En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 909.64 PTS
+1.2 %
4 913.50
+1.35 %
SBF 120 PTS
3 894.66
+1.14 %
DAX PTS
12 645.75
+0.82 %
Dow Jones PTS
28 335.57
-0.1 %
11 692.57
+0.25 %
1.186
+0. %

Devises : l'euro recule, la BCE surveille le taux de change (Lagarde)

| Boursier | 570 | 5 par 1 internautes

Face à la crise du Covid-19, "la BCE a-t-elle brûlé toutes ses munitions ? Non, absolument pas", a déclaré Christine Lagarde lors d'une réunion en visioconférence de l'Assemblée parlementaire franco-allemande.

Devises : l'euro recule, la BCE surveille le taux de change (Lagarde)
Credits Reuters

L'euro s'est nettement affaibli lundi dans les échanges interbancaires, en réaction à des propos de Christine Lagarde, déclarant que la BCE dispose encore d'une large gamme d'outils pour soutenir la croissance économique. La présidente de la BCE a ajouté que l'institution allait intégrer la parité euro-dollar dans la mise en oeuvre de sa politique monétaire, laissant entendre que la BCE n'acceptera pas de voir la devise européenne s'apprécier davantage...

Lundi soir sur les marchés interbancaires à New York, l'euro reculait de 0,7% à 1,1755$. L'indice du dollar (qui mesure son évolution face à 6 devises de référence) se renforçait pour sa part de 0,8% à 93,67 points.

Une reprise "très incertaine, irrégulière et incomplète"

Alors que les Bourse européennes ont dévissé lundi face à la flambée de nouveaux cas de coronavirus en Europe, Christine Lagarde a fait comprendre que la banque centrale était prête à agir à nouveau si nécessaire, et a qualifié la reprise économique de "très incertaine". "La BCE a-t-elle brûlé toutes ses munitions ? Non, absolument pas", a déclaré Christine Lagarde lors d'une réunion en visioconférence de l'Assemblée parlementaire franco-allemande.

"Si les données disponibles signalent un net rebond au troisième trimestre, la vigueur de la reprise reste très incertaine, irrégulière et incomplète. Elle continue de dépendre largement de l'évolution future de la pandémie et de la réussite des politiques d'endiguement", a-t-elle poursuivi.

"L'incertitude de l'environnement actuel exige cependant une évaluation très attentive des nouvelles informations qui nous parviennent, y compris concernant le taux de change, et de leurs implications pour les perspectives d'inflation à moyen terme."

Les marchés s'attendent à ce quela BCE annonce une nouvelle rallonge de son plan d'urgence face à la pandémie (PEPP), qui interviendrait en décembre. Ce plan avait été doté de 750 milliards d'euros en mars, avant d'être porté à 1.350 MdsE en juin.

La crainte d'une 2e vague de Covid-19

L'euro a aussi été plombé lundi par la crainte d'une seconde vague de coronavirus, qui menace d'enrayer la fragile reprise économique. Face à la hausse des cas de Covid-19 ces dernières semaines, de nombreux pays européens ont dû durcir les mesures de restriction dans leurs grandes villes, afin de tenter de juguler le rebond des cas de Covid-19. En France, Nice, Lyon, Marseille et Toulouse ont notamment restreint les rassemblements et manifestations sportives et culturelles et les horaires d'ouverture des bars et restaurants.

En Espagne, des quartiers entiers de Madrid ont été reconfinés pour deux semaines, une mesure qui concerne 850.000 personnes. Au Royaume-Uni, le niveau d'alerte épidémique a été relevé lundi de 3 à 4 (risque "élevé ou augmentant de manière exponentielle") et le gouvernement envisage des mesures de confinement localisés.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2020

Le chiffre d’affaires du troisième trimestre 2020 de Nanobiotix s’élève à 14 700 euros, contre 11 400 euros un an plus tôt. Le chiffre d’affaires sur une période de 9 mois terminée le 30…

Publié le 23/10/2020

Focus Home Interactive a annoncé que Jürgen Goeldner se retire de son mandat de Président du Directoire pour des raisons personnelles, à compter du 31 octobre 2020. Il deviendra Senior Advisor…

Publié le 23/10/2020

COFACELa société d'assurance-crédit publiera (après Bourse) ses résultats du troisième trimestre.EUROPCARLe spécialiste de la location de véhicules publiera (avant Bourse) ses résultats du…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne