En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Dette chinoise: sur le départ, le chef de la banque centrale sonne l'alarme

| AFP | 469 | Aucun vote sur cette news
Le gouverneur de la banque centrale chinoise Zhou Xiaochuan défend ses aspirations réformistes et multiplie les avertisssements sur les risques financiers
Le gouverneur de la banque centrale chinoise Zhou Xiaochuan défend ses aspirations réformistes et multiplie les avertisssements sur les risques financiers ( SAUL LOEB / AFP )

Sur le départ, le gouverneur de la banque centrale chinoise, d'ordinaire discret, défend ses aspirations réformistes et multiplie les avertissements sur les risques financiers menaçant le pays, illustration du délicat équilibrisme de son institution.

En poste depuis 2002, ce qui en fait le plus ancien des grands argentiers mondiaux, Zhou Xiaochuan s'apprête - à l'instar de son homologue de la Réserve fédérale (Fed) américaine, Janet Yellen - à quitter ses fonctions "prochainement", comme il l'a reconnu en octobre sans dévoiler de calendrier.

La banque centrale chinoise (PBOC) - contrairement à la Fed ou à la BCE - n'est pas indépendante et le mandat de M. Zhou est suspendu aux orientations du Parti communiste au pouvoir.

Pourtant cet anglophone, rompu aux réunions internationales, s'est forgé une image de réformiste, obtenant en 2015 l'inclusion du yuan dans l'unité de compte du Fonds monétaire international (FMI), en dépit d'une convertibilité toujours très encadrée.

Or, excessivement discret par rapport à ses homologues occidentaux, Zhou Xiaochuan multiplie depuis deux mois les interventions et coups de semonce.

Dans une tribune publiée mercredi par le Quotidien du Peuple, porte-voix du Parti, il dénonce des risques financiers "nombreux, vastes, cachés, complexes, contagieux et dangereux", sur fond d'endettement chinois excessif.

Il fustige les "crocodiles" financiers et "entreprises zombies" ne survivant qu'à crédit, avant d'appeler à des durcissements réglementaires contre la spéculation et les produits financiers mal régulés.

Courant octobre, en marge du congrès quinquennal du Parti, il avait déjà multiplié les mises en garde, notamment contre l'éclatement de bulles spéculatives.

- 'Équilibre compliqué' -

La colossale dette chinoise (publique et privée), qui dépasse 250% du PIB, continue de gonfler, provoquant l'inquiétude des agences de notation comme du FMI, qui dénoncent une croissance économique toujours dopée au crédit.

Le siège de la banque centrale chinoise (PBOC) à Pékin, le 7 août 2011
Le siège de la banque centrale chinoise (PBOC) à Pékin, le 7 août 2011 ( MARK RALSTON / AFP/Archives )

M. Zhou n'y est pas étranger: sa propre institution mène depuis des années une politique monétaire extrêmement accommodante, injectant toujours d'abondantes liquidités dans le système financier.

Mais avec sa tribune, Zhou Xiaochuan "signale que la prévention des risques sera à court terme la priorité de la PBOC", confie Wu Qing, économiste du courtier China Orient, à l'agence officielle China News Service.

En réalité, la PBOC se livre à "un jeu d'équilibriste très compliqué", indique à l'AFP Louis Kuijs, analyste du cabinet Oxford Economics.

"On lui demande de piloter le désendettement du système financier", en ciblant les créances douteuses et la "finance de l'ombre" non régulée, "mais, en même temps, les banques doivent continuer d'octroyer généreusement des crédits (pour soutenir) l'économie", explique-t-il.

"Le volume total du crédit dans l'économie n'a pas encore diminué", abonde Andrew Polk, économiste chez Trivium Research.

"Les autorités s'attaquent aux symptômes mais reste à guérir désormais la maladie elle même", indique-t-il à l'AFP. Et de pointer la fiscalité des collectivités locales, condamnées à s'endetter sans fin faute de ressources propres suffisantes.

- Héritage réformiste? -

Zhou Xiaochuan était revenu sous les projecteurs début 2016 pour démentir toute "dépréciation compétitive" du yuan après une dévaluation choc à l'été 2015.

Il avait supervisé en 2014 l'élargissement de la fourchette dans laquelle fluctue le yuan face au dollar, tandis qu'accélérait la libéralisation des taux d'emprunt et de dépôts bancaires.

Aujourd'hui, il s'attache à défendre son héritage après "avoir affronté une farouche résistance des (dirigeants) conservateurs", observe Louis Kuijs.

Un client change des dollars au comptoir de la Banque centrale chinoise, à Pékin le 10 juin 1998
Un client change des dollars au comptoir de la Banque centrale chinoise, à Pékin le 10 juin 1998 ( / AFP/Archives )

"Aucun pays ne peut avoir une économie ouverte avec de stricts contrôles de changes (...) Si on rate la fenêtre pour les réformes, elles seront encore plus coûteuses plus tard", a martelé M. Zhou début octobre dans une interview au magazine Caijing.

"Ce sont d'ultime tentatives pour plaider la voie de la réforme alors que les progrès restent lents", relève Andrew Polk.

Or, quel que soit son successeur, le chemin est semé d'embûches, tout assouplissement des contrôles financiers pouvant déclencher une hémorragie de capitaux hors du pays.

Le nom de Guo Shuqing, patron du régulateur bancaire, est évoqué pour prendre la succession de M. Zhou, tout comme celui de Yi Gang, vice-gouverneur de la PBOC.

Mais ni révolution ni resserrement monétaire brutal ne sont attendus, insiste Louis Kuijs. Quel que soit le gouverneur, "sa politique restera complètement dans les mains des dirigeants du Parti".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…