En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 196.11 PTS
+0.00 %
5 187.50
-0.12 %
SBF 120 PTS
4 120.70
+0.01 %
DAX PTS
11 423.28
+0.19 %
Dowjones PTS
25 850.63
-0.40 %
7 035.16
-0.38 %
1.134
+0.02 %

Dette cachée au Mozambique: des ONG demandent au Credit suisse que le pays ne rembourse "pas un centime"

| AFP | 297 | Aucun vote sur cette news
Le logo de la banque Credit Suisse photographié le 11 novembre 2018 à Genève
Le logo de la banque Credit Suisse photographié le 11 novembre 2018 à Genève ( Fabrice COFFRINI / AFP )

Plusieurs organisations mozambicaines de la société civile ont demandé au Credit suisse que le Mozambique n'ait pas à débourser "un centime" pour rembourser les prêts frauduleux contractés auprès de la banque dans le cadre du scandale de la "dette cachée" qui a plongé le pays dans une grave crise.

"Le crise de la dette mozambicaine est le résultat direct de la collusion illégale entre le Credit suisse, des entrepreneurs et des responsables du gouvernement mozambicain, qui ont consciemment et intentionnellement agi pour nuire à une société et une économie mozambicaine déjà affaiblie", ont estimé plusieurs ONG dans une lettre adressée à la banque suisse obtenue par l'AFP.

Parmi ces organisations figurent la Fondation pour le développement communautaire de Graça Machel, l'épouse mozambicaine de l'ex-président sud-africain Nelson Mandela.

Le Mozambique est plongé depuis 2016 dans une grave crise provoquée par la découverte d'une dette de 2 milliards de dollars que son gouvernement avait cachée. Ses bailleurs de fonds l'ont sanctionné en gelant leur aide budgétaire.

Plusieurs personnes ont récemment été inculpées aux Etats-Unis pour leur implication dans ce scandale, notamment l'ancien ministre mozambicain des Finances, Manuel Chang, actuellement détenu en Afrique du Sud, et trois ex-banquiers du Credit suisse.

"A l'exception d'un communiqué de presse sur l'arrestation de ses anciens employés, le Credit suisse n'a pas donné d'explication satisfaisante sur son implication dans la crise de la dette illégale", ont estimé les ONG mozambicaines dans leur lettre datée du 25 janvier. Ces organisations et "la population mozambicaine rejettent avec véhémence la position de la banque selon laquelle la crise est seulement due au comportement de banquiers véreux (...). Le Credit suisse devrait être tenu responsable".

Elles ont demandé "au Credit suisse de déclarer publiquement que le peuple mozambicain ne devrait pas payer un seul centime de ces dettes et que l'argent devrait être récupéré auprès des sociétés et des individus qui ont bénéficié de ce chaos".

"Des millions de Mozambicains ont été poussés dans une plus grande pauvreté, des gens meurent faute de médicaments dans les hôpitaux, des millions d'élèves n'ont pas accès aux livres et à une éducation de qualité en raison d'actions corrompues, illégales et malhonnêtes de la part de certains de vos employés", ont écrit les ONG.

Selon l'acte d'accusation de la justice américaine, les anciens collaborateurs du Credit Suisse "auraient entravé les contrôles internes de la banque, agi à des fins de profit personnel et cherché à cacher ces activités à la banque", avait expliqué début janvier le Credit suisse, précisant ne pas être visé par la procédure judiciaire.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2019

L'opération doit être finalisée en mars 2019....

Publié le 21/02/2019

Soft Computing enregistre un chiffre d'affaires de 47 millions d'euros (40,5 ME en 2017)...

Publié le 21/02/2019

14 véhicules des marques Peugeot, Citroën et DS ont été labellisés "Origine France Garantie"...

Publié le 21/02/2019

Cette acquisition d'actions Locindus s'inscrit dans le cadre de l'offre publique de retrait...

Publié le 21/02/2019

Après plusieurs mois de travail, Cecurity...