En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 840.57 PTS
-0.27 %
4 846.0
+0.00 %
SBF 120 PTS
3 857.72
+0.00 %
DAX PTS
10 865.77
-
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
+0.00 %
1.132
+0.12 %

Devises : l'accord sur le Brexit profite à la livre et l'euro

| Boursier | 291 | Aucun vote sur cette news

La livre sterling et l'euro ont bondi mercredi soir après l'annonce de l'approbation par le gouvernement britannique d'un accord sur les conditions du Brexit. Le projet doit encore recueillir l'accord du parlement britannique.

Devises : l'accord sur le Brexit profite à la livre et l'euro
Credits Reuters

Après des mois de négociations ardues, le gouvernement britannique a approuvé mercredi soir le projet d'accord sur le Brexit, conclu la veille entre la Première ministre Theresa May et les négociateurs européens. Cette nouvelle a soutenu la livre sterling et l'euro, qui avaient déjà progressé la veille dans l'espoir d'un accord.

La livre sterling a grimpé de 0,36% à 1,3036$, tandis que l'euro a progressé de 0,45% à 1,1331$ marquant le soulagement des marchés après cet accord, qui doit encore être approuvé par le parlement britannique avant la fin de l'année, en vue de la sortie officielle du Royaume-Uni prévue le 29 mars 2019.

Les incertitudes sur le Brexit avaient pesé sur la livre, mais aussi sur l'euro ces dernières semaines, la perspective d'une sortie désordonnée du Royaume-Uni de l'Union européenne étant considérée comme un élément négatif pour la croissance de l'ensemble de la région. La croissance dans la zone euro a ralenti à 0,2% au 3ème trimestre et les perspectives pour 2019 ont été revues à la baisse par les économistes, compte-tenu notamment des risques liés aux querelles commerciales avec les Etats-Unis et au Brexit.

Le PIB du Royaume-Uni amputé de l'ordre de 3% par le Brexit, selon le FMI

Dans la journée, le FMI avait rappelé que quitter l'Union européenne sans accord commercial de transition viendrait réduire le PIB de la Grande-Bretagne de 6% environ, par comparaison avec le fait de rester purement et simplement dans l'UE. Une sortie assortie d'un accord commercial réduirait de moitié (à environ 3% donc) les dégâts occasionnés par les barrières commerciales et la réduction de l'investissement étranger et de l'immigration, a ajouté le Fond monétaire international. Avant même le référendum du 23 juin 2016, le fonds avait estimé le coût d'un Brexit entre 1,4% à 5,6% du PIB britannique à court terme, suivant les conditions du départ.

Theresa May a donc annoncé mercredi depuis Londres, à l'issue d'une réunion de cinq heures de son cabinet, que "la décision collective du cabinet est que le gouvernement doit approuver le projet d'accord". "C'est un pas décisif qui va nous permettre d'avancer et de finaliser l'accord", a-t-elle ajouté.

Le texte doit encore franchir l'écueil du parlement britannique

L'accord, un texte long de 585 pages, doit maintenant être approuvé par le Parlement, où Mme May espère vaincre les oppositions. Le projet devra notamment obtenir le soutien des députés nord-irlandais du DUP, parti allié aux Conservateurs, qui ont exprimé jusqu'ici leurs réserves. La question de la frontière entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord a en effet été le principal point d'achoppement dans les négociations, et avait fait échouer in extremis un premier projet d'accord lors d'un sommet européen en octobre.

Le texte approuvé mercredi soir prévoit un mécanisme de garantie pour éviter le retour à une frontière physique entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord. Cette clause dite de "sauvegarde" ("backstop") prendra la forme d'un accord douanier temporaire pour l'ensemble du Royaume-Uni, avec des mesures spécifiques pour l'Irlande du Nord, qui restera plus en phase avec les réglementations du marché unique que le reste du Royaume-Uni.

Une "étape déterminante", se félicite Michel Barnier

Mercredi soir, Michel Barnier, le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, a estimé que ce projet représente "une étape déterminante" en vue d'un accord définitif. "Nous avons fait des progrès décisifs vers un accord. Une solution a été trouvée pour éviter une 'frontière dure' entre l'Irlande et l'Irlande du Nord", a-t-il souligné lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

Après ce feu vert, les Européens pourraient organiser un sommet extraordinaire avant la fin du mois, probablement le week-end du 24 novembre, afin de valider l'accord de leur côté.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/12/2018

La Bourse de Paris a de nouveau plié après une série de statistiques économiques qui marquent un ralentissement.

Publié le 17/12/2018

Valneva annoncé aujourd'hui l'initiation de la Phase 2 du développement clinique de son candidat vaccin contre la maladie de Lyme, VLA15.LEXIQUE Essais cliniques (Phases I, II, III)Phase I : test de…

Publié le 17/12/2018

Genfit a annoncé aujourd'hui que le Data Safety Monitoring Board (DSMB) a formulé une nouvelle recommandation positive pour la poursuite de l'essai clinique de Phase 3 Resolve-It évaluant…

Publié le 17/12/2018

Comme annoncé le 11 décembre dernier, Vivendi a écrit au Conseil d’administration de Telecom Italia pour lui demander de convoquer, dans les meilleurs délais, une assemblée générale des…

Publié le 17/12/2018

Le groupe Caisse des Dépôts a décidé de simplifier la structure de détention de sa participation dans Euronext en transférant la participation de 3% du capital d’Euronext détenue par…