En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 379.65 PTS
+0.00 %
5 373.0
-0.07 %
SBF 120 PTS
4 318.32
-
DAX PTS
12 331.30
-
Dowjones PTS
25 758.69
+0.35 %
7 371.42
+0.00 %
1.153
+0.34 %

Cryptomonnaies : Gibraltar va fixer les règles des ICO (initial coin offering)

| Boursier | 327 | Aucun vote sur cette news

Gibraltar veut fournir un cadre régulé aux opérations de levées de fonds par ICO ('initial coin offering'), qui font fureur depuis 2017

Cryptomonnaies : Gibraltar va fixer les règles des ICO (initial coin offering)
Credits Reuters

Gibraltar veut fournir un cadre régulé aux opérations de levées de fonds par ICO ('initial coin offering'), qui font fureur depuis 2017, mais souffrent justement d'un manque de régulation. Ainsi, le gouvernement de Gibraltar et la Gibraltar Financial Services Commission entendent doter le territoire d'outre-mer britannique d'un cadre législatif adapté à ces levées de fonds en monnaies numériques. Un projet de loi sera discuté dans les jours prochains, afin d'encadrer comme il se doit la promotion, la vente et la distribution de 'jetons' ('tokens') par ICO.

Cette régulation passera par la désignation d'acteurs responsables de s'assurer de la conformité des opérations. En outre, ces règles fixeront également les contraintes en matière de communication et d'information.

Levées de fonds d'un nouveau genre

Une ICO ('Initial Coin Offering') est une levée de fonds en actifs numériques échangeables contre des devises digitales. Les 'jetons' en question sont émis puis échangés grâce à la technologie de la blockchain. Les ICO sont fréquemment comparées aux introduction en bourse ou aux augmentations de capital des entreprises cotées, mais il s'agit d'un mode alternatif de levée de fonds.

Manque de régulation ?

Les ICO sont par ailleurs controversées, du fait du manque de régulation. Les régulateurs américains semblent s'interroger sur la question. Jay Clayton, le dirigeant de la Securities & Exchange Commission, entend ainsi contrôler ces levées de fonds en devises numériques, de la même manière que les introductions en bourse à Wall Street...

Dans un autre registre, les autorités chinoises, beaucoup plus méfiantes, ont préféré interdire ces levées de fonds.

Développement récent

Les opérations de type 'ICO' étaient encore relativement rares jusqu'à l'année 2017, où elles se sont chiffrées globalement en milliards de dollars (près de 3,7 Mds$ selon diverses évaluations), contre quelques dizaines de millions de 2013 à 2016. Le record de la spécialité demeure détenu par le projet Tezos, qui a levé plus de 230 M$ durant l'été dernier, mais l'opération Telegram devrait laisser 'sur place' les autres deals majeurs du genre.

Le Venezuela s'engouffre dans la brèche

José Vielma Mora, le ministre vénézuélien du Commerce extérieur et de l'Investissement international, a annoncé en fin de semaine dernière que des investisseurs allaient accepter des paiements en 'Petro', devise digitale du Venezuela adossée aux réserves pétrolières locales. Ainsi, le 'Petro' intéresserait, du moins si l'on en croit ses promoteurs, qui prévoient une ICO dès le mois prochain !

Le président Nicolas Maduro avait annoncé ses projets en décembre concernant ce fameux Petro, dont il espère qu'il permettra au pays d'échapper aux sanctions financières américaines, alors que les Etats-Unis ont interdit à leurs institutions financières d'acquérir de la dette émise par le Venezuela, compliquant considérablement le refinancement de la lourde dette locale...

Telegram espère une ICO record

Sequoia Capital et Benchmark Capital compteraient parmi les grands noms intéressés par l'Initial Coin Offering envisagée par l'application de messagerie sécurisée Telegram, créée en 2013 par les frères Dourov, déjà à l'origine d'un réseau social majeur en Russie.

D'après l'agence Bloomberg, alors que certaines grandes firmes de capital risque envisagent d'investir dans l'ICO de Telegram, des acteurs plus spécialisés investissant habituellement dans le domaine de la blockchain, auraient boudé l'opération sur laquelle travaille Telegram, et qui doit aboutir à la plateforme TON (telegram Open Network). D'après 'TechCrunch', l'opération pourrait se faire en deux temps, Telegram entendant lever d'abord 500 M$ en dehors du public, puis un montant plus importante par une ICO totalement publique.

Telegram, qui a récemment déménagé à Dubaï, a fixé un objectif très ambitieux de levée de fonds, espérant récupérer l'équivalent de 2 milliards de dollars par cette transaction. En dehors des noms cités par Bloomberg, le 'Financial Times' croit savoir que Kleiner Perkins Caufield & Byers seraient également de la partie. A l'inverse, des spécialistes du secteur tels que Blockchain Capital ou Pantera Capital, ne devraient pas être du voyage selon Bloomberg.

Auplata étudie une ICO

Auplata, producteur d'or français coté en bourse, a récemment mandaté le cabinet de conseil et d'ingénierie SOFRECO en vue de concevoir un programme de travaux et d'études pour déterminer la teneur exacte de ses réserves au standard JORC en Guyane Française. Pour financer ce programme, l'entreprise envisage de lancer une 'Initial Coin Offering', sous forme de jetons qui pourraient être garantis par une partie de la production future d'or. En d'autres termes, Auplata s'essaie à la cryptomonnaie en adossant toutefois la valeur sur le potentiel en or des sites miniers de la société. "L'un des grands avantages d'une levée de fonds par le biais d'une ICO est le plein alignement des intérêts : le financement de l'activité future est assuré sans dilution pour les actionnaires, tout en offrant une sécurité réelle sur les stocks futurs de l'entreprise", estimait en janvier le PDG d'Auplata, Didier Tamagno. L'idée lui a été soufflée par Alpha Blue Ocean, qui prépare une opération identique pour le compte d'Element ASA.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/08/2018

Dontnod Entertainment, studio français indépendant de création et de développement de jeux vidéo et SQUARE ENIX ont dévoilé 'LIFE IS STRANGE 2', le...

Publié le 20/08/2018

La levée de fonds de Genkyotex pourrait atteindre 9,225 ME...

Publié le 20/08/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL ALPES…

Publié le 20/08/2018

Après la nomination en juin dernier de Pierre Pouletty comme président de Cromology, Wendel a annoncé l'arrivée le 27 août prochain de Loïc Derrien au poste de directeur général de Cromology.…

Publié le 20/08/2018

Adocia a annoncé que le tribunal arbitral en charge de la procédure engagée à l’encontre de Eli Lilly & Company a statué en sa faveur en ce qui concerne sa première demande. Il a accordé à…