En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 207.24 PTS
-
4 203.50
-0.02 %
SBF 120 PTS
3 303.23
+0. %
DAX PTS
9 544.75
-
Dow Jones PTS
20 943.51
-4.44 %
7 486.29
+0. %

Coronavirus: les cours des produits de la mer en chute libre dans les ports

| AFP | 539 | Aucun vote sur cette news
Une poissonnerie en décembre 2019 à Paris
Une poissonnerie en décembre 2019 à Paris ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives )

Des langoustines vendues à 6,80 euros le kg contre 12 à 13 la semaine dernière, de la sole à 8 euros contre 17, du turbot à 12 contre 35: faute d'acheteurs, le prix des produits de la mer s'effondre dans les criées.

"Ce matin, tout a été vendu au prix de retrait (le prix plancher garanti, NDLR) et il y a eu beaucoup de poissons invendus, beaucoup de lotte en particulier", explique David Derrien, responsable adjoint à la criée du Guilvinec (Finistère).

"Les mareyeurs sont présents, mais ils ne savent pas s'ils pourront vendre du fait de la crise. Donc, ils n'achètent pas ou peu. L'Espagne et l'Italie sont fermés à la vente. Les grands groupes de distribution qui achètent habituellement chez nous, ils n'achètent plus rien ou presque", constate-t-il pour expliquer ces prix bas.

"Toutes les espèces nobles ne se vendent pas (turbot, barbue, Saint-Pierre, etc...) car ce sont des poissons souvent servis dans les restaurants. Et comme les restaurants sont fermés...", poursuit M. Derrien.

La situation est telle que des organisations de producteurs (OP) annoncent qu'elles ne vont plus pouvoir soutenir les cours en assurant un prix de retrait minimum. Mardi, l'une des principales OP, Les Pêcheurs de Bretagne, a fait savoir qu'elle jetait l'éponge en fin de semaine.

"Au vu de la dégradation massive et rapide du marché, l’OP Les Pêcheurs de Bretagne a été contrainte de prendre la décision de suspendre ses prix d’ordre d’achat pour une durée indéterminée", a-t-elle indiqué dans un communiqué. Cette mesure interviendra "après la vente de jeudi matin" pour la pêche côtière et "après la vente du vendredi matin" pour la pêche hauturière, précise le communiqué.

"C'est une misère"

"Du coup, les bateaux n'iront plus en mer s'il n'y a plus de prix de retrait (...) On ne sait pas où on va. Les derniers bateaux rentrent cette fin de semaine", souligne M. Derrien.

Sur la côte nord, à la criée de Saint-Quay-Portrieux (Côtes-d'Armor), les signaux sont aussi au rouge. "Aujourd'hui, le prix du poisson, c'est une misère, il n'y a pas de vente (...) Mardi, 25% du poisson proposé est resté invendu", constate Alain Coudray, président du comité des pêches des Côtes-d'Armor. "On aura encore une vente jusqu'à jeudi, mais après?", s'interroge-t-il.

En pleine campagne à la coquille Saint-Jacques en baie de Saint-Brieuc, une pêche strictement encadrée qui se déroule sur quelques mois, de l'automne au début du printemps, et permet aux pêcheurs d'améliorer l'ordinaire le reste de l'année, rien ne va plus.

"Lundi, on avait 74 bateaux en mer. A l'arrivée à la criée, il n'y a pas eu d'achat. Des mareyeurs avaient prévenu qu'ils ne seraient pas là car ils n'ont plus de demandes avec les restaurants et les cantines fermés. Tout est parti à l'usine pour la congélation. Mais l'usine va fermer aussi", se désole Alain Coudray. "On est dans un moment très difficile. Malheureusement, ce n'est que le début".

Un marin-pêcheur et armateur vend sa pêche de coquilles Saint-Jacques sur le marché de Pléneuf-Val-André dans les Côtes-d'Armor le 20 décembre 2009
Un marin-pêcheur et armateur vend sa pêche de coquilles Saint-Jacques sur le marché de Pléneuf-Val-André dans les Côtes-d'Armor le 20 décembre 2009 ( MARCEL MOCHET / AFP/Archives )

"Il restera les petits bateaux, tant qu'il y aura un marché local (...) L’État devra certainement aider beaucoup d'entreprises, aussi bien à la pêche qu'à terre", prévoit-il.

Olivier Le Nézet, le président du comité régional des pêches de Bretagne, une région qui assure la moitié des captures françaises, est aussi très inquiet: "Il faut continuer à produire, même avec moins de volume, que les mareyeurs s'y remettent, que les GMS (grandes et moyennes surfaces) jouent le jeu et que les consommateurs achètent du poisson (...) on est sur de la cueillette; sans continuité de la filière, tout va s'arrêter", craint-il, dans l'attente que "le ministre donne des ordres à ses fonctionnaires. Nous, on leur dit tout ce qu'il faudrait faire mais ils ne le font pas".

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 02/04/2020

L'enjeu de ce début de séance sera de savoir si le CAC40 parvient à se maintenir au-dessus des 4...

Publié le 02/04/2020

Pernod Ricard, dont la dette senior à long terme est notée Baa1 (outlook stable) par Moody's et BBB+ (outlook stable) par Standard & Poor's, a procédé, hier, à une émission obligataire libellée…

Publié le 02/04/2020

Au 31 décembre 2019, les produits opérationnels de Sensorion, essentiellement le crédit d'impôt recherche, s'élevaient à 2,5 millions d'euros, soit...

Publié le 02/04/2020

Getlink fait état d'un trafic de Navettes Passagers en repli de 46% en mars avec le transport de 94...

Publié le 02/04/2020

SpineGuard, entreprise qui conçoit, développe et commercialise des dispositifs médicaux destinés à sécuriser et à simplifier le placement d'implants osseux, annonce aujourd'hui l'obtention du…