En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 888.94 PTS
-0.52 %
5 896.00
-0.41 %
SBF 120 PTS
4 635.26
-0.49 %
DAX PTS
13 182.02
-0.76 %
Dow Jones PTS
27 691.49
+0. %
8 263.79
+0. %
1.101
+0.03 %

Des Algériens dans la rue contre une loi sur les hydrocarbures

| AFP | 859 | 5 par 1 internautes
Les manifestants algériens scandent des slogans contre une loi sur les hydrocarbures à Alger, le 13 octobre 2019
Les manifestants algériens scandent des slogans contre une loi sur les hydrocarbures à Alger, le 13 octobre 2019 ( RYAD KRAMDI / AFP )

Plus d'un millier de personnes ont manifesté dimanche à Alger contre une loi sur les hydrocarbures, par la suite adoptée en Conseil des ministres, estimant qu'elle revenait à brader le pays aux multinationales étrangères, a constaté une journaliste de l'AFP.

L'Algérie est secouée depuis le 22 février par un puissant mouvement de contestation qui a poussé Abdelaziz Bouteflika à la démission en avril, après 20 ans à la tête de l'Etat, et se poursuit avec des manifestations chaque mardi et vendredi, en réclamant le départ de l'ensemble du "système" au pouvoir.

Dimanche, c'est un projet de loi sur les hydrocarbures qui a fait descendre dans la rue les citoyens de ce pays riche en pétrole.

"Traîtres, vous avez vendu le pays", "la loi sur les hydrocarbures à la poubelle", "le peuple refuse cette loi", ont scandé les manifestants, regroupés non loin de la Chambre basse du Parlement, dont les accès ont été bloqués par des fourgons de police et des policiers antiémeutes.

Si la loi "passe, alors il faudra publier le nom de tous les députés qui l'auront votée pour les juger quand le pays aura retrouvé sa souveraineté", a clamé Mohamed, un manifestant d'une cinquantaine d'années, sous les applaudissements de la foule.

Ces protestations n'ont pas empêché le gouvernement d'adopter ensuite le projet de loi en conseil des ministres, selon un communiqué de la présidence de la République.

Vivement discuté dans les médias depuis plusieurs semaines, il n'a pas encore fait l'objet d'une publication officielle.

"Pacte"

D'après le communiqué de la présidence, il prévoit une révision du "système juridique actuel en matière d'hydrocarbures, en particulier au niveau contractuel et fiscal".

Il s'agit d'un "impératif" compte tenu de la "diminution" de la production et de l'augmentation constante de la consommation intérieure. Si rien n'est fait, l'Algérie sera en "déficit structurel (...) à partir de 2025", est-il indiqué.

La semaine dernière, le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab, cité par l'agence officielle APS, avait évoqué des discussions avec des "grandes compagnies". Lors de ces échanges, "nous avons pu relever deux aspects à améliorer dans l'actuelle loi sur les hydrocarbures", avait-il ajouté, sans plus de détails.

L'Algérie produit 1,2 million de barils par jour. Les hydrocarbures représentent plus de 95% de ses recettes extérieures et contribuent pour 60% au budget de l'Etat.

Avec cette loi, "l'Etat va donner au concessionnaire une parcelle de terrain sur laquelle tout ce qu'il découvrira lui appartiendra", a pour sa part commenté le consultant Hocine Malti, ex vice-président du groupe pétrolier public Sonatrach.

Le concessionnaire "deviendra donc propriétaire des réserves que contient le gisement et non pas des quantités produites uniquement", a-t-il avancé.

Ali Kefaifi, ancien responsable au sein ministère de l'Energie, a lui aussi estimé que la société d'exploitation pourra considérer le pétrole comme sa propriété. Et "le remboursement des coûts et le partage des profits seront sous le contrôle direct de la société concessionnaire".

Des manifestations ont aussi eu lieu dans d'autres villes dimanche, selon des médias.

A Alger, Saddia Bencharif, une manifestante d'une soixantaine d'années, a accusé le gouvernement d'avoir "conclu un pacte" avec des Etats et compagnies étrangères: en échange de leur silence sur le "Hirak", le mouvement de contestation, "on leur donne le pétrole et le gaz de schiste", a-t-elle jugé.

Des Algériens manifestent contre un projet de loi sur les hydrocarbures, le 13 octobre 2019 à Alger
Des Algériens manifestent contre un projet de loi sur les hydrocarbures, le 13 octobre 2019 à Alger ( RYAD KRAMDI / AFP )

En 2015, des manifestations contre l'exploitation du gaz de schiste s'étaient multipliées à In Salah, à 1.500 km au sud d'Alger, dans le Sahara, où la Sonatrach avait effectué avec succès son premier forage exploratoire fin 2014.

Les manifestants craignaient les conséquences sur l'environnement.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Privatisation de La Française des Jeux du 7 au 19 novembre 2019

Ouvrez dès aujourd’hui votre compte chez Bourse Direct : c'est rapide, gratuit et 100% en ligne !

Investir dans des instruments financiers comporte des risques de perte en capital, pouvant aller jusqu'à une perte totale du capital investi pour les investissements en titres de capital (actions).Le rendement et la performance d'un investissement en actions ne sont pas garantis. Nous vous invitons à consulter notre guide investisseur.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/11/2019

Frey lance une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription d'un montant d'environ 161,5 millions d'euros et renforce...

Publié le 13/11/2019

Société Générale annonce la nomination de Gaëlle Olivier en tant que Directrice de Société Générale pour la Région Asie-Pacifique. Elle remplace Hikaru Ogata qui a décidé de poursuivre de…

Publié le 13/11/2019

Le groupe SII a réalisé au cours du premier semestre de l'exercice 2019/2020 un chiffre d'affaires de 325,9 millions d'euros, en croissance de 10,2%. La dynamique reste solide aussi bien en France…

Publié le 13/11/2019

Le constructeur de maisons individuelles AST Groupe totalisait à fin septembre un chiffre d'affaires de 149,7 millions d'euros, en baisse de 9% en raison d'une base de comparaison défavorable.…

Publié le 13/11/2019

EOS imaging annonce la 350ème installation du système EOS au sein du Missouri Orthopaedic Institute à l'University of Missouri Health Care. Ce centre de chirurgie orthopédique propose l'offre de…