En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 309.90 PTS
-3.38 %
5 334.50
-2.89 %
SBF 120 PTS
4 215.94
-3.37 %
DAX PTS
11 890.35
-3.86 %
Dow Jones PTS
25 409.36
-1.39 %
8 461.83
+0.3 %

Coronavirus: le confinement des Chinois va peser sur l'industrie mondiale du luxe

| AFP | 535 | 5 par 1 internautes
Boutique Dolce & Gabbana à Pélin le 22 novembre 2018
Boutique Dolce & Gabbana à Pélin le 22 novembre 2018 ( Nicolas ASFOURI / AFP/Archives )

Les Chinois sont les plus gros consommateurs de luxe au monde, et leur confinement en raison de l'épidémie de coronavirus va immanquablement générer un manque à gagner sur les ventes de produits haut de gamme, dans leur propre pays comme à l'étranger.

Les Chinois, moteurs de l'industrie du luxe

Les consommateurs chinois représentent entre 33% et 35% des achats de luxe au niveau mondial en valeur - les chiffres variant selon les études dédiées au secteur.

Le cabinet Bain & Co prédit que cette proportion atteindra même 45% du marché en 2025, avec "la moitié de leurs achats de luxe réalisés en Chine continentale".

Les Chinois sont en premier lieu de gros acheteurs de produits de marque dans leur pays, et plus largement en Asie où les marques de luxe disposent d'un large réseau de boutiques: cette région (hors Japon) contribue pour 30% aux ventes totales de LVMH, 38% pour Richemont, 32% pour Kering et 36% pour Hermès.

L'Empire du Milieu est également le premier émetteur de touristes, avec près de 150 millions de voyages à l'étranger comptabilisés en 2018 par l'Organisation mondiale du tourisme, un chiffre qui a plus que triplé en dix ans. Lors de leurs séjours à l'étranger en 2018, les Chinois ont dépensé 277 milliards de dollars, ce qui en fait les touristes les plus dépensiers, toujours selon l'OMT.

Leurs achats de prédilection

En Europe, l'habillement de luxe arrive en tête des achats détaxés des voyageurs chinois (43,7%, avec un panier moyen de 1.281 euros), suivis par les grands magasins (23,8%, 1.172 euros), selon la société spécialisée dans la détaxe Planet.

A Paris et en région parisienne, première destination en Europe des visiteurs chinois, ils dépensent (hors transport) 40% de leur budget vacances dans l'hébergement, 26% dans le shopping et 20% dans l'alimentation et la restauration, selon le Comité régional du tourisme.

Pour l'achat de "biens durables", non consommés sur place, comme les sacs à main, vêtements, parfums ou simples souvenirs, les touristes chinois ont dépensé 265 millions d'euros en 2018 dans la région.

Les Grands Magasins français (Galeries Lafayette, Printemps, Le Bon Marché) ont représenté 57,9% de leurs achats détaxés, avec un panier moyen de 2.193 euros en 2019. Suivent les enseignes d'habillement de luxe (25,9% des achats détaxés), les sacs et bagages (7,5%) et les parfums et cosmétiques (3,1%), détaille Planet à l'AFP.

Quel impact sur les ventes?

Les géants de luxe - LVMH, Richemont, Kering, Hermès - ne s'expriment pas pour l'instant sur l'effet que pourrait avoir le coronavirus sur leurs ventes dans l'Hexagone, en Europe ou en Asie.

Mais certaines marques commencent à estimer leurs pertes: jeudi, Capri Holdings (qui détient les marques Versace, Michael Kors, Jimmy Choo) a annoncé que la situation en Chine entraînerait un manque à gagner d'environ 100 millions de dollars sur son chiffre d'affaires.

Le britannique Burberry, sans abaisser ses prévisions de ventes, a indiqué que 24 de ses 64 magasins en Chine étaient fermés, et dit anticiper en Europe, au vu des "restrictions croissantes imposées aux voyages, une détérioration dans les semaines à venir".

Du côté des cosmétiques, très appréciés des consommateurs chinois, la société américaine Estée Lauder a revu en baisse ses ambitions financières pour l'année au vu du "déclin significatif de la fréquentation dans des magasins clé et des zones touristiques", tandis que le japonais Shiseido a fait état d'un effondrement de 55% de ses ventes la dernière semaine de janvier en Chine.

Le français L'Oréal dit anticiper un impact momentané sur le marché de la beauté en Asie, tout en précisant qu'il est "encore trop tôt pour l'évaluer".

"Pendant cette période autour du Nouvel an qui dure six semaines, les Chinois dépensent 10% de leur budget annuel. En France, cela correspond à 200 millions d'euros, et 800 millions en Europe. Une chute de 10 points seulement de la clientèle chinoise engendrerait donc une perte de chiffre d'affaires de 20 millions en France et 80 millions en Europe", indique à l'AFP Denis Leroy, directeur général France de la société Planet.

Si les géants du luxe européens "ont de la marge pour résister à un impact modéré sur leurs revenus", ces répercussions dépendront aussi "de la vitesse à laquelle le virus peut être contenu", estime l'agence de notation Standard and Poor's.

Les analystes de la banque UBS mettent aussi en avant le fait qu'à l'époque du Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère) en 2002-2003, les consommateurs chinois représentaient moins de 10% des achats de luxe, "contre environ 33% aujourd'hui".

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 28/02/2020

Une erreur s'est malencontreusement glissée dans notre précédente dépêche. Les revenus 2019 sont de 68 000 et non 63 000 euros. Suit une version corrigée de l'article. Nanobiotix a publié un…

Publié le 28/02/2020

Nanobiotix a publié un chiffre d'affaires au quatrième trimestre 2019 de 20 000 euros. Les revenus 2019 du spécialiste de la nanomédecine sont de 63 000 euros. La position de trésorerie au 31…

Publié le 28/02/2020

Unibel a publié un chiffre d'affaires de 3,4 milliards d'euros pour l'exercice 2019, en croissance de 2,8%, ou +1% en croissance organique. Selon le groupe, celle-ci aurait été de +2% hors impact…

Publié le 28/02/2020

A la suite de ses récentes publications, le groupe Renault souhaite préciser que le plan d’optimisation, mentionné lors de la publication des résultats annuels 2019, et ayant pour ambition de…

Publié le 28/02/2020

Iliad S.A. annonce avoir finalisé vendredi, conformément à l’accord annoncé le 3 septembre dernier, la mise en œuvre de son partenariat stratégique avec InfraVia (fonds d’infrastructure…