En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 281.37 PTS
-1.81 %
5 233.5
-1.76 %
SBF 120 PTS
4 168.70
-1.85 %
DAX PTS
11 952.41
-1.78 %
Dowjones PTS
25 490.47
-1.11 %
7 307.93
-1.52 %
1.118
+0.26 %

Dette record, croissance en berne: le mauvais élève italien préoccupe la zone euro

| AFP | 515 | 1 par 2 internautes
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker lors d'une conférence de presse au siège de la Commission à Bruxelles le 7 mai 2019
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker lors d'une conférence de presse au siège de la Commission à Bruxelles le 7 mai 2019 ( Eric Vidal / AFP )

L'Italie apparaît comme le mauvais élève de la zone euro avec une croissance bien inférieure à la moyenne en 2019 et 2020 et une dette à un niveau record, selon les prévisions publiées mardi par la Commissin européenne qui contredisent celles de la coalition au pouvoir.

Ces prévisions pourraient provoquer de nouvelles tensions entre l'exécutif européen et la coalition populiste au pouvoir en Italie, après un premier bras de fer fin 2018 entre Rome et Bruxelles. Mais à moins de trois semaines du scrutin européen, la Commission se garde pour l'instant de se montrer trop critique à l'égard du gouvernement italien, alliance de la Ligue de Matteo Salvini (extrême droite) et du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème).

Dans ses prévisions de printemps, l'exécutif européen table, pour l'ensemble de la zone euro, sur une hausse du Produit intérieur brut (PIB) de 1,2% en 2019 et 1,5% en 2020, après 1,9% en 2018.

Ces chiffres sont en légère baisse par rapport aux dernières projections publiées début février, le contexte étant aujourd'hui un peu plus marqué par des incertitudes sur le commerce mondial et l'éventualité d'un "Brexit sans accord".

Le chômage devrait quant à lui poursuivre son recul en 2019 avec un taux de 7,7%, puis de 7,3% en 2020. Il était à 8,2% en 2018.

Le ministre italien de l'Economie, Giovanni Tria, ne s'est pas déclaré surpris par les prévisions de Bruxelles.

"Je ne vois aucune nouveauté", a-t-il affirmé lors d'un point presse à Paris où il participait à un forum sur la dette, rappelant qu'il prévoyait depuis fin mars une croissance quasi nulle pour cette année.

Partenaires inquiets

Parmi les 19 pays ayant adopté la monnaie unique, l'Italie apparaît clairement comme le mauvais élève, qu'il s'agisse de sa croissance, de son déficit public, ou de sa dette, déjà à un niveau record.

Elle est quasiment le seul membre de la zone euro à afficher des taux de croissance anticipés sous 1% pour 2019 et 2020: à peine 0,1% cette année, puis 0,7% l'an prochain --contre respectivement 0,2% et 0,8% anticipé à Rome.

Autre singularité, l'Allemagne devrait présenter une croissance à seulement 0,5% en 2019 --avant de repartir à 1,5% en 2020-- en raison, selon le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici, "de la faiblesse dans l'industrie manufacturière, en particulier le secteur automobile".

Conséquence de la faible croissance en Italie, son déficit public devrait, selon la Commission, atteindre 2,5% du PIB en 2019, puis 3,5% en 2020. Des niveaux bien plus problématiques que ceux annoncés par le gouvernement: 2,4% cette année, réduit à 2,1% en 2020.

Quant à la dette publique, elle devrait grimper à des niveaux records: 133,7% en 2019, puis 135,2% du PIB, contre 132,2% l'an passé.

Le niveau d'endettement de l'Italie est le deuxième de la zone euro, après la Grèce, bien au-dessus du plafond de 60% du PIB établi par les règles européennes.

Et la politique d'expansion engagée par l'Italie, qui a renoué avec la croissance début 2019 après un semestre de récession en 2018, inquiète les partenaires de la péninsule.

"Zone euro en danger"

Dans un entretien au quotidien La Stampa, le chancelier conservateur autrichien, Sebastian Kurz, a encore estimé lundi que l'Italie risquait de mettre "toute la zone euro en danger" si l'UE ne durcissait pas ses règles en matière d'endettement public excessif.

Bruxelles n'a cessé d'appeler ces derniers mois Rome à agir pour réduire son énorme dette publique et respecter les règles européennes.

Fin 2018, l'Italie et la Commission s'étaient livrées à un long bras de fer sur le niveau du déficit italien, avant de s'entendre sur un déficit public de 2,04% du PIB.

Ce seuil sera finalement largement dépassé, mais en pleine campagne européenne, Bruxelles semble pour l'instant ménager Rome.

Le commissaire européen aux affaires économiques et financières Pierre Moscovici lors d'une conférence de presse au siège de la Commission à Bruxelles le 7 mai 2019
Le commissaire européen aux affaires économiques et financières Pierre Moscovici lors d'une conférence de presse au siège de la Commission à Bruxelles le 7 mai 2019 ( Eric Vidal / AFP )

"Ce n'est pas aujourd'hui que nous allons traiter de la question de la conformité" du budget italien avec les règles européennes, a affirmé mardi M. Moscovici, qui renvoie pour cela à "début juin", c'est-à-dire après le scrutin européen, moment de ses traditionnelles recommandations aux pays de la zone euro.

Ce rendez-vous, où des sanctions pourraient alors être évoquées, est particulièrement attendu.

Dans une moindre mesure, la situation de la France devrait aussi être observée de près: son déficit devrait atteindre 3,1% en 2019, c'est-à-dire au-delà du fameux seuil de 3% des règles européennes, puis 2,2% en 2020.

La croissance devrait y atteindre 1,3% en 2019, puis 1,5% en 2020.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/05/2019

Le groupe français Bigben remporte un appel d'offres en étant sélectionné par Orange Pologne pour fournir accessoires mobiles et objets connectés...

Publié le 23/05/2019

La dette nette de Rallye pointe à 2,899 MdsE...

Publié le 23/05/2019

Retour d'Assemblée générale...

Publié le 23/05/2019

Ces procédures ne concernent pas le Groupe Casino...

Publié le 23/05/2019

Paris, le 23 mai 2019, 19h30     COMMUNIQUE de presse Communiqué du Conseil d'administration d'Eramet    Lors de sa réunion du 23 mai 2019, le Conseil…