien et couronne suédoise) reculait de 0,21% pour revenir à 95,46 points, sur fond de forte baisse de la Bourse de New York et de tensions sur les taux d'intérêts.

L'euro, la livre et le yen progressent, les Bourses chutent

La livre sterling progressait de 0,47% à 1,3207$, ce qui porte sa hausse à près de 2% depuis une semaine, sur fond d'informations faisant état de nets progrès en vue d'un accord sur le Brexit à l'approche du sommet européen des 17 et 18 octobre.

L'euro, qui était tombé en début de semaine sous 1,15$, plombé par la crise politique entourant le budget italien, a rebondi mercredi de 0,4% à 1,1536$. Le yen a profité de son statut de valeur refuge, progressant de 0,2% à 112,76 Y/$.

Ces mouvements assez amples sur les devises se sont déroulés alors que les marchés d'actions mondiaux ont connu une séance difficile mercredi, sur fond de craintes sur le croissance mondiale, tensions commerciales, et de correction des valeurs du luxe et de la technologie. Le Dow Jones perdait 1,8% en séance, et le Nasdaq abandonnait 2,2%, tandis que l'Euro Stoxx 50 a chuté de 1,65% et que le CAC 40 à lâché 2,1% à la clôture.

Le FMI révise en baisse la croissance mondiale en 2018 et 2019

Le FMI a jeté un froid mardi en ramenant sa prévision de croissance mondiale à 3,7% pour cette année (soit le même niveau qu'en 2017) et l'année prochaine contre une précédente anticipation de 3,9%. Le FMI cite notamment la montée des incertitudes liées aux tensions commerciales et à la situation de certains pays émergents.

Pour les Etats-Unis, le FMI table sur une progression du PIB de 2,9% en 2018 (inchangée) mais de seulement 2,5% en 2019 (contre 2,7% espéré jusqu'ici). La croissance chinoise attendue pour 2019 a aussi été révisée à la baisse de 0,2 point, à 6,2%.

Un accord sur le Brexit avant le sommet de la semaine prochaine ?

Concernant le Brexit, les première rumeurs de progrès dans les négociations remontent au jeudi 4 octobre et n'ont cessé d'enfler depuis. Mercredi, Michel Barnier, le négociateur en chef de l'UE en charge du Brexit, s'est montré optimiste, estimant qu'un accord était à portée de main d'ici au Conseil européen des 17 et 18 octobre.

Concernant la future frontière avec l'Irlande du Nord, principal point d'achoppement, il reste toutefois encore des questions en suspens. L'hypothèse de travail actuellement privilégiée est l'instauration, non pas une frontière physique, mais de contrôles administratifs entre la Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord, a expliqué M. Barnier.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...