En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 884.26 PTS
-
5 903.0
-
SBF 120 PTS
4 629.46
-
DAX PTS
13 221.64
+0.57 %
Dow Jones PTS
28 132.05
+0.79 %
8 466.89
+0.77 %
1.118
-0.04 %

Très ferme, Macron réduit le 5 décembre à une défense des "régimes spéciaux"

| AFP | 1392 | 4.93 par 15 internautes
Emmanuel Macron à Nesle dans la Somme, le 22 novembre 2019
Emmanuel Macron à Nesle dans la Somme, le 22 novembre 2019 ( Christophe ARCHAMBAULT / AFP )

Emmanuel Macron a choisi la fermeté vendredi à l'approche de la grève du 5 décembre contre la réforme des retraites, qui selon lui mobilise "avant tout" les salariés bénéficiant de régimes spéciaux "d'une autre époque".

"Je porte un projet d'ambition pour notre pays et je n'y renoncerai pas", a affirmé le chef de l’État. Il a décrit la journée de mobilisation interprofessionnelle du 5 décembre comme un mouvement dominé notamment par "de grandes entreprises de transport", avec "des demandes catégorielles qui pénalisent le reste de la société".

"Embaucher de nouveaux jeunes dans le système historique, ça n'a plus aucun sens", a-t-il insisté. "Je ne vais pas expliquer au chauffeur de bus d'Amiens que sa retraite n'a rien à voir avec (celle) d'un chauffeur de la RATP !".

"C'est donc une mobilisation contre la fin les régimes spéciaux. Mais c'est l'engagement que j'ai pris devant les Français", a plaidé le chef de l’État lors d'une conférence de presse à l'issue d'une visite de deux jours dans la Somme.

Il a fustigé "certaines forces politiques qui jouent le désordre et la coagulation". "Il y a des gens qui disent que rien ne va et qui ne proposent rien", a-t-il martelé ensuite sur BFMTV.

Il a jugé "étrange" un appel à la grève contre une réforme "dont on ne connaît pas les termes exacts" et mis en garde "tous ceux qui essaient de jouer avec les peurs" et "prennent des responsabilités au regard de la démocratie".

"Le droit de manifester doit être respecté, dans un cadre, celui de la non-violence. Tous ceux qui franchissent cette ligne sont les ennemis du droit de manifester. Toute formation politique comme toute formation syndicale s'honoreraient à exprimer clairement ce distinguo", a-t-il répété.

Retour risqué chez Whirlpool

Le président Macron face à d'ex-salariés de Whirlpool et au député LFI de la Somme Francois Ruffin, en présence de la préfète Muriel Nguyen, à Amiens, le 22 novembre 2019.
Le président Macron face à d'ex-salariés de Whirlpool et au député LFI de la Somme Francois Ruffin, en présence de la préfète Muriel Nguyen, à Amiens, le 22 novembre 2019. ( Christophe ARCHAMBAULT / AFP )

Durant deux jours, Emmanuel Macron a tout fait pour montrer que l'exécutif n'était pas fébrile à l'approche du 5 décembre, une échéance qui pourtant inquiète de nombreux responsables de la majorité.

Au cours d'une succession d'étapes, il est retourné "au contact" de la population dans sa ville natale d'Amiens, notamment lors d'un long bain de foule dans un quartier populaire.

Il a été sommé de s'expliquer lors de l'étape la plus délicate de son déplacement : le retour sur le site de l'ex-usine Whirlpool, devenue l'un des symboles de la casse sociale liée à la désindustrialisation.

Dans un hangar presque vide, il a discuté pied-à-pied pendant 1h30 avec des ex-employés en colère qui l'accusaient d'avoir été "berné" par le repreneur en liquidation. Cette reprise "a été un échec", a-t-il reconnu.

Le député LFI de la Somme François Ruffin l'a vivement interpellé: "je pense que vous vous grandiriez à admettre que vous avez merdé, que l’État a merdé", lui a-t-il lancé.

Le président a promis de revenir au maximum dans un an pour s'assurer que chaque ex-salarié avait une perspective, y compris en investissant sur le site pour réindustrialiser.

Emmanuel Macron en discussion avec d'anciens salariés de Whirlpool le 22 novembre 2019 à Amiens
Emmanuel Macron en discussion avec d'anciens salariés de Whirlpool le 22 novembre 2019 à Amiens ( Christophe ARCHAMBAULT / AFP )

Cette rencontre sans filtre avec des salariés en détresse massés autour de lui s'annonçait à hauts risques. Mais les ex-Whirlpool étaient plutôt satisfaits de sa visite. "On a pu vider notre sac", a commenté une ex-salariée.

Dans l'entre-deux tours, Emmanuel Macron était déjà venu rencontrer les salariés de Whirlpool. Au milieu des pneus enflammés et des sifflets stridents, il avait réussi à établir un dialogue, juste après une visite surprise de Marine Le Pen qui l'avait défié de venir.

Le chef de l’État a enchaîné avec deux bains de foule dans un quartier populaire du nord d'Amiens, dans une ambiance plutôt bienveillante. Venu inaugurer la première antenne France Services, qui regroupe plusieurs services publics, il a répondu à ceux qui l’interpellaient sur des problèmes de pouvoir d'achat.

La veille, devant des étudiants, il avait déploré que la France soit un "pays trop négatif".

"On a l'impression si on s'écoute collectivement, si on branche la radio ou qu'on allume la télé, que tout est terrible", a-t-il déclaré en inaugurant le nouveau Pôle universitaire d'Amiens.

Vendredi matin, le chef de l’État s'est penché sur l'amélioration des dessertes ferroviaires dans la Somme, en s'entretenant avec le nouveau PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou.

Il a également annoncé la finalisation du financement, évalué à cinq milliards d'euros, du canal Seine-Nord, qui permettra le transport de marchandises par voie d'eau entre les pays du Benelux et la région parisienne. Ouverture prévue d'ici 2028.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
15 avis
Note moyenne : 4.93
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2019

Le règlement-livraison des OCA aura lieu le 16 décembre 2019...

Publié le 12/12/2019

Le fonds activiste Elliott apporterait ses titres Altran à l'OPA de Capgemini à 18 euros par action, selon des sources citées jeudi par 'Reuters'. Pour l'instant, l'offre reste fixée à 14 euros.

Publié le 12/12/2019

L'action Facebook a perdu 2,7% jeudi à Wall Street après un article du 'Wall Street Journal' évoquant de possibles mesures anti-trust contre le réseau social.

Publié le 12/12/2019

Succès de l'opération d'actionnariat salarié de Spie : 'Share for you 2019'...

Publié le 12/12/2019

Le management de Biophytis rencontrera, de façon individuelle, des investisseurs et présentera les évolutions de son principal candidat-médicament Sarconeos (BIO101) actuellement en phase 2b…