En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.01 %

Des millions de litres de rosé espagnol vendu pour du vin français

| AFP | 262 | Aucun vote sur cette news
Des millions de litres de rosé espagnol ont été vendus pour du vin français
Des millions de litres de rosé espagnol ont été vendus pour du vin français ( GERARD JULIEN / AFP/Archives )

Une enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) montre que des millions de litres de rosé espagnol ont été vendus pour du vin français, selon un communiqué de l'administration, confirmant une information du Parisien.

Après avoir reçu des alertes fin 2015 sur la francisation de vins espagnols, la DGCCRF a lancé une enquête en 2016 et 2017.

Alexandre Chevallier, le directeur de cabinet adjoint de la DGCCRF, explique au quotidien que "ces cas de francisation concernent plus de 70.000 hectolitres de vin". Soit l'équivalent de 10 millions de bouteilles de rosé.

Selon les établissements, les quantités de vin présentées frauduleusement allaient de 2.000 à 34.500 hectolitres. "Des vins espagnols étaient ainsi revendus en vrac en tant que +vin de France+ voire en usurpant un nom d'IGP française", indique la DGCCRF dans son rapport d'enquête.

Au total, pas moins de 179 établissements ont été contrôlés en 2016 et 564 en 2017, spécifiquement sur le sujet des vins étrangers: "22% des établissements visités en 2016 et 15% des établissements visités en 2017 faisaient l'objet de non-conformités allant de la présentation confusionnelle à la francisation, ce dernier cas étant un délit qui fait l'objet de suites pénales", précise la DGCCRF.

Une fleur de lys, une cocarde française, la mention "Produced in France" ou encore la mention "Embouteillé en France" étaient mises en avant alors que la mention d'origine "Vin d'Espagne" ou "Vin de la communauté européenne" figurait au dos de la bouteille et de façon peu lisible, indique le rapport.

L'enquête de la répression des fraudes a en outre été "étendue au stade des cafés, hôtels et restaurants pour vérifier notamment l'origine des vins vendus au pichet ou au verre", 2.414 établissements ayant été ainsi contrôlés.

Les enquêteurs ont constaté parmi les manquements "l'absence de mention d'origine du vin sur la carte des vins alors que la confusion est entretenue par l'utilisation de dénominations commerciales à consonance française", mais aussi "des francisations volontaires de l'origine", alors qu'il s'agissait de vin d'Espagne.

Le Parisien rappelle que le vin rosé en vrac espagnol est beaucoup moins cher, et se vendait en 2016 à 0,34€/litre pour 0,75 à 0,90€/litre pour le rosé français.

Des injonctions de mises en conformité, des procès-verbaux et des procédures pénales pour tromperie ont été lancés par la DGCCRF, qui précise que si "des manquements graves" ont été relevés, "pouvant porter sur de grands volumes", "les contrôles ont montré que la réglementation était correctement appliquée dans la majorité des cas".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Vivendi invoque un "manque substantiel d'indépendance" de 5 administrateurs...

Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...