En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 408.60 PTS
+0.54 %
5 407.5
+0.57 %
SBF 120 PTS
4 340.39
+0.51 %
DAX PTS
12 384.49
+0.43 %
Dowjones PTS
25 822.29
+0.25 %
7 397.23
+0.35 %
1.157
+0.71 %

Cryptomonnaies : après le krach, le Ripple flambe, suivi par le Bitcoin et l'Ethereum

| Boursier | 698 | Aucun vote sur cette news

Les cryptos se ressaisissent après la purge

Cryptomonnaies : après le krach, le Ripple flambe, suivi par le Bitcoin et l'Ethereum
Credits Reuters

Après le plongeon des deux derniers jours, les principales devises digitales tentent un rebond ce jeudi, qui reste toutefois à confirmer. C'est la crypto centralisée Ripple qui mène la danse ce jour, en vive hausse de 32% à 1,40$ sur Poloniex. Le Ripple, la 'star' de la fin d'année 2017, avait été divisé par trois en une dizaine de jours, ce qui n'a pas manqué d'attirer l'attention des spéculateurs et investisseurs...

L'Ethereum, qui venait lui aussi de toucher un sommet historique de 1.423$, puis de replonger jusqu'à 770$ sur Bitfinex, remonte actuellement de 10% à près de 1.000$.

Le Bitcoin, mère des cryptomonnaies, qui avait perdu la moitié de sa valeur depuis ses sommets historiques inscrits mi-décembre 2017 à 19.891$ sur Bitfinex (jusqu'à un plancher de 9.231$ hier), se redresse pour finir de belle manière, s'adjugeant 9% à 11.120$.

Rachats 'à bon compte' ?

Les principales 'cryptos' étaient précédemment retombées au plus bas d'un mois, sur des craintes liées en particulier à la régulation du marché. Cette baisse rapide et brutale était peut-être allée un peu trop vite, offrant aux 'mains fortes' du marché l'opportunité de se positionner en période de ventes panique.

En France, Bruno Le Maire avait d'ailleurs annoncé une mission sur le sujet des cryptomonnaies. Un ancien de la Banque de France, Jean-Pierre Landau, sera chargé de cette lourde tâche. Le Ministre français de l'économie s'est inquiété des risques de spéculation, de fraude et de détournements financiers liés aux 'cryptos'. Bruno Le Maire demande d'ailleurs à ce que le G20 planche lui aussi sur la question...

L'AEMF (autorité européenne des marchés financiers), autorité indépendante de surveillance basée à Paris, reste également sur ses gardes. Selon son président Steven Maijoor, les investisseurs en cryptomonnaies devraient "être prêts à perdre tout leur argent". Ce spécialiste constate l'extrême volatilité des devises digitales, qui annihile leur intérêt en tant que monnaies au sens strict.

La Bundesbank, Banque centrale allemande, plaide de son côté pour une réglementation mondiale du bitcoin et des 'cryptos'. D'après Joachim Würmeling, membre du directoire de la banque, les règles nationales auraient en effet du mal à endiguer le phénomène.

Chine et Corée du Sud surveillées

Le Bitcoin et les cryptomonnaies avaient déjà connu un coup de semonce la semaine dernière, du fait d'une potentielle interdiction des échanges en Corée du Sud. Le Ministre local de la Justice, Park Sang-ki, avait affirmé que son ministère étudiait une législation interdisant les échanges de cryptomonnaies, suite à de longues discussions avec un certain nombre d'agences gouvernementales.

Néanmoins, une telle interdiction ne pouvait pas être immédiate. En effet, le projet local de loi devra être approuvé préalablement par le parlement, ce qui constitue une procédure généralement assez longue, qui pourrait même durer plusieurs années.

L'interdiction des échanges demeure une piste pour la Corée du Sud, selon les commentaires du Ministre des Finances Kim Dong-yeon, qui s'exprimait cette semaine sur TBS radio. Le dirigeant a toutefois confirmé la nécessité de nouvelles discussions 'sérieuses' préalables avant de trancher. Kim Dong-yeon a surtout affirmé la nécessité d'une régulation 'rationnelle', face à une 'spéculation irrationnelle'... La Corée du Sud est considérée comme le troisième marché mondial des cryptomonnaies.

La Chine veut également remettre de l'ordre sur ce marché, notamment sur le segment du minage de 'cryptos', particulièrement énergivore. Le pays avait déjà visé les devises digitales l'an passé, ciblant alors les plateformes d'échange et les applications dédiées. Par ailleurs, un vétéran de la banque centrale chinoise estimait, cité hier par Reuters, que les autorités devraient interdire le trading centralisé de devises virtuelles.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/08/2018

   Bollène (France) - Le 21 août 2018 - 20:00 (CET)     EGIDE RENFORCE SON ORGANISATION COMMERCIALE AUX ETATS-UNIS   Le groupe Egide (ISIN: FR0000072373 - Reuters:…

Publié le 21/08/2018

Le montant du transfert s'élève à 6,5 ME auxquels pourront s'ajouter des incentives pour un maximum de 3,5 ME...

Publié le 21/08/2018

L'installation reflète l'adoption croissante de la technologie EOS en tant que standard de soin dans les centres orthopédiques...

Publié le 21/08/2018

Nacon officialise sa collaboration avec Marie-Laure 'Kayane' Norindr, joueuse professionnelle de eSport...

Publié le 21/08/2018

Entre le 13 et le 17 août, Bic a racheté pour près de 3,06 millions d’euros de ses propres actions. Ces transactions portent sur environ 39 000 titres rachetés à un prix moyen pondéré…