En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 085.50
-0.54 %
SBF 120 PTS
4 079.99
-0.58 %
DAX PTS
11 554.04
-0.30 %
Dowjones PTS
25 505.55
+0.50 %
7 175.95
+0.84 %
1.149
+0.32 %

Cryptomonnaies : la crypto 'Petro' du Venezuela déclarée illégale

| Boursier | 412 | Aucun vote sur cette news

Mais le gouvernement garde le cap

Cryptomonnaies : la crypto 'Petro' du Venezuela déclarée illégale
Credits Reuters

Le Parlement vénézuélien, aux mains de l'opposition, a déclaré cette semaine illégale la crypto-devise 'Petro' envisagée par le président Nicolas Maduro.

Maduro avait précédemment fait état de ses plans d'introduction d'une devise digitale, le 'Petro'. La monnaie virtuelle en question serait adossée... à 5 milliards de barils de pétrole, provenant des immenses réserves d'or noir du pays. Maduro entend utiliser les 'petros' pour lever des fonds en échappant aux sanctions financières américaines, alors que les Etats-Unis ont interdit à leurs institutions financières d'acquérir de la dette émise par le Venezuela, compliquant considérablement le refinancement de la lourde dette locale.

Le Petro, un échec annoncé ?

Les dirigeants du Venezuela espèrent donc lutter contre une crise économique historique, surfant sur la vague des crypto-devises en misant sur ce 'Petro', alors que la monnaie locale, le bolivar, ne cesse de plonger. Le pays à l'inflation galopante mise sur 'Petro' pour résister aux 'attaques' du système financier international, selon Jorge Rodriguez, le ministre de l'information.

D'après l'agence Reuters, les experts en cryptomonnaies ne croient pas au décollage du Petro, du fait de l'incapacité du Venezuela à gérer sa propre économie et du manque de respect local pour les droits à la propriété. Les législateurs locaux semblent donc également dubitatifs, Reuters citant Jorge Millan, selon lequel "il ne s'agit pas d'une cryptomonnaie, c'est une vente à terme du pétrole vénézuélien !" Le législateur estime même que le Petro est "fait sur mesure pour la corruption"...

Différent du bitcoin et de ses pairs

Le 'Petro' diffèrerait grandement du bitcoin et des autres cryptos actuelles, selon ses promoteurs, puisqu'il serait adossé à des actifs concrets. Le président Nicolas Maduro a assuré de son côté que 5 milliards de barils, provenant des réserves certifiées de pétrole du Venezuela, allaient être utilisés en tant que caution.

Selon le ministère local du pétrole, les réserves pétrolières en question pourraient soutenir des instruments financiers à hauteur de 267 milliards de dollars. Un montant sensiblement comparable à la capitalisation actuelle de marché de la mère des cryptomonnaies, le fameux bitcoin.

Le Petro déjà mort ? Pas si sûr...

Les législateurs locaux ont donc prévenu cette semaine de leur opposition et de l'illégalité du projet. Le Petro ne vaudrait d'ailleurs plus rien si Maduro perdait les élections programmées plus tard dans l'année. Pour finir, le Parlement local assure que l'émission de Petro enfreint les exigences constitutionnelles, selon lesquelles le législateur doit approuver l'emprunt.

L'agence Reuters rappelle toutefois que Maduro a régulièrement ignoré la législation depuis sa perte de contrôle en 2016. En outre, la Cour Suprême est favorable au gouvernement, et le pays a désigné en juillet un corps législatif 'tout-puissant', l'Assemblée Constituante, malgré le boycott de l'opposition...

100 millions de Petros

Le gouvernement vénézuélien n'en démord donc pas, prévoyant l'émission, dans les prochaines semaines, de 100 millions de ses fameux 'Petros', adossés à 100 millions de barils de réserves pétrolières.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

Communiqué de presse Le 18 octobre 2018     Croissance du Chiffre d'Affaires et nette augmentation de la rentabilité portées par des offres de services…

Publié le 19/10/2018

Comme nous l'avions prévu, les risques de baisse sur FAURECIA se sont avérés réels. Nous conseillons donc d'encaisser rapidement la plus-value sur le turbo put (V932S). Recommandé le 16/10/2018…

Publié le 19/10/2018

Bis repetita. Daimler vient de lancer un nouvel avertissement sur ses résultats 2018. Le constructeur automobile allemand s'attend désormais à un résultat d'exploitation (Ebit) «…

Publié le 19/10/2018

Un accord salarial a été conclu vendredi entre Air France et les organisations syndicales représentatives CFDT, CFE-CGC/UNAC, FO/SNPNC, SPAF et UNSA aérien Air France (sol et PNC). Ces…

Publié le 19/10/2018

Bigben Interactive émet 295.575 actions nouvelles d'une valeur nominale de 2 euros chacune en paiement d'une partie de la transaction...