En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 426.15 PTS
-0.39 %
5 429.50
-0.33 %
SBF 120 PTS
4 344.28
-0.33 %
DAX PTS
12 727.34
-0.30 %
Dowjones PTS
25 199.29
+0.32 %
7 390.13
+0.00 %
Nikkei PTS
22 764.68
-0.13 %

Décision attendue pour le redressement fiscal de Google

| AFP | 361 | Aucun vote sur cette news
Le logo Google, sur un écran, le 28 décembre 2016
Le logo Google, sur un écran, le 28 décembre 2016 ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Le tribunal administratif de Paris doit décider mercredi si le géant américain Google doit subir un redressement fiscal de 1,115 milliard d'euros, ou s'il réussit à y échapper grâce à un flou juridique entourant son implantation en France.

Sommé par le fisc de payer 1,6 milliard d'euros --un montant réduit depuis--, Google a contre-attaqué devant la justice administrative. Le groupe californien estime qu'il n'a pas à déclarer ses bénéfices en France puisqu'il vend de la publicité sur le marché français via sa filiale irlandaise Google Ireland Limited (GIL).

Le rapporteur public lui a donné raison devant le tribunal le 14 juin, estimant que "Google France n'a pas bénéficié de la présence d'un établissement stable en France, tant au regard de la retenue à la source, que de l'impôt sur les sociétés ou de la TVA".

Cette notion d'"établissement stable", qui doit être établie pour qu'une société soit taxable en France, est au coeur du contentieux: Google explique que les annonceurs signent les contrats avec sa filiale irlandaise, quand bien même ses clients peuvent être en rapport avec les salariés de Google France.

L'administration fiscale estime au contraire que les employés français jouent un rôle déterminant dans la vente d'espaces publicitaires sur le célèbre moteur de recherche ou le site de vidéos Youtube, même si les contrats sont formellement établis et signés par la filiale irlandaise GIL.

Or, l'Irlande --base européenne de Google-- se distingue par un taux d'imposition sur les sociétés particulièrement bas.

Le représentant de l'administration fiscale Philippe Cahanin a même évoqué au tribunal "une activité occulte" de la multinationale.

- Optimisation fiscale -

Mais le rapporteur s'en tient à une stricte lecture des textes, pointant "les carences de la base juridique actuelle".

Google, qui emploie actuellement 700 personnes en France, est dans le collimateur de Bercy depuis plusieurs années.

Peu bavard quand il s'agit de ses comptes, le groupe avait indiqué l'an dernier avoir payé 6,7 millions d'euros en France au titre de l'impôt sur les sociétés en 2015, soit 30% de plus que l'année précédente. C'est-à-dire pas grand chose.

Faisant l'objet de poursuite dans plusieurs pays, il est notamment parvenu à des accords avec les autorités fiscales au Royaume-Uni et en Italie leur reversant quelques centaines de millions d'euros.

Google, mais aussi Apple, Facebook et Amazon --l'ensemble étant souvent présenté sous l'acronyme GAFA--, sont régulièrement critiqués pour leurs pratiques d'optimisation fiscale.

Dans son programme de campagne de la présidentielle, Emmanuel Macron avait promis d'"imposer les grands groupes internet sur leur chiffre d'affaires réalisé en France" et "la création d'un marché unique du numérique en Europe".

Le secrétaire d'Etat au Numérique, Mounir Mahjoubi, avait pour sa part appelé à la mi-mai les grandes plateformes de l'internet à payer un impôt "juste et équilibré" en Europe, qui les mette au même niveau que les acteurs nationaux.

Et pas plus tard que dimanche, le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a pressé l'Europe de "faire payer" aux géants américains du net leurs impôts sur le continent.

"Il temps que l'Europe se ressaisisse, qu'elle défende ses intérêts, qu'elle fasse payer à Google, Amazon et Facebook les impôts qu'elles doivent aux contribuables européens", a-t-il déclaré aux rencontres économiques d'Aix-en-Provence.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2018

L’équipe de TradingSat.com, séduite par les qualités graphiques de court terme de EURAZEO, entrevoit un potentiel intéressant sur cette action qui constituera le sous-jacent d’un turbo Call…

Publié le 19/07/2018

Un service de mobilité électrique free-floating à Paris et dans sa périphérie

Publié le 19/07/2018

A l’occasion du salon aéronautique de Farnborough (jour 4), l’américain Boeing annonce qu’un client anonyme s’est engagé à commander 100 avions 737 MAX supplémentaires. Au prix catalogue,…

Publié le 19/07/2018

La durée d'hydrolise du PET encore diminuée...

Publié le 19/07/2018

Le carton d'Iliad en Italie est salué par le marché à l'ouverture...