En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 351.49 PTS
-
4 311.50
-
SBF 120 PTS
3 414.93
-
DAX PTS
9 632.52
-
Dow Jones PTS
21 636.78
-4.06 %
7 588.37
+0. %

Coronavirus: foot et chômage partiel, un cocktail légal mais détonnant

| AFP | 209 | Aucun vote sur cette news
Le défenseur brésilien de Lyon Fernando Marçal au Parc des Princes de Paris le 9 février 2020
Le défenseur brésilien de Lyon Fernando Marçal au Parc des Princes de Paris le 9 février 2020 ( GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP/Archives )

Les stars du foot français au chômage technique! Comme Marseille et Lyon, plusieurs clubs de Ligue 1 ont fait usage du dispositif d'activité partielle pour réaliser des "économies significatives" pendant l'arrêt du Championnat, un recours aux deniers publics contestable mais légal.

Face au ralentissement économique lié au coronavirus, le gouvernement a élargi le principe du chômage partiel à "tous les secteurs d'activité", avec une allocation plus généreuse. L'OM et l'OL s'y sont engouffrés, tout comme Nice, Reims ou Montpellier.

Concrètement, le club indemnise ses joueurs, ses secrétaires, ses kinés ou encore ses jardiniers à 70% de leur rémunération brute (environ 84% en net). Puis l'État le rembourse, dans la limite de 4.850 euros par salarié, selon un décret dont la publication est attendue cette semaine.

Le gain direct est "significatif" concernant le personnel non-sportif, remarque Aymeric Hamon, avocat en droit social au cabinet Fidal. Mais beaucoup moins pour les stars du ballon rond, car "l'employeur ne se fera rembourser qu'une part marginale de leur salaire réel".

De fait, l'indemnisation versée par l'Etat au club ne représente qu'une infime partie du salaire brut mensuel d'un joueur, estimé en moyenne à 212.000 euros par exemple à l'OM selon le journal sportif L'Equipe.

Le président de l'AS Saint-Etienne Bernard Caïazzo le 20 mai 2019 à Washington (Etats-Unis)
Le président de l'AS Saint-Etienne Bernard Caïazzo le 20 mai 2019 à Washington (Etats-Unis) ( MANDEL NGAN / AFP/Archives )

En Ligue 1, "il n'y a pas beaucoup de footballeurs qui gagnent 6.000 euros. Derrière, ce sont les clubs qui vont devoir payer. Et actuellement, ils n'ont plus de recettes", relevait dimanche Bernard Caïazzo, dirigeant de Saint-Etienne.

20 à 30% d'économies

Pour autant, mettre les joueurs au chômage partiel permet d'alléger considérablement les finances des clubs, relèvent les spécialistes interrogés par l'AFP.

En effet, l'allocation versée aux joueurs par le club "n'étant pas assimilée à du salaire, il va faire l'économie substantielle de toutes les charges sociales, salariales et patronales" (hormis la CSG et la CRDS) payées en temps normal, explique M. Hamon.

Selon lui, certains pourraient même être tentés de compenser intégralement la rémunération des joueurs pour ne pas "s'aliéner" le vestiaire, leur plus précieux actif. La loi les y autorise.

"En mettant le club au chômage partiel et en maintenant le salaire de ses sportifs professionnels, l'employeur va gagner entre 20 et 30% en moyenne. C'est énorme sur la masse salariale d'un club", affirme l'avocat en droit social.

Le procédé révolte l'agent de joueurs Yvan Le Mée, interrogé par l'AFP. "Ce n'est pas très, très joli ni logique que le football utilise de l'argent public pour financer une partie des salaires des joueurs", sachant qu'il y en a "besoin dans beaucoup d'autres domaines plus importants que celui-là", notamment le système de santé, actuellement sous forte pression.

Du côté des joueurs, la baisse de salaire n'a donné lieu à aucune contestation apparente.

Le directeur sportif de Brest Grégory Lorenzi le 10 août 2019 au stade Francis-Le Blé de Brest (France)
Le directeur sportif de Brest Grégory Lorenzi le 10 août 2019 au stade Francis-Le Blé de Brest (France) ( Fred TANNEAU / AFP/Archives )

"Ce n'est pas le plus important. Certains font même des dons pour aider les malades. La rémunération n'est pas un sujet de discussion", balaie Grégory Lorenzi, directeur sportif de Brest.

"Solution d'urgence"

Même tonalité à l'UNFP, le syndicat des joueurs. "Personne ne s'y oppose apparemment, c'est une solution d'urgence", assure son président Philippe Piat. "Les joueurs sont dans un très bon état d'esprit, ils ont compris qu'un éventuel sinistre dans un club impacterait potentiellement tout le secteur".

Mais "que se passe-t-il si au bout de six semaines il y a toujours du chômage partiel? Pourrait-on licencier?", s'interroge le patron de l'UNFP.

Le sujet interpelle néanmoins Jean-Jacques Bertrand, spécialiste en droit du sport. Conseiller de plusieurs sportifs, il s'inquiète notamment pour les joueurs en fin de contrat au 30 juin, surtout si la saison s'étire au-delà de cette date.

Sur ce point, l'attitude des clubs sera déterminante, selon l'avocat qui n'exclut pas non plus des litiges sur les salaires et la question des congés imposés.

"Plus on arrivera à un dialogue social et à un accord des familles du football, plus on évitera des risques de contentieux. Autrement, chacun va défendre sa paroisse et des litiges vont forcément se multiplier", fait-il valoir auprès de l'AFP, en plaidant pour une discussion approfondie au niveau national.

Lundi soir, la Ligue de football professionnel a annoncé qu'elle souhaitait que des discussions s'engagent "pour adopter une position commune sur le dialogue social entre les clubs et l'UNFP". Et tenter de trouver des solutions face à l'interruption des compétitions.

eba-ama-fcc-jta/jed/av

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/03/2020

"Nous nous préparons à devoir faire face à un climat économique entièrement nouveau du fait de la crise du COVID-19"...

Publié le 27/03/2020

Le secteur du tourisme à Paris a été affecté par un ralentissement sur le 1er trimestre 2019 dû au mouvement des gilets jaune et par un second ralentissement en décembre 2019 relatif aux…

Publié le 27/03/2020

Thierry Lescasse reprend les fonctions de Benoît Jacheet, dont la mission prend fin avec l'aboutissement du plan de restructuration financière...

Publié le 27/03/2020

Le Groupe CAFOM, acteur majeur de l'équipement de la maison en Europe et en Outre-Mer, fait un point sur l'impact à ce jour de l'épidémie de Covid-19...

Publié le 27/03/2020

Le groupe Vicat annonce aujourd'hui que les perspectives 2020, présentées le 14 février 2020 dans le cadre des résultats 2019, devront désormais être...