En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 794.37 PTS
-
4 812.00
-
SBF 120 PTS
3 821.84
-
DAX PTS
10 918.62
-0.12 %
Dowjones PTS
24 370.10
+0.67 %
6 718.45
+0.75 %
1.139
+0.08 %

Des ONG exigent l'abandon par Google de son projet de moteur de recherche en Chine

| AFP | 542 | Aucun vote sur cette news
Une coalition de 60 groupes de défense des droits de l'homme et de la presse ont écrit au PDG de Google Sundar Pichai pour réclamer l'abandon du projet de moteur de recherche
Une coalition de 60 groupes de défense des droits de l'homme et de la presse ont écrit au PDG de Google Sundar Pichai pour réclamer l'abandon du projet de moteur de recherche "Dragonfly" en Chine ( STEPHANIE KEITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Des dizaines d'ONG ont appelé mardi dans une lettre ouverte Google à abandonner son projet de moteur de recherche en Chine qui risque selon elles de porter atteinte à la confidentialité des données personnelles en se pliant aux règles de censure de Pékin.

Une coalition de 60 groupes de défense des droits de l'homme et de la presse ont écrit au PDG de Google Sundar Pichai, exigeant qu'il annule ce projet connu sous le nom de "Dragonfly", qui suscite déjà l'opposition d'une partie de ses employés.

Selon la lettre, l'accès des autorités chinoises aux données personnelles présenterait un "risque réel" pour les utilisateurs exprimant leur opinion en ligne et rendrait Google complice d'"arrestations ou d'emprisonnements".

Au mois d'octobre, le patron de Google l'avait justifié par le fait qu'il valait mieux offrir un moteur de recherche performant mais avec des restrictions, que de laisser les Chinois avec des outils moins bons.

"Il s'avère que nous pourrions répondre à plus de 99% des recherches (...) Il y a de très nombreux cas où nous fournirions une information de meilleure qualité que ce qui est actuellement disponible", a-t-il déclaré lors d'une conférence à San Francisco.

Des arguments rejetés par Reporters sans frontières (RSF), l'un des signataires de la lettre, qui appelle Sundar Pichai à revoir ses positions.

"En plus d'être totalement opaque et contraire aux valeurs de Google, le projet Dragonfly ne donne aucune garantie sur la confidentialité des données", a expliqué Cedric Alviani, directeur de RSF Asie de l'Est.

"Pékin collecte massivement des données personnelles dans un but de contrôle et de censure, notamment envers les journalistes et leurs sources", a-t-il ajouté.

L'ONG a placé la Chine au 176e rang sur 180 de son classement mondial de la liberté de la presse.

Une centaine d'employés de Google avait également publiquement exigé fin novembre le retrait de ce projet, indiquant dans une lettre être "opposés aux technologies qui aident les puissants à opprimer les plus vulnérables, où que ce soit".

Face à la censure et aux cyber-attaques, le géant californien avait retiré son moteur de recherche de Chine en 2010 et nombre de ses services restent depuis bloqués dans la deuxième économie mondiale.

Twitter, Facebook, YouTube et le site du New York Times sont bloqués en Chine, où le moteur de recherche de Microsoft, Bing, est en revanche opérationnel.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2019

5 prix lors des European Contact Center & Customer Service Awards (ECCCSA) dans 4 pays européens...

Publié le 17/01/2019

Martha Bejar, experte américaine dans le domaine des logiciels, est nommée en tant qu'administratrice indépendante de Neopost Paris, le 17 janvier 2019 Neopost, leader…

Publié le 17/01/2019

Fee et Covage ont signé le 17 janvier 2019 un partenariat qui permettra à Free de proposer son offre de Fibre optique sur les Réseaux d’Initiative Publique (RIP) dans les territoires couverts par…

Publié le 17/01/2019

Fnac Darty annonce être en négociations exclusives avec le Groupe Lagardère, en vue de l’acquisition de Billetreduc.com par sa filiale France Billet, spécialiste de la billetterie culturelle et…

Publié le 17/01/2019

Compagnie des Alpes vient de réaliser son point d’activité au titre de son premier trimestre de l’exercice 2018-2019. Ainsi, l’exploitant de domaines skiables et de parcs à thèmes a publié…