En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 408.60 PTS
-
5 407.5
+0.57 %
SBF 120 PTS
4 340.39
-
DAX PTS
12 384.49
+0.43 %
Dowjones PTS
25 822.29
+0.25 %
7 397.23
+0.35 %
1.157
+0.04 %

Devises : l'euro soutenu par l'optimisme économique en Europe

| Boursier | 309 | 5 par 1 internautes

La monnaie unique européenne a gagné du terrain jeudi après une révision en nette hausse de la prévision de croissance économique dans la zone euro par la Commission européenne.

Devises : l'euro soutenu par l'optimisme économique en Europe
Credits Reuters

Le marché des changes a tourné jeudi à l'avantage de l'euro, après des nouvelles encourageantes pour la croissance économique du Vieux continent et l'espoir de la formation d'un gouvernement de coalition en Allemagne. En outre, un membre de la BCE a évoqué un resserrement de la politique monétaire lorsque l'inflation aura accéléré dans la zone euro.

Jeudi soir, l'euro progressait de 0,47% à 1,1648$, profitant aussi d'un accès de faiblesse du dollar. Ce dernier a pâti des aléas du projet de réforme fiscale américaine dans son parcours sinueux au sein du Congrès américain. Selon la presse, le Sénat pourrait proposer de reporter certains volets de la réforme, dont la réduction de 35% à 20% du taux de l'impôt sur les sociétés. L'indice du dollar, qui mesure l'évolution du billet vert face à un panier de 6 devises de référence, reculait jeudi soir de 0,43% à 94,44.

La croissance accélère dans la zone euro, mais l'inflation reste à la traîne

En Europe, la Commission européenne a nettement relevé jeudi sa prévision de croissance du PIB de la zone euro pour 2017 de 1,7% à 2,2%. Pour 2018, un taux de 2,1% est désormais anticipé contre 1,8% précédemment. Pour justifier son optimisme, Bruxelles cite une "consommation privée résiliente, une croissance plus forte dans le monde et la baisse du chômage", sans oublier la reprise de l'investissement. En revanche, la Commission estime que l'inflation restera en dessous de l'objectif de la BCE (autour de 2%), à 1,5% cette année et à 1,4% l'an prochain.

A ce sujet, un membre du conseil des gouverneurs de la BCE, l'Irlandais Philip Lane, a déclaré jeudi que "quand nous disposerons de suffisamment de signaux, nous pourrons devenir actifs et agir" de manière moins accommodante. Cité jeudi par le journal allemand 'Börsen-Zeitung', le gouverneur de la banque centrale d'Irlande a ajouté que "notre politique monétaire ne doit pas toujours respecter une telle approche graduelle et de petits pas, comme c'est actuellement le cas".

Lors de sa dernière réunion, la BCE a décidé de prolonger son programme d'achat d'actifs au moins jusqu'à la fin septembre 2018, tout en réduisant de moitié le montant mensuel de ses rachats de 60 à 30 MdsE à partir de janvier 2018. A ce stade, l'institution juge toujours nécessaire de continuer à soutenir l'inflation pour tenter de la rapprocher de son objectif d'une hausse des prix proche de 2%.

Vers un compromis en Allemagne pour former une coalition"jamaïcaine" ?

L'évolution de l'euro reste en outre influencée par les négociations en cours en Allemagne en vue de former un gouvernement de coalition. La monnaie unique européenne avait été affaiblie après l'élection du 24 septembre dernier, qui avait été marquée par un recul du parti CDU-CSU de la chancelière Angela Merkel. Depuis, des discussions complexes se déroulent en vue de former une coalition dite "jamaïcaine", réunissant la CDU-CSU, les libéraux du FDP et les écologistes.

Aux dernières nouvelles, un compromis pourrait être enfin à portée de main : selon la presse allemande de jeudi, les écologistes seraient prêts à revoir à la baisse leurs exigences en matière de transition énergétique, et les libéraux accepteraient des baisses d'impôts moins importantes que les 30 à 40 MdsE promis pendant la campagne.

Selon le 'Tagesspiegel', "ces négociations pourraient donner leurs premières résultats dès vendredi", en sachant qu'Angela Merkel a fixé le 16 novembre comme date butoir pour la fin de ces discussions préparatoires. Si un accord se dessinait en fin de semaine, des pourparlers plus précis pourraient commencer pour former un gouvernement.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/08/2018

   Bollène (France) - Le 21 août 2018 - 20:00 (CET)     EGIDE RENFORCE SON ORGANISATION COMMERCIALE AUX ETATS-UNIS   Le groupe Egide (ISIN: FR0000072373 - Reuters:…

Publié le 21/08/2018

Le montant du transfert s'élève à 6,5 ME auxquels pourront s'ajouter des incentives pour un maximum de 3,5 ME...

Publié le 21/08/2018

L'installation reflète l'adoption croissante de la technologie EOS en tant que standard de soin dans les centres orthopédiques...

Publié le 21/08/2018

Nacon officialise sa collaboration avec Marie-Laure 'Kayane' Norindr, joueuse professionnelle de eSport...

Publié le 21/08/2018

Entre le 13 et le 17 août, Bic a racheté pour près de 3,06 millions d’euros de ses propres actions. Ces transactions portent sur environ 39 000 titres rachetés à un prix moyen pondéré…