En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 837.25 PTS
-0.59 %
5 831.0
-0.68 %
SBF 120 PTS
4 598.60
-0.53 %
DAX PTS
13 105.61
-0.46 %
Dow Jones PTS
27 945.33
-0.25 %
8 388.54
-0.11 %
1.106
+0.01 %

Dans l'Allemagne en transition énergétique, une PME mise sur l'extraction de pétrole

| AFP | 394 | Aucun vote sur cette news
Vua aérienne du puits de pétrole de Rhein Petroleum, à Riedstadt (Allemagne), le 11 octobre 2019
Vua aérienne du puits de pétrole de Rhein Petroleum, à Riedstadt (Allemagne), le 11 octobre 2019 ( Yann Schreiber / AFP/Archives )

Produire du pétrole dans une Allemagne qui se détourne des énergies fossiles: c'est le pari d'un petit Poucet du secteur, qui entend profiter de la remontée des prix du baril et de l'efficacité accrue du forage.

A la sortie de la bourgade de Riedstadt, non loin de Francfort, un pilier vert surplombe une plate-forme de forage visible depuis la route: la partie haute de la pompe qui puise du pétrole à plus de 1.500 mètres de profondeur.

Coiffé d'un casque blanc, Carsten Reinhold, directeur de Rhein Petroleum, l'entreprise d'une vingtaine de salariés qui exploite le site depuis 2018, exhibe un flacon contenant le fluide tiède, ébène et dénué de soufre. Il porte le label "léger et doux", similaire au "Brent" sorti des champs de la mer du Nord.

Deux fois par semaine en moyenne, un camion citerne récupère 33.000 litres du liquide stocké dans des cuves métalliques, provenant pour partie d'un deuxième site en Bavière, pour l'emporter dans une raffinerie située à 80 kilomètres.

Pour quel usage ? Il serait "dommage de tout brûler" dans le trafic automobile, explique M. Reinhold, alors que ce type de pétrole convient bien aux industries de transformation: chimie, pharmacie, textile et même fabricants de pales d'éoliennes.

- Rentabilité -

Fondée en 2007 par d'anciens dirigeants du géant Shell et aujourd'hui contrôlée par le néerlandais Tulip Oil, Rhein Petroleum veut relancer l'exploitation du pétrole dans le sud de l'Allemagne, alors que c'est au nord que sont extraites la plupart des quantités, notamment offshore.

L'entreprise a ainsi repris des forages en Hesse, dans l'ouest, où le dernier puits a fermé en 1994 faute d'une activité rentable: en cause, des méthodes coûteuses et un prix du baril de brut redescendu aux alentours de 20 dollars.

Le puits de pétrole de Rhein Petroleum, à Riedstadt (Allemagne), le 11 octobre 2019
Le puits de pétrole de Rhein Petroleum, à Riedstadt (Allemagne), le 11 octobre 2019 ( Yann Schreiber / AFP/Archives )

Mais son prix navigue désormais au-dessus de 60 dollars, après avoir culminé à plus de 100 dollars. Par ailleurs, le repérage des nappes d'hydrocarbures est bien plus performant depuis qu'il s'appuie sur une visualisation 3D des terres souterraines, "comme pour l'échographie d'une femme enceinte", explique M. Rheinhold.

Les coûts d'exploitation ont diminué, car les forages se font à la verticale mais aussi sur plusieurs centaines de mètres de côté, évitant ainsi de multiplier les lieux de pompage.

Et s'il fallait jadis employer sur place des équipes en 3x8, l'installation high-tech construite à Riedstadt par Siemens fonctionne sans personnel, grâce au pilotage via un smartphone.

Le tout en n'étant pas dans le viseur des militants hostiles aux énergies fossiles, qui concentrent leurs actions sur les mines de charbon brun très polluant: Rhein Petroleum dit entretenir un dialogue apaisé avec les mouvements écologistes, favorisé par leur absence de recours à la technique controversée de fracturation hydraulique.

Rôle marginalisé

La réussite de la PME d'Heidelberg ne masque cependant pas le recul tendanciel de la production de brut en Allemagne depuis le pic de 8 millions de tonnes à la fin des années 1960, pour retomber à un peu plus de 2 millions de tonnes en 2018.

De quoi couvrir environ 2% des besoins de la première économie industrielle européenne.

"C'est important de ne pas abandonner l'extraction de pétrole, pour aider un tant soit peu à réduire notre dépendance aux importations", estime Ralf Schairer, patron de la raffinerie Miro.

Claudia Kemfert, experte en énergie à l'institut DIW, voit au contraire cette activité "appartenir au passé" dès lors que "la transition énergétique et la protection du climat vont marginaliser l'importance des hydrocarbures".

Elle en veut pour preuve le virage de l'industrie automobile vers la mobilité électrique, et le fait que l'industrie cherche à produire des matériaux pouvant se passer du pétrole.

Le géant BASF s'est lancé dans cette voie, mais estime toutefois que "les dérivés du gaz naturel et du pétrole resteront à moyen terme une matière première importante pour l'industrie chimique".

Rhein Petroleum entend bien profiter de cette période de transition. Après avoir découvert des nappes de pétrole dans la région voisine du Bade-Wurtemberg, il compte y démarrer des forages à partir de fin 2020 au plus tôt, une fois les autorisations obtenues.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/12/2019

Ce laboratoire accompagnera les prochaines étapes de développement du firibastat

Publié le 09/12/2019

Alors que l’exercice 2019 devrait conclure, avec un an d’avance, les objectifs du plan Next100, Visiativ présentera ses nouvelles ambitions et son plan stratégique Catalyst 2023, le 8 janvier…

Publié le 09/12/2019

A la veille de sa journée Investisseurs, Valeo a présenté ses objectifs financiers à horizon 2022. Ainsi, sur la période 2020-2022, l’équipementier automobile vise une croissance organique de…

Publié le 09/12/2019

Tikehau Capital a annoncé l’arrivée de Grégoire Lucas en tant que Directeur des Relations Extérieures. Sous la responsabilité d’Antoine Flamarion et Mathieu Chabran, co-fondateurs du groupe…

Publié le 09/12/2019

Le Conseil d'administration de Société Générale, sur proposition du Comité des nominations et du gouvernement d'entreprise, lors de sa réunion du 5 novembre 2019, a arrêté les propositions de…