En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 884.26 PTS
-
5 903.0
-
SBF 120 PTS
4 629.46
-
DAX PTS
13 221.64
-
Dow Jones PTS
28 132.05
+0.79 %
8 466.89
+0. %
1.117
-0.09 %

Deux ONG demandent à la France de forcer les banques à se verdir

| AFP | 439 | 2 par 1 internautes
Les Amis de la Terre France et Oxfam France ont appelé jeudi la France à légiférer
Les Amis de la Terre France et Oxfam France ont appelé jeudi la France à légiférer "dès 2020" pour contraindre ses banques à des stratégies alignées sur l'objectif de limiter l'augmentation de la température terrestre à 1,5 degré ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

Les Amis de la Terre France et Oxfam France ont appelé jeudi la France à légiférer "dès 2020" pour contraindre ses banques à adopter des stratégies visant à limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré, dans une étude consacrée à leur empreinte carbone, que le lobby bancaire a immédiatement contestée.

"Au nom de l'intérêt collectif, imposer une régulation financière serait un signal fort afin de limiter les impacts humains et de prévenir un risque de crise financière majeur dû aux changements climatiques", affirment les deux ONG, en préambule de cette étude dont l'AFP a obtenu une copie.

Les normes préconisées par l'étude "devront garantir que les banques mettent fin à leurs soutiens à l'expansion des énergies fossiles et en programment la sortie totale. L'Etat doit garantir en priorité la sortie du secteur du charbon au plus tard en 2030 dans les pays européens et de l'OCDE, et d'ici 2040 dans le monde".

La publication de cette étude intervient à la veille d'un important colloque de réflexion sur la finance verte et durable, le "Climate Finance Day", organisé à Paris, à l'occasion duquel les établissements financiers français font généralement des annonces.

"En 2018, les émissions de gaz à effet de serre issues des activités de financement et d'investissement des quatre principales banques françaises – BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale et BPCE – dans le secteur des énergies fossiles ont atteint plus de 2 milliards de tonnes équivalent CO2, soit 4,5 fois les émissions de la France cette même année", accusent les deux ONG dans cette étude.

Ce rapport est obtenu en comparant deux chiffres. D'une part "l'ensemble des transactions financières réalisées par des banques françaises en direction d'entreprises actives dans les énergies fossiles en 2018" et par ricochet leur contribution à générer des activités émettrices de gaz à effet de serre. Et d'autre part celui des émissions de gaz à effet de serre de la France pour 2018.

Les établissements bancaires ont pris ces dernières années divers engagements pour se désinvestir progressivement de secteurs tels que le charbon, le tabac ou encore les sables bitumineux.

Les banques appellent au réalisme

Mais "le rythme de marche est bien trop inégal et lent", tancent les deux ONG, qui dénoncent des effets de "communication" et "le rôle joué par les lobbies de la place financière parisienne pour freiner toute forme de régulation publique".

"Nous travaillons bien avec le gouvernement qui organise le cadre juridique pour vérifier que nous tenons nos engagements, cela nous va très bien", a réagi Frédéric Oudéa, président de la Fédération bancaire française, interrogé sur les conclusions de ce rapport par Europe 1.

Contestant la validité et les méthodes de ce rapport, le président du lobby bancaire français a affirmé que "les banques francaises (étaient) les premières (au monde) engagées dans cette transition", soulignant que quatre banques de l'Hexagone comptaient parmi les dix premières au monde dans le financement des énergies renouvelables, avec une enveloppe de près de 40 milliards d'euros.

Mais "il faut être réaliste", a jugé M. Oudéa. "Très concrètement, on arrête de financer Air France, Renault et Peugeot ? Ou est-ce qu'on les accompagne en financant des voitures et des avions électriques ?", a-t-il développé, expliquant que les banques demandaient à leurs clients de leur présenter leurs actions pour modifier leur mix énergétique progressivement.

Côté gouvernement, Elisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique, a déclaré que le rapport d'Oxfam serait étudié. "Les banques seront sensibles à la façon dont l'opinion publique peut juger leur action", a-t-elle estimé sur Europe 1, pointant leur "très grande responsabilité" dans leurs investissements.

Selon Les Amis de la Terre et Oxfam France, "en 2018, les banques et leurs représentants d'intérêt ont déclaré près de 10 millions d'euros pour influencer les décideurs nationaux, avec pas moins de 95 lobbyistes".

Les deux ONG pointent aussi du doigt "l'interdépendance entre banquiers et décideurs" qui "s'explique également par les nombreux passages de hauts fonctionnaires du secteur public au secteur privé et vice-versa, des +portes tournantes+ fonctionnant à plein régime".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 2
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 13/12/2019

Donald Trump le 11 décembre 2019 à la Maison Blanche ( Brendan Smialowski / AFP )Après quatorze heures d'un débat houleux, les démocrates ont surpris en repoussant à vendredi matin…

Publié le 13/12/2019

Des personnes font la queue pour accéder au quai de la ligne 1 du métro à Paris, au 8ème de grève dans les transports contre la réforme des retraites, le 12 décembre 2019 ( Philippe LOPEZ /…

Publié le 13/12/2019

Des participants à la COP25 sur le changement climatique jeudi 12 décembre à Madrid ( CRISTINA QUICLER / AFP )La science réclame des actions urgentes et radicales pour éviter la catastrophe…

Publié le 13/12/2019

Des manifestants contre la tenue de l'élection présidentielle et les forces de sécurité se font face dans le centre-ville d'Alger, le 12 décembre 2019 ( RYAD KRAMDI /…

Publié le 12/12/2019

Des courtiers sur le New York Stock Exchange à Wall Street ( Johannes EISELE / AFP/Archives )La Bourse de New York a terminé en hausse jeudi et emporté les indices Nasdaq et S&P 500 à de…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

Balyo accroît ainsi la protection de son patrimoine technologique tout en déployant et pérennisant sa politique de licences...

Publié le 13/12/2019

Cet accord permet à Vetoquinol de devenir un leader de la dermatologie des animaux de compagnie en utilisant la technologie innovante de Klox basée sur l'énergie lumineuse fluorescente...

Publié le 13/12/2019

"Cette proposition traduit la confiance renouvelée du Conseil d'administration dans son dirigeant et son choix de poursuivre l'exécution de la feuille de route stratégique"...

Publié le 13/12/2019

Mr. Casdagli remplace le Dr. Bali Muralidhar comme représentant de MVM au sein du Conseil de Surveillance de Valneva...

Publié le 13/12/2019

D&D International BV, actionnaire majoritaire de la Société S.T. Dupont, a conclu avec cette dernière un contrat de prêt d'actionnaire portant sur un montant maximum de 5 ME...