En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 417.61 PTS
-0.15 %
5 413.50
-0.01 %
SBF 120 PTS
4 296.33
-0.06 %
DAX PTS
11 644.75
-1.22 %
Dowjones PTS
25 887.38
-0.10 %
7 349.28
+0.00 %
1.135
+0.01 %

Devises : le sterling rechute après le nouvel échec de May sur le Brexit

| Boursier | 95 | Aucun vote sur cette news

La livre sterling est repartie en baisse mardi, après le nouveau rejet de l'accord sur le Brexit par le parlement britannique. Theresa May avait pourtant négocié des garanties de dernière minute avec Bruxelles.

Devises : le sterling rechute après le nouvel échec de May sur le Brexit
Credits Reuters

Le rebond de l'ordre de 2% de la livre sterling observé depuis dimanche soir s'est heurté à mur, après que le parlement britannique eut rejeté mardi soir l'accord sur le Brexit, pour la seconde fois en deux mois.

La devise européenne s'échangeait mardi soir à 1,3075$, en recul de 0,57% dans les échanges interbancaires à New York, après le nouveau vote-sanction du parlement britannique contre l'accord de Brexit négocié entre la Première ministre britannique Theresa May et l'Union européenne. De son côté, l'indice du dollar a réduit ses pertes après le vote britannique : il cédait 0,22% à 97 points, alors qu'il reculait de près de 0,4% auparavant, dans le sillage de l'annonce d'une inflation modérée aux Etats-Unis en février. L'euro progressait de 0,2% à 1,1288$ mardi soir face au dollar, et bondissait de 1% face à la livre sterling, à 86,37 pence.

A Londres, le projet d'accord sur le Brexit a recueilli 242 voix en sa faveur et 391 voix contre, malgré des amendements de dernière minute apportés la veille, afin de rassurer les élus sur le "backstop" (clause de sauvegarde) concernant l'avenir de la frontière irlandaise.

L'insoluble question de la frontière irlandaise

Lundi soir, la Première ministre britannique Theresa May avait rencontré à Strasbourg Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, où elle avait obtenu des garanties jugées contraignantes, afin d'éviter le rétablissement d'une frontière physique entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord. Ce filet de sécurité était assorti de la promesse faite par les Européens de ne pas chercher à maintenir indéfiniment le Royaume-Uni dans une union douanière.

Mais cela n'a pas suffi à rallier les Eurosceptiques du camp gouvernemental. Les députés pro-Brexit du Parti conservateur de Mme May, regroupés au sein de l'ERG (European Research Group), de même que les unionistes nord-irlandais du DUP, dont dépend la majorité parlementaire du gouvernement, ont voté contre le projet d'accord amendé.

Quant au Parti travailliste, son chef de file, Jeremy Corbyn, avait estimé dans la journée que les assurances obtenues à Strasbourg ne contenaient "rien qui s'approche des changements promis par Theresa May au Parlement".

Un report du Brexit plus probable qu'une sortie chaotique, sans accord

Le texte ayant été une nouvelle fois rejeté, un autre vote interviendra dès ce mercredi pour que le parlement accepte ou non l'hypothèse d'un Brexit "dur", sans accord. Les sondages prévoient qu'une majorité de députés refuse ce "hard Brexit", en raison du trop grand risque de chaos économique outre-Manche.

Un troisième vote sera alors organisé jeudi pour savoir si Londres va demander à l'Union européenne un délai supplémentaire, d'une "durée limitée", au-delà de la date-butoir du 29 mars, afin de parvenir enfin à un compromis sur les modalités du divorce.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/03/2019

Hermès progresse de 0,85% à 595,25 euros, soutenus par des résultats 2018, une nouvelle fois, très solides. A l'image de ses concurrents Louis Vuitton et Gucci, le groupe a fait mentir les…

Publié le 20/03/2019

Dans un marché hésitant, Eutelsat (+1,6%) et SES (+0,6%) progressent en fin de matinée à Paris...

Publié le 20/03/2019

Kingfisher (-1,22% à 242,30 pence) occupe l’une des dernières places de l’indice FTSE 100 après avoir annoncé des résultats annuels en repli et le futur départ de sa directrice générale…

Publié le 20/03/2019

Elior (-7,20% à 12,50 euros) accuse le plus lourd repli du SBF 120 à Paris ce matin, dans le sillage d'informations de presse concernant la cession de ses activités de restauration de concession…

Publié le 20/03/2019

Dans le cadre de son programme « Mi-Vie » s’étalant de 2018 à 2026, Eurotunnel (filiale de Getlink) a signé avec Bombardier Transport un contrat pour la rénovation de 9 Navettes « PAX ».…