En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 199.81 PTS
-4.47 %
4 217.00
-4.05 %
SBF 120 PTS
3 312.20
-3.84 %
DAX PTS
9 580.21
-3.58 %
Dow Jones PTS
21 917.16
-1.84 %
7 813.50
+0. %

Coronavirus: vers une interdiction des marchés "où l'on voit des foules"

| AFP | 1309 | 4.75 par 4 internautes
Des passants se ravitaillent sur un marché à Givors, près de Lyon, le 18 mars 2020
Des passants se ravitaillent sur un marché à Givors, près de Lyon, le 18 mars 2020 ( JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP )

Les marchés "où l'on voit des foules et qui ont beaucoup d'étals" seront "amenés à fermer", a annoncé mercredi le ministre de la Santé Olivier Véran sur la chaîne d'information LCI.

"Les marchés où on va chercher à manger doivent pouvoir continuer de fournir de la nourriture aux personnes", a-t-il d'abord tenu à préciser, mais en revanche "ceux où l'on voit des foules, les marchés qui ont beaucoup d'étals, les marchés où il y a autre chose que de l'alimentaire sont amenés à fermer".

"A mesure que l'on constate qu'il y a des contacts rapprochés des gens dans la rue, nous sommes amenés à prendre des décisions. Ce sont les préfets qui ont autorité pour prendre ces décisions de fermeture", a poursuivi le ministre, rappelant que la règle est d'"intervenir partout" pour "faire respecter une distance d'un mètre entre les personnes".

Un Français rencontre en temps normal "50 personnes par jour, il faudrait qu'il rencontre 5 personnes par jour", a-t-il énoncé comme objectif.

Aujourd'hui, "Paris n'a plus rien à voir avec ce qu'on a connu hier", s'est félicité le ministre, en soulignant que le confinement s'appliquait à lui-même, puisque "je ne bouge plus de mon ministère".

Interrogé sur la question polémique du manque de masques il a parlé d'un dossier "complexe à comprendre, complexe à expliquer, complexe à gérer".

"Dans 27 départements, dans lesquels l'épidémie est la plus active, des masques chirurgicaux et des masques FFP2 ont été livrés hier. Et ils sont en train d'arriver dans tout le territoire national. D'ici ce soir ou demain, l'ensemble des professionnels pourront aller chercher leurs masques de protection dans leurs pharmacies d'officine", a-t-il assuré.

"Nous équipons les soignants en priorité, nous équipons les malades en situation de fragilité quand ils sont par exemple dans les Ehpad, et les personnes malades à domicile peuvent se voir prescrire des masques", a-t-il précisé.

"Nous avons 2.000 places de réanimation dans les hôpitaux français. Mais territorialement, il y a de très fortes tensions, c'est le cas dans le Grand Est. On demande alors l'appui des autres territoires pour prendre en charge une partie des malades, a-t-il dit, en relevant que mardi "plusieurs patients ont été héliportés", et qu'un "train sanitaire" est mis en place.

Evoquant les droits de visite aux malades en réanimation, le ministre évoque de possibles "autorisations dans des conditions drastiques" par les services hostpitaliers.

Interrogé sur les résultats du confinement, le ministre souligne que "l'impact d'une mesure commence à être mesurable sur la courbe épidémique au minimum au bout de 8 à 12 jours, probablement plus 12 que 8". "Oui, on attend à ce moment-là une réduction très importante de nouveaux cas et une chute de l'épidémie".

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 4.75
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 01/04/2020

Theranexus flambe ce mercredi de 477% à 13,80 euros, alors que la société a annoncé le succès de l'étude de phase 2 de son candidat-médicament THN102...

Publié le 01/04/2020

Sale temps en Bourse pour les banques européennes, qui suppriment le versement de leurs dividendes à la demande des différentes autorités de régulation. HSBC chute ainsi de 8,55% à 415,40 pence,…

Publié le 01/04/2020

Carrefour et Uber Eats indiquent avoir passer un accord afin d'aider les consommateurs français à s'approvisionner en produits du quotidien, en se faisant livrer à leur domicile, dans le plein…

Publié le 01/04/2020

Natixis (-6,98% à 2,76 euros) et Société Générale (-7,01% à 14,27 euros) sont les deux premières banques françaises à appliquer les recommandations de la Banque centrale européenne de ne pas…

Publié le 01/04/2020

Affaires à faire...