En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 408.60 PTS
-
5 407.5
-
SBF 120 PTS
4 340.39
-
DAX PTS
12 384.49
+0.43 %
Dowjones PTS
25 822.29
+0.25 %
7 397.23
+0.35 %
1.158
+0.06 %

Déprime pour le Bitcoin et plongeon du NEM, après le plus grand piratage de l'histoire des 'cryptos'

| Boursier | 215 | Aucun vote sur cette news

Un 'casse' historique dans l'univers des devises numériques

Déprime pour le Bitcoin et plongeon du NEM, après le plus grand piratage de l'histoire des 'cryptos'
Credits Reuters

La déprime semble se confirmer sur les principales cryptomonnaies, en ce début de semaine, après le plus grand piratage de l'histoire des monnaies virtuelles... Le Bitcoin cède actuellement 4% sur Bitfinex à 11.400$, tandis que l'Ethereum s'affiche quasiment stable à 1.193$. Le Ripple est lui aussi inchangé sur 24 heures, à 1,28$ environ sur Poloniex. Le NEM (symbole XEM) poursuit son plongeon, reculant actuellement de 7% à 0,94$.

Piratage historique de 530 millions de dollars

La crypto-devise NEM a subi un piratage majeur sur la plateforme japonaise Coincheck, contrôlée par Coincheck, Inc. (dont le directeur général est Wada Koichiro). 523 millions de 'jetons' ont été dérobés pour un montant totalisant environ 530 millions de dollars (58 milliards de yens) - sur la base des cours de fin de semaine dernière. Environ... 260.000 utilisateurs de Coincheck auraient été affectés... Le NEM est l'une des dix principales cryptomonnaies.

Portefeuille chaud

Les unités dérobées étaient stockées 'à chaud', au lieu d'être placées dans des portefeuilles 'froids' plus sécurisés, car déconnectés d'Internet. En outre, les NEMs gobés par les pirates n'étaient pas protégés par un système multi-signature.

Le régulateur japonais va inspecter les autres plateformes

Après ce piratage record, le régulateur financier japonais a promis une inspection générale des plateformes locales d'échange de cryptomonnaies.

La FSA (Financial Services Agency) japonaise a évidemment demandé à Coincheck d'apporter à ses opérations les améliorations nécessaires. Le régulateur japonais attend de Coincheck un rapport détaillé au sujet du piratage. Les mesures de prévention devront être précisées le 13 février. Des inscriptions sur site sont également attendues, si nécessaires.

Coincheck s'engage

L'affaire Coincheck rappelle au Japon le triste souvenir de l'affaire Mt. Gox, plateforme dont l'effondrement brutal en 2014 avait semé le trouble dans le petit monde des 'cryptos'. Mt. Gox, dirigée alors par le Français Mark Karpelès, avait été considérée un temps comme la principale plateforme d'échange de Bitcoin.

Face au 'spectre' Mt. Gox, Coincheck a annoncé dès dimanche son intention de restituer environ 90% des sommes dérobées sur ses propres fonds. Le timing et la manière de procéder n'ont toutefois pas été précisés. La FSA doit tout de même déterminer si Coincheck dispose de fonds suffisants pour tenir ses promesses. La plateforme affirme pour l'heure qu'elle va rapidement renforcer sa gouvernance et la protection de ses clients, tout en développant ses systèmes de gestion du risque.

Enregistrement récent des 'échanges' par la FSA

Le régulateur japonais n'enregistre que depuis peu les opérateurs d'échanges de cryptomonnaies. Les plateformes ne doivent ainsi demander cet agrément que depuis avril 2017. Coincheck étant un opérateur préexistant, la firme n'a demandé son agrément qu'en septembre. 16 plateformes ont à ce stade été enregistrées auprès de la FSA.

La NEM Foundation relativise

Le NEM est une cryptomonnaie et une plateforme blockchain lancée début 2015. Cette blockchain est testée par des institutions financières et firmes privées, plus particulièrement en Asie. La 'NEM Foundation', basée à Singapour, a précisé, suite au piratage, que le système de traçabilité de la blockchain lui permettait de suivre tous les 'jetons' volés chez Coincheck. D'après la 'fondation', citée par l'agence Reuters, le pirate n'aurait pas déplacé les fonds vers un autre échange ou vers des comptes personnels. Néanmoins, la fondation n'est pas en mesure de restituer les fonds à leurs propriétaires.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/08/2018

   Bollène (France) - Le 21 août 2018 - 20:00 (CET)     EGIDE RENFORCE SON ORGANISATION COMMERCIALE AUX ETATS-UNIS   Le groupe Egide (ISIN: FR0000072373 - Reuters:…

Publié le 21/08/2018

Le montant du transfert s'élève à 6,5 ME auxquels pourront s'ajouter des incentives pour un maximum de 3,5 ME...

Publié le 21/08/2018

L'installation reflète l'adoption croissante de la technologie EOS en tant que standard de soin dans les centres orthopédiques...

Publié le 21/08/2018

Nacon officialise sa collaboration avec Marie-Laure 'Kayane' Norindr, joueuse professionnelle de eSport...

Publié le 21/08/2018

Entre le 13 et le 17 août, Bic a racheté pour près de 3,06 millions d’euros de ses propres actions. Ces transactions portent sur environ 39 000 titres rachetés à un prix moyen pondéré…