En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 506.85 PTS
+1.44 %
4 529.00
+1.97 %
SBF 120 PTS
3 557.79
+1.67 %
DAX PTS
10 564.74
-
Dow Jones PTS
23 719.37
+1.22 %
8 238.53
+0. %

Coronavirus: Rome veut nationaliser la compagnie aérienne Alitalia

| AFP | 858 | Aucun vote sur cette news
Une employée de la compagnie italienne Alitalia porte un masque et des gants de protection au borne d'enregistrement de l'aéroport Fiumicino, le 13 mars 2020 à Rome
Une employée de la compagnie italienne Alitalia porte un masque et des gants de protection au borne d'enregistrement de l'aéroport Fiumicino, le 13 mars 2020 à Rome ( Andreas SOLARO / AFP/Archives )

Le gouvernement italien a annoncé qu'il entendait nationaliser la compagnie aérienne Alitalia, en grande difficulté depuis des années, dans le cadre de mesures économiques d'urgence prises face à la pandémie de Covid-19.

Le conseil des ministres "prévoit la constitution d'une nouvelle société entièrement contrôlée par le ministère de l'Economie et des Finances, ou contrôlée par une société à participation publique majoritaire, même indirecte", précise un communiqué publié dans la nuit de lundi à mardi.

Le gouvernement ne précise pas les délais ou d'autres modalités plus concrètes de ce projet de nationalisation d'Alitalia.

Selon des médias, Rome a prévu une enveloppe globale de 600 millions d'euros pour l'ensemble du secteur aérien national, dans lequel Alitalia représente la part du lion.

"Ce n'est pas une situation facile, cette expérience (du coronavirus, ndlr) m'a renforcée dans l'idée qu'une compagnie nationale est stratégique pour notre pays", a déclaré mardi la ministre des Transports Paola De Micheli à la chaîne de télévision Rainews24.

Un nouvel appel à manifestation d'intérêts pour racheter Alitalia avait été publié il y a moins de deux semaines, le 5 mars, et les entreprises ou fonds intéressés avaient jusqu'au 18 mars pour se faire connaître, selon un document publié sur le site de la compagnie.

Alitalia accumule les pertes depuis des années et a dû être placée sous tutelle de l'administration en 2017 à la suite du rejet par les salariés d'un plan de restructuration prévoyant 1.700 suppressions d'emplois sur 11.000. Rome cherche depuis un ou des repreneurs, sans succès.

Le groupe public italien des chemins de fer, Ferrovie dello Stato (FS), qui a tenté un temps de constituer un consortium pour sauver Alitalia, a annoncé début janvier avoir jeté l'éponge.

Des contacts ont eu lieu avec l'américaine Delta, l'allemande Lufthansa et le gestionnaire italien d'autoroutes et aéroports Atlantia (famille de Luciano Benetton).

Mais Lufthansa avait indiqué en janvier ne pas vouloir investir pour le moment dans Alitalia, soulignant que celle-ci avait besoin d'une profonde restructuration.

Delta, de son côté, s'était dite prête à investir 100 millions d'euros et à prendre 10% du capital.

Alitalia, confrontée à la concurrence extrêmement vive des compagnies à bas coût, ne peut pas non plus rivaliser avec les autres compagnies traditionnelles faute d'une taille suffisante, alors qu'un important mouvement de concentration a eu lieu ces dernières années. Elle perd environ 300 millions d'euros par an.

L'ancienne compagnie nationale a ainsi transporté seulement 22 millions de passagers en 2018, contre 91 millions pour Easyjet, 142 millions pour Ryanair et quelque 180 pour Lufthansa et Delta Airlines.

En Italie, sa part de marché plafonne à 14%, loin derrière les 25% de Ryanair.

Fin février, la Commission européenne avait annoncé l'ouverture d'une enquête approfondie sur un prêt de 400 millions d'euros consenti par l'Italie à Alitalia, pour déterminer si cette aide est conforme aux règles de la concurrence.

Fin 2019, les autorités italiennes avaient annoncé qu'elles accorderaient un nouveau prêt de 400 millions d'euros à Alitalia pour faciliter la rationalisation de l'entreprise afin de tenter de vendre ses actifs.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/04/2020

ADOCIALa biotech publiera son chiffre d'affaires du premier trimestreAIRBUSAfin de préserver ses liquidités dans un contexte de crise du Covid-19, easyJet s'est entendu avec Airbus pour obtenir le…

Publié le 09/04/2020

Gaussin annonce un nouveau contrat avec la société PRB (Produits de Revêtement du Bâtiment) pour la fourniture d'une solution clé en main de transport...

Publié le 09/04/2020

Oncodesign a publié un résultat net consolidé 2019 de 1,62 million d'euros, après une perte de 3,15 millions en 2018. Le groupe retrouve ainsi l'équilibre financier un an avant son objectif. Les…

Publié le 09/04/2020

PSB Industries a réalisé sur le premier trimestre un chiffre d'affaires de 63,3 ME, en retrait de 11,2% à taux de change et périmètre constants...

Publié le 09/04/2020

Implanet, société de technologies médicales spécialisée dans les implants vertébraux et les implants de chirurgies du genou, informe ses actionnaires...