En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 101.85 PTS
+0.85 %
5 099.50
+0.81 %
SBF 120 PTS
4 078.82
+0.75 %
DAX PTS
11 472.22
+1.30 %
Dowjones PTS
25 453.74
+0.26 %
6 887.74
+0.86 %
1.127
+0.45 %

Des vignerons bordelais tentent de chasser le glyphosate de leurs vignes

| AFP | 528 | 3 par 1 internautes
Un tracteur passe la herse rotative pour préparer un semis d'engrais, le 23 octobre 2017 à Gardegan-et-Tourtirac
Un tracteur passe la herse rotative pour préparer un semis d'engrais, le 23 octobre 2017 à Gardegan-et-Tourtirac ( MEHDI FEDOUACH / AFP )

"Ce serait une bonne chose d'interdire le glyphosate", reconnaît Olivier de Marcillac. Comme la grande majorité des vignerons bordelais, il laisse désormais l'herbe pousser entre les rangs de ses vignes mais, rentabilité oblige, il pulvérise toujours cet herbicide à leurs pieds pour protéger les grappes.

Si l'Union européenne décidait mercredi l'interdiction du glyphosate, "je devrais travailler mes sols au moins quatre fois par an, ça veut dire plus de matériel, de main d'oeuvre... et donc ça augmenterait mon coût de production", explique le propriétaire du château la Pierrière dans l'appellation Castillon (Gironde).

Sous les rangs, il s'est résigné à un "compromis": deux traitements chimiques par an en baissant les doses de 25% et un passage mécanique au tracteur.

Devant son château à Gardegan-et-Tourtirac, un tracteur passe la herse rotative pour préparer un semis d'engrais verts comme les féveroles et l'avoine entre les rangs de vignes tandis que pousse l'herbe bien verte sur une autre parcelle afin d'éviter l'érosion.

Cette pratique, déjà adoptée sur plus de 85% du vignoble bordelais, est obligatoire pour les 230 exploitations de Castillon. Une dizaine d'autres appellations comme Bordeaux vont bientôt inscrire cette même mesure dans leur cahier des charges.

Mais sous le rang même de la vigne, une grande partie des vignerons continuent de pulvériser du glyphosate pour laisser la terre nue. Car l'herbe y serait "un vrai ascenseur à maladies" remontant jusqu'aux précieuses grappes, dit Yannick Sabaté du château Fontdaube, à Saint-Magne-de-Castillon.

Les herbicides étant proscrits en bio, son frère Christian passe au printemps et en été l'interceps, un outil situé entre les roues avant et arrière de son vieux Massey Ferguson pour couper l'herbe tout en préservant le pied de vigne.

Ce travail sous le rang se révèle plus complexe que de laisser l'herbe pousser ou de pulvériser un herbicide à base de glyphosate, facile d'utilisation, rapide et bon marché mais peut-être cancérogène et polluant les eaux.

Pour travailler les sols, les vignerons achètent du matériel spécifique qui varient selon le type de sols, l'écartement entre les rangs de vignes, etc. mais l'outil miracle n'existe pas et chaque cas est particulier.

- 'C'est du luxe !'-

A cela s'ajoute une formation ou bien de la main d'oeuvre qualifiée, qui fait défaut dans la région, pour pouvoir manœuvrer ces outils. Les passages dans les vignes sont aussi plus fréquents (quatre à six fois par an avec le travail du sol contre deux à trois avec un herbicide) et trois fois moins rapides, ce qui provoque davantage d'usure du matériel, des frais supplémentaires de gasoil et le tassement des sols.

Le vigneron bordelais, Olivier de Marcillac, le 23 octobre 2017 à Gardegan-et-Tourtirac
Le vigneron bordelais, Olivier de Marcillac, le 23 octobre 2017 à Gardegan-et-Tourtirac ( MEHDI FEDOUACH / AFP )

"Avec 50 hectares, un chauffeur ne fait que ça de mai à juillet", note Yann Todeschini du château La Brande à Belvès-de-Castillon et du château Mangot dans l'appellation limitrophe de Saint-Emilion. Et même avec les aides publiques locales pour s'équiper, tout le monde ne peut se permettre de passer au travail du sol intégral.

"On le fait, c'est du luxe qu'on peut se permettre en valorisant notre vin", explique-t-il. Ce coût supplémentaire se répercute à hauteur de 50 à 70 centimes sur ses bouteilles. "Mais en vendant par exemple en vrac, cette hausse de prix n'est pas possible. Quand on a un menu à 10 euros, on ne peut pas servir du foie gras".

Depuis 2009, Yann Todeschini a fait le choix avec son frère de se passer d'herbicide au grand dam de son grand-père, qui avait "honte de voir ses vignes sales" avec de l'herbe et était inquiet économiquement.

"On a eu une baisse de rendement au début et on le regagne trois à cinq ans plus tard avec une vigne plus équilibrée grâce à une meilleure vie des sols. C'est un mal pour un bien!", lance le jeune vigneron qui préconise d'y aller progressivement et de proposer des solutions avant d'interdire le glyphosate, l'un des nombreux pesticides utilisés dans la vigne.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 23/08/2018

Des vignes en Alsace près de la petite ville de Barr, le 22 août 2018 ( PATRICK HERTZOG / AFP )Au premier jour des vendanges en Alsace, les sécateurs n'ont pas encore tous trouvé de mains pour…

Publié le 07/08/2018

Benjamin Bois (g), et Mario Rega (d), inventeurs de la "Notipy Box", règlent le boîter qui protège des pesticides en clignotant lorsque la parcelle vient d'être traitée, chez le viticulteur…

Publié le 22/06/2018

Les vignerons de la région de Bordeaux dans le sud-ouest de la France ont été autorisés à augmenter leurs réserves de vin ( GEORGES GOBET / AFP )Face aux aléas climatiques de plus en plus…

Publié le 06/06/2018

Des lombrics à la rescousse des vignes à La-Londe-Les-Maures, photo du 29 mai 2018. ( Anne-Christine POUJOULAT / AFP/Archives )l'arrière d'un pick-up, des kilos de terre humide grouillante de…

Publié le 31/05/2018

Déploiement du système antigrêle fonctionnant avec radar et ballons, sur un vignoble à Ampuis, le 30 mai 2018 ( JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP )"Les orages de grêle, c'est le pire. Tout est…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/11/2018

Iliad a fait état d'un chiffre d'affaires au troisième trimestre en croissance de 1,7% à 1,24 milliard, tiré par la contribution de l'Italie, avec plus de 2,23 millions d'abonnés recrutés en…

Publié le 13/11/2018

ADLPartner : gouvernance       Le Groupe ADLPartner annonce la mise en place d'une organisation transitoire de sa gouvernance.   Le conseil de surveillance…

Publié le 13/11/2018

Jacquet Metal Service a enregistré sur les 9 premiers mois de 2018 un résultat net en progression de 41% à 52,4 millions d'euros. L'Ebitda du spécialiste de la distribution d'aciers spéciaux a…

Publié le 13/11/2018

EDF a confirmé ses objectifs 2018 dans le sillage d'un chiffre d'affaires neuf mois en progression. L’électricien public a dégagé sur la période un chiffre d'affaires de 49,592 milliards…

Publié le 13/11/2018

Sur le T3, Iliad réalise un chiffre d'affaires de 1...