En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 191.13 PTS
-0.09 %
5 192.00
-0.03 %
SBF 120 PTS
4 119.99
-0.01 %
DAX PTS
11 421.07
+0.17 %
Dowjones PTS
25 954.44
+0.24 %
7 062.34
+0.00 %
1.135
+0.05 %

Coup de frein pour la croissance britannique avant le Brexit

| AFP | 425 | Aucun vote sur cette news
Vue du port de commerce de Ramsgate, dans le sud-est de l'Angleterre, prise le 8 janvier 2019
Vue du port de commerce de Ramsgate, dans le sud-est de l'Angleterre, prise le 8 janvier 2019 ( Tolga Akmen / Tolga Akmen/AFP/Archives )

La croissance britannique a drastiquement ralenti à 1,4% en 2018, au plus bas depuis six ans, pâtissant des incertitudes liées au Brexit qui assombrissent les perspectives pour 2019.

À moins de deux mois d'une sortie de l'Union européenne à hauts risques, les chiffres de l'Office des statistiques nationales publiés lundi ont fait l'effet d'une douche froide.

Alors que le PIB du pays avait crû de 1,8% en 2017, il a nettement marqué le pas l'an passé, en particulier au quatrième trimestre où il n'a augmenté que de 0,2%.

Le trou d'air a été particulièrement prononcé en décembre, et ce dans tous les secteurs (construction, production industrielle et services).

Au final, la croissance annuelle a été la plus faible depuis 2012 et le pays n'aborde pas dans les meilleures conditions économiques son départ de l'UE, prévu le 29 mars.

Or, le coup de frein de l'activité devrait se poursuivre au moins tout l'hiver. En janvier, l'accord sur les modalités du Brexit conclu par la Première ministre britannique Theresa May avec les dirigeants des 27 autres pays de l'UE a été massivement rejeté par les députés, ce qui a épaissi encore davantage le brouillard entourant le Brexit.

Les discussions sont depuis dans l'impasse notamment autour du "filet de sécurité" irlandais. Le ministre en charge du Brexit, Stephen Barclay, a rencontré lundi soir à Bruxelles le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, lors d'un dîner de travail, pour évoquer le sujet et tenter de trouver une issue.

"Il est clair de notre côté que nous n'allons pas rouvrir l'accord de retrait, mais nous allons poursuivre nos discussions dans les jours à venir", a affirmé le Français à l'issue de cette rencontre, évoquant des échanges "constructifs".

"L'incertitude du Brexit devrait peser encore davantage au premier trimestre, il y a peu de chance de rebond pour la croissance en ce début d'année", a prévenu Paul Dales, analyste chez Capital Economics, en évoquant les perspectives des mois à venir.

Fébrilité

Jeudi, la vénérable Banque d'Angleterre (BoE) a frappé les esprits en abaissant drastiquement sa prévision de croissance pour 2019, à 1,2%, ce qui constituerait le résultat le plus faible depuis la fin de la crise financière internationale d'il y a dix ans.

Le gouverneur de l'institut d'émission, Mark Carney, dont le mandat a été prolongé jusqu'en 2020 pour assurer une stabilité en cette période incertaine, a pointé du doigt "le brouillard du Brexit". Mais la BoE a aussi expliqué une partie de ce ralentissement par la moins bonne conjoncture mondiale, de la Chine aux États-Unis en passant par la zone euro.

Vue de l'entrée de l'usine Nissan à Sunderland, dans le nord-est de l'Angleterre, le 25 octobre 2016
Vue de l'entrée de l'usine Nissan à Sunderland, dans le nord-est de l'Angleterre, le 25 octobre 2016 ( SCOTT HEPPELL / AFP/Archives )

La croissance réduite prévue pour cette année au Royaume-Uni pourrait même être encore plus faible si le pays devait sortir sans accord de l'UE. Jeudi, M. Carney a prévenu que l'économie britannique n'était "pas encore prête" à un tel scénario, le pire pour les milieux d'affaires.

Dans le détail, les entreprises se sont montrées encore prudentes avant d'investir (-1,4% au quatrième trimestre), face à l'aggravation du blocage politique. Il s'agit du quatrième trimestre consécutif de baisse de cet indicateur crucial pour mesurer l'optimisme du secteur privé, une première depuis la crise financière internationale.

Signe de cette fébrilité, le constructeur japonais Nissan a renoncé début février à assembler l'un de ses nouveaux modèles dans son usine du nord-est de l'Angleterre, un revirement qui a fait l'effet d'un coup de tonnerre dans le pays.

Mais la consommation des ménages, qui avait tenu le choc jusque-là, ne s'est pas montrée plus dynamique (seulement +0,4%), tandis qu'un marché immobilier au ralenti a aussi pesé sur la propension à dépenser.

"L'activité britannique a clairement rétrogradé à la fin 2018 à mesure que les incertitudes économiques et politiques du Brexit ont poussé les entreprises à la prudence. Des signes indiquent aussi que les consommateurs ont été plus attentistes malgré une hausse de leur pouvoir d'achat", a expliqué Howard Archer, économiste au EY Item Club.

pn-apz-dc-zap/dga

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2019

JCDecaux annonce que sa filiale espagnole a remporté, à la suite d’un appel d’offres, le contrat publicitaire du mobilier urbain analogique et digital de la ville de Bilbao pour une durée de 15…

Publié le 21/02/2019

CNP Assurances a enregistré en 2017 un résultat net part du groupe de 1,37 milliard d’euros en hausse de 6,4 % (+ 8,6 % à périmètre et change constants) principalement tiré par…

Publié le 21/02/2019

La blessure à un genou de la future star NBA Zion Williamson a fait couler beaucoup d'encre...

Publié le 21/02/2019

Axway a enregistré en 2018 un résultat net part du groupe de 11 millions d’euros contre 4,4 millions d’euros en 2017. Le résultat opérationnel d’activité a chuté de 21,2% à 31,9 millions…

Publié le 21/02/2019

Compte-tenu des moyens financiers de la société