En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 909.45 PTS
+2.15 %
4 917.0
+2.48 %
SBF 120 PTS
3 901.62
+2.13 %
DAX PTS
10 929.43
+1.38 %
Dowjones PTS
24 798.19
+1.76 %
6 859.37
+2.31 %
1.137
+0.45 %

Devises : l'euro toujours faible, les tensions montent sur l'Italie

| Boursier | 399 | Aucun vote sur cette news

L'euro a reculé lundi pour la 4ème séance d'affilée, tandis que les taux d'intérêts se sont nettement tendus en Italie. Le ton est monté entre la Commission européenne et Rome au sujet de la dette italienne.

Devises : l'euro toujours faible, les tensions montent sur l'Italie
Credits Reuters

Après une tentative de rebond en début de journée, l'euro est reparti à la baisse lundi soir face au dollar, signant une 4ème séance consécutive de recul. La crainte d'un dérapage de la dette italienne (la plus élevée de l'Union européenne après celle de la Grèce), reste le principal facteur pesant sur la devise européenne.

L'euro a ainsi fini la journée à 1,1578$, en recul de 0,23% par rapport à vendredi, et en perte de 1,6% depuis 4 séances.

La crainte d'une nouvelle crise du type grec

En matinée, l'euro avait dans un premier temps rebondi jusqu'à 1,1625$, mais les craintes d'une escalade des tensions entre Rome et Bruxelles au sujet de la gestion de sa dette par l'Italie ont inversé cette tendance. Le ministre italien de l'Economie, Giovanni Tria, a ainsi quitté plus tôt que prévu la réunion de l'Eurogroupe qui se tenait lundi à Luxembourg.

Son départ précipité, expliqué officiellement par la nécessité de travailler sur les détails du budget, a inquiété les marchés alors que d'autres réunions étaient prévues mardi à Luxembourg. Les spéculations sur un risque de nouvelle crise dans la zone euro vont désormais bon train, d'autant que le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a estimé lundi qu'il fallait être "très strict" avec Rome, pour éviter une nouvelle crise du type grec.

Giovanni Tria avait en revanche estimé dimanche que les nouveaux investissements prévus dans le budget italien créeraient assez de croissance pour réduire la dette publique, mais de nombreux analystes financiers doutent que cela soit le cas.

Tensions sur les taux italiens, la Bourse de Milan rechute

Après ces informations, l'indice de la Bourse de Milan est passé du vert au rouge (-0,49% à la clôture) portant son recul à 4,8% depuis mardi dernier. Les taux d'intérêts italiens sont repartis en vive hausse, témoignant des craintes d'un dérapage de la dette italienne, après l'adoption, jeudi soir, d'un budget en déficit de 2,4% pour les trois prochaines années, supérieur aux demandes de Bruxelles ainsi qu'aux objectifs du précédent gouvernement (0,8% en 2019).

La dette publique italienne atteint de son côté 131% du PIB de l'Italie, un niveau insoutenable si le nouveau gouvernement populiste met en oeuvre sa politique expansionniste, selon les analystes.

Le rendement de l'emprunt d'Etat italien à 10 ans a ainsi bondi lundi soir de 15 points de base, pour atteindre 3,29%, remontant ainsi à son plus haut niveau depuis mars 2014... L'écart ("spread") avec l'emprunt allemand (Bund) de même échéance s'est élargi lundi à 280 points de base, contre 233 pdb il y a moins d'une semaine.

Budget italien "incompatible", selon les instances européennes

Lundi, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a mis en garde l'Italie contre son projet de budget pour 2019, que les instances de Bruxelles jugent incompatible avec les objectifs de réduction de la dette publique. "Je ne souhaite pas qu'après avoir surmonté la crise grecque nous retombions dans la même crise en Italie. Une crise de ce genre est suffisante", a-t-il dit. "Si l'Italie veut un traitement particulier supplémentaire, cela signifierait la fin de l'euro. Il faut être très strict", a-t-il ajouté.

De son côté, le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, Pierre Moscovici, a déclaré que l'exécutif européen allait tenter de convaincre le gouvernement italien de revoir ses objectifs budgétaires.

Depuis Rome, Luigi Di Maio, le vice-Premier ministre et chef du Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) s'est insurgé lundi contre les pressions de la Commission européenne, accusant même Bruxelles de pratiquer le "terrorisme sur les marchés", en perturbant de façon délibérée les marchés financiers par des commentaires négatifs sur le projet de budget de l'Italie.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2018

  Paris, le 12 décembre 2018 N° 17-18   Compte rendu des Assemblées Générales  du mercredi 12 décembre 2018             Établissements Maurel &…

Publié le 12/12/2018

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Nexans renouvelle sa ligne de crédit syndiqué pour un montant de 600 millions d'euros Paris La Défense, le 12 Décembre 2018 - Nexans a signé une…

Publié le 12/12/2018

Le chinois HNA va céder à la filiale chinoise de Pierre et Vacances sa participation de 60% dans leur coentreprise en Chine « HNA PV Tourism Company Limited ». « Des négociations sont avancées…

Publié le 12/12/2018

Groupe Partouche annonce son chiffre d'affaires consolidé pour l'exercice clos le 31 octobre 2018...

Publié le 12/12/2018

Cet actif représente un investissement global de 12,5 millions d'euros HT