En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Des milliers de salariés de Portugal Telecom protestent contre Altice

| AFP | 445 | Aucun vote sur cette news
Des salariés de Portugal Telecom manifestent à Lisbonne, le 21 juillet 2017
Des salariés de Portugal Telecom manifestent à Lisbonne, le 21 juillet 2017 ( PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP )

Des milliers de salariés de Portugal Telecom ont participé vendredi à une journée de grève et manifesté à Lisbonne pour protester contre des transferts de postes vers d'autres entités du groupe français Altice, qui a repris l'opérateur historique portugais fin 2014.

Le taux d'adhésion à la grève a été chiffré à 70% des 9.500 salariés par un dirigeant syndical, alors que la direction du groupe l'a évalué à seulement 19%, affirmant que "tous les services aux clients ont été assurés".

Environ 3.000 manifestants, selon les syndicats, se sont rassemblés devant le siège de Portugal Telecom, avant de défiler jusqu'à la résidence officielle du Premier ministre, le socialiste Antonio Costa.

"Non au vol des droits acquis" et "contre l'intimidation et le chantage", ont scandé les manifestants, vêtus de t-shirts noirs arborant une version détournée du logo d'Altice qui portait le mot "aldrabice" ("escroquerie").

Le groupe du magnat des télécoms et des médias Patrick Drahi a racheté Portugal Telecom en décembre 2014 à l'opérateur brésilien Oi pour 7,4 milliards d'euros.

Les syndicats s'opposent au transfert de 155 travailleurs vers d'autres entreprises du groupe au Portugal et des prestataires, arguant qu'ils risquent à terme de perdre leur emploi.

Un manifestant vêtu d'un tee-shirt avec le mot
Un manifestant vêtu d'un tee-shirt avec le mot "escroquerie" en portugais, à Lisbonne, le 21 juillet 2017 ( PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP )

"On m'a notifiée de mon transfert et maintenant je suis obligée d'accepter ou de démissionner", a expliqué à l'AFP une des manifestantes venue de Porto, Maria José Peres, 42 ans. "Nous sommes assurés de recevoir notre salaire pendant un an, mais nous craignons d'être licenciés juste après".

Pedro Navalho, technicien de télécommunications de 56 ans, accuse le nouveau propriétaire de vouloir "détruire" l'entreprise.

"Ils vont tout casser en morceaux pour qu'Altice puisse faire un profit. C'est ce qu'ils ont déjà fait avec Cabovisao et ONI", a-t-il affirmé en référence à deux sociétés achetées par Altice en 2012 et 2013, puis revendues en janvier 2016 au fonds d'investissement Apax France.

Le Premier ministre s'en était pris vivement à Altice mercredi, disant redouter un "démantèlement" de Portugal Telecom.

Fin mai, il avait déjà prévenu qu'il ne donnerait "aucune autorisation" à Altice pour licencier quelque 3.000 salariés de Portugal Telecom, un projet évoqué dans la presse locale mais démenti par le groupe français.

Depuis l'arrivée d'Altice, environ 1.500 salariés ont quitté l'opérateur de télécommunications dans le cadre d'un plan de départs volontaires, selon les syndicats.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…