En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 344.93 PTS
-0.08 %
5 350.5
+0.08 %
SBF 120 PTS
4 288.07
-0.06 %
DAX PTS
12 210.55
-0.22 %
Dowjones PTS
25 669.32
+0.43 %
7 377.54
+0.04 %
1.144
+0.00 %

Devises : la BCE sonne la fin de la hausse de l'euro !

| Boursier | 382 | Aucun vote sur cette news

Après un "rally" de 2,7% en 4 séances, l'euro a marqué le pas mardi. La BCE a calmé le jeu concernant ses intentions de changer de ton sur sa politique monétaire...

Devises : la BCE sonne la fin de la hausse de l'euro !
Credits Reuters

L'ascension de l'euro a fait une pause, mardi, après quatre séances de forte hausse. Des informations provenant de la BCE ont un peu refroidi les attentes concernant l'annonce imminente d'une politique monétaire moins accommodante pour les mois à venir.

Mardi, la devise européenne a cédé 0,12% à 1,2247$, mais reste proche de ses plus hauts niveaux depuis plus de trois ans, à la mi-décembre 2014. L'euro met fin ainsi à une flambée de 2,7% en 4 séances, qui a pesé sur les marchés d'actions européens...

L'euro a été porté ces derniers jours par la sortie de crise politique en Allemagne, et par les signes d'une inflexion prochaine du discours de la BCE vers une position moins accommodante.

La zone euro a encore besoin d'une politique monétaire accommodante

Cependant, des informations de presse et un responsable de la BCE ont un peu refroidi ces attentes mardi. Alors que certains investisseurs spéculaient sur un changement de ton de la BCE dès sa réunion de la semaine prochaine, le 25 janvier, des sources citées par l'agence 'Reuters' ont affirmé que la Banque centrale européenne ne devrait pas renoncer jeudi prochain à son engagement de poursuivre ses achats d'actifs jusqu'à la remontée de l'inflation à son objectif, soit un peu moins de 2%.

De son côté, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a implicitement confirmé ces informations en déclarant au quotidien allemand 'Börsen Zeitung' que la zone euro avait encore besoin d'une politique monétaire accommodante, l'inflation n'ayant pas encore atteint l'objectif de l'institution de Francfort.

La BCE doit surveiller l'évolution récente du taux de change de l'euro au regard de son impact potentiellement négatif sur les prix importés, déclare également François Villeroy de Galhau dans cette interview.

La semaine dernière, la publication des Minutes de la dernière réunion de la BCE, les 13 et 14 décembre, avait déclenché le "rally" de l'euro. Le compte-rendu mentionnait que les membres du conseil de la BCE avaient évoqué une prochaine évolution du discours de la BCE et du pilotage de ses anticipations, pour tenir compte de l'amélioration de la conjoncture économique dans la zone euro.

Par ailleurs, vendredi, l'annonce d'un accord politique en Allemagne entre la CDU-CSU d'Angela Merkel et les socio-démocrates du SPD en vue de former un nouveau gouvernement avait retiré un autre facteur d'inquiétude sur la stabilité de la zone euro.

Retour au calme sur les marchés obligataires après les tensions de la semaine passée

La flambée de l'euro a cependant entraîné des inquiétudes dans les milieux d'affaires pour qui une monnaie forte est certes un signe de bonne santé économique, mais aussi un handicap réel pour la compétitivité des entreprises exportatrices de la zone euro. Ainsi, la hausse de l'euro a pénalisé les marchés d'actions européens depuis le début 2018, alors que la Bourse américaine profitait de son côté de la faiblesse du dollar pour enchaîner les records historiques.

Mardi, les nouveaux signaux venus de la BCE ont aussi eu pour effet d'entraîner une baisse des rendements des emprunts d'Etat de la zone euro, qui s'étaient nettement tendus la semaine dernière. Le taux du Bund allemand à 10 ans a ainsi perdu 2 points de base à 0,56%, tandis que l'OAT française de même échéance s'est détendue à 0,83% (-3 pdb).

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/08/2018

Sur la semaine, le marché parisien abandonne 1,3%

Publié le 17/08/2018

A 08h00 en Allemagne
Indice des prix à la production de juillet.
source : AOF

Publié le 17/08/2018

Pendant ce temps, la SEC poursuivrait ses investigations

Publié le 17/08/2018

Communiqué de presse                                 Tours-en-Savoie, le 17 août 2018   Transfert du contrat de liquidité TIVOLY   TIVOLY…

Publié le 17/08/2018

Fox21 acquiert les droits d'adaptation du jeu vidéo à succès Vampyr, développé et coproduit par Dontnod Entertainment et édité par Focus Home Interactive, pour la production d'une série…