5 336.50 PTS
-0.39 %
5 332.0
-0.43 %
SBF 120 PTS
4 252.98
-0.49 %
DAX PTS
13 031.32
-0.28 %
Dowjones PTS
24 508.66
-0.31 %
6 389.91
+0.00 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Daimler a dénoncé en premier le cartel automobile allemand (presse)

| AFP | 213 | 3 par 1 internautes
Daimler, fabricant de Mercedes-Benz, aurait avoué en premier l'existence d'une vaste entente entre les constructeurs automobiles allemands 



(FILES) This file photo taken on August 27, 2013 shows the logo of Mercedes Benz on a car of German auto giant Daimler AG in Bailleul, northwestern France.According to German media reports from July 13, 2017, German car maker Daimler has assembled two manipulated engine types in its cars to make them appear less polluting during emission controls.
Daimler, fabricant de Mercedes-Benz, aurait avoué en premier l'existence d'une vaste entente entre les constructeurs automobiles allemands (FILES) This file photo taken on August 27, 2013 shows the logo of Mercedes Benz on a car of German auto giant Daimler AG in Bailleul, northwestern France.According to German media reports from July 13, 2017, German car maker Daimler has assembled two manipulated engine types in its cars to make them appear less polluting during emission controls. ( PHILIPPE HUGUEN / AFP )

Daimler, fabricant des voitures Mercedes-Benz, aurait avoué en premier l'existence d'une vaste entente entre les constructeurs automobiles allemands afin de bénéficier de la clémence des autorités de la concurrence, rapportent mardi plusieurs médias.

Daimler se serait dénoncé auprès des autorités "nettement plus tôt" que son concurrent Volkswagen, affirme le quotidien Süddeutsche Zeitung, qui a mené ses recherches en collaboration avec les chaînes de télévision publiques allemandes NDR et SWR.

"Le constructeur souabe peut ainsi espérer s'en sortir sans sanction dans le cas où la Commission européenne décidait d'imposer des amendes pour concertations illégales", écrit le journal.

Contacté par l'AFP, un porte-parole de Daimler n'a pas souhaité commenter ces informations.

Selon des informations du magazine Der Spiegel datant de vendredi, les plus gros constructeurs d'Allemagne (Volkswagen, Audi, Porsche, toutes trois propriétés du groupe Volkswagen, ainsi que BMW et Daimler) auraient eu depuis les années 1990 des réunions secrètes pour s'accorder sur nombre d'aspects techniques de leurs voitures, notamment sur le système de filtration des émissions polluantes, lésant ainsi possiblement consommateurs et sous-traitants.

Volkswagen se serait dénoncé aux autorités anticartel en juillet 2016, d'après l'hebdomadaire, qui croit savoir que Daimler a fait de même mais n'a pas donné de date.

Les autorités européennes de la concurrence européennes ont dit être en train d'examiner ces soupçons d'entente illégale, ce qui devrait prendre du temps.

Jusqu'ici, Daimler s'est contenté d'indiquer qu'il appliquait son programme interne de respect du droit de la concurrence. Le numéro un mondial de la voiture haut de gamme doit publier son bilan financier pour le deuxième trimestre mercredi matin.

Volkswagen n'a pas fait de commentaire sur le fond de l'histoire. Il a convoqué un conseil de surveillance extraordinaire pour mercredi.

BMW a lui nié toute entente avec ses concurrents concernant les émissions nocives de ses voitures diesel et affirmé qu'aucun de ses modèles n'avait été manipulé.

S'ils se vérifiaient, les soupçons de cartel pourraient coûter plusieurs milliards d'euros à l'ensemble des constructeurs allemands.

La Commission européenne peut infliger de lourdes amendes aux entreprises qui s'entendent entre elles, le record ayant été atteint en juillet 2016. L'UE avait alors infligé une amende de 2,93 milliards d'euros à quatre fabricants européens de camions, dont Daimler.

La première entreprise membre d’un cartel qui communique aux autorités européennes des preuves internes de l'existence d'une entente illégale se voit exemptée d’amende.

Vers 12H00 GMT à la Bourse de Francfort, les valeurs automobiles, sous pression depuis vendredi, étaient toujours à la peine. Daimler parvenait à grignoter 0,13% à 61,01 euros après un passage dans le rouge mais BMW perdait 0,37% à 78,65 euros et Volkswagen 0,26% à 135,50 euros, dans un marché en hausse.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Les essais avaient été suspendus après le décès d'un patient...

Publié le 15/12/2017

Sanofi Genzyme et Alnylam annoncent à l'instant que la Food and Drug Administration (FDA) américaine a levé la suspension des études cliniques consacrées au fitusiran parmi lesquelles figurent…

Publié le 15/12/2017

COMMUNIQUE DE PRESSE INFORMATION REGLEMENTEE CONNAISSANCE PREALABLE   Takeda et TiGenix annoncent que le Cx601 (darvadstrocel) a reçu la décision favorable du CHMP dans le…

Publié le 15/12/2017

  Communiqué de presse Source: Sanofi (EURONEXT: SAN) (NYSE: SNY)   La FDA lève la suspension des essais cliniques consacrés au fitusiran L'administration de ce…

Publié le 15/12/2017

Après la forte baisse des cours...

CONTENUS SPONSORISÉS