En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 154.58 PTS
-1.57 %
4 133.50
-2.01 %
SBF 120 PTS
3 262.43
-1.67 %
DAX PTS
9 525.77
-0.47 %
Dow Jones PTS
20 967.97
-2.08 %
7 513.33
-1.6 %

Coronavirus : Donald Trump pressé de lever les restrictions aux Etats-Unis

| Boursier | 384 | 4 par 1 internautes

Le président américain Donald Trump a affirmé mardi qu'il "adorerait" lever pour Pâques les restrictions mises en place pour lutter contre le coronavirus. Il craint que "le remède ne soit pire que le mal".

Coronavirus : Donald Trump pressé de lever les restrictions aux Etats-Unis
Credits Reuters

Le président américain Donald Trump a affirmé mardi qu'il "adorerait" lever pour Pâques, le 12 avril prochain, les mesures de restriction de déplacements et de réunions prises pour lutter contre le coronavirus, et a dit craindre de graves conséquences économiques dans le cas contraire.

Les propos du président américain interviennent alors que la pandémie accélère sa propagation outre-Atlantique, et que les experts médicaux réclament à l'inverse des mesures de confinement plus drastiques et prolongées au niveau national.

Une récession plus dangereuse que le coronavirus?

Dans une interview avec la chaîne américaine 'Fox News', Donald Trump a affirmé qu'un confinement trop prolongé pourrait "détruire" l'économie de la première puissance mondiale. "On peut détruire un pays en le fermant de cette façon", a-t-il expliqué, estimant qu'une "grave récession" pourrait faire plus de victimes que le nouveau coronavirus.

"On peut perdre un certain nombre de personnes à cause de la grippe. Mais on risque de perdre plus de personnes en plongeant le pays dans une récession grave ou une dépression", a-t-il dit, évoquant la possibilité de "milliers de suicides".

"Il faut retourner au travail, beaucoup plus tôt que les gens ne le pensent", a-t-il ajouté. "Les gens peuvent retourner travailler et ils peuvent aussi faire preuve de bon sens" en pratiquant la distanciation sociale et en suivant les conseils sanitaires, a-t-il expliqué.

Les Américains "veulent retourner au travail", selon Trump

Dans un tweet publié mardi, Donald Trump a aussi estimé que "le remède ne doit pas être pire que le mal". "Nos concitoyens veulent retourner au travail. Ils pratiqueront la distanciation sociale et autres, et les Seniors seront protégés (...) Nous pouvons faire les deux en même temps", a-t-il insisté, appelant le Congrès à "agir maintenant" en adoptant le plan de soutien massif de 2.000 milliards de dollars proposé en fin de semaine dernière par l'administration Trump. "Nous serons encore plus forts !" après cette épreuve, a-t-il conclu.

La grippe fait environ 37.000 morts en moyenne chaque année aux Etats-Unis. En quelques semaines, le nouveau coronavirus a entraîné la mort de 696 personnes, avec près de 53.268 cas officiellement déclarés mardi soir, selon le comptage de l'université américaine John Hopkins. Les experts mettent toutefois en garde contre une explosion du nombre de victimes du Covid-19 si les mesures de restriction et de confinement étaient relâchées trop tôt.

Vers une chute libre du PIB au 2e trimestre aux Etats-Unis

De leur côté, les économistes tentent d'évaluer les conséquences de la pandémie sur l'économie américaine. Ceux de la banque JP Morgan Chase estiment que le PIB des Etats-Unis pourrait fondre de 14% au 2e trimestre, tandis que Goldman Sachs entrevoit une chute de 24% sur la même période.

Bank of America et l'institut Oxford Economics sont un peu moins pessimistes et prévoient une baisse de 12% du PIB au 2e trimestre. Le chômage devrait bondir, pour atteindre un rythme de 2,25 millions de demandeurs d'emploi par semaine, selon Goldman Sachs, 3 millions selon Bank of America et 4 millions pour Citigroup...

Pour sa part, Greg Brown, professeur de finances à la Kenan-Flagler Business School (Caroline du Nord), estime que le taux de chômage pourrait grimper jusqu'à 9% dans deux mois à venir, contre seulement 3,5% en février, son plus bas niveau depuis 50 ans...) D'autres économistes envisagent même un taux de chômage de 20% si l'économie américaine était durablement paralysée par le Covid-19.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/04/2020

Unibel a annoncé que, compte tenu des incertitudes résultant du contexte actuel lié au COVID-19, l'assemblée générale du 14 mai 2020 se tiendra au siège social, 2, Allée de Longchamp 92 150…

Publié le 03/04/2020

Dans son communiqué du 11 mars dernier, Transgène a initialement prévu une consommation nette de trésorerie de l'ordre de 25 millions d'euros pour 2020. Malgré les effets difficilement…

Publié le 03/04/2020

Transgene prévient qu'elle pourrait souffrir de dysfonctionnements dans la chaîne d'approvisionnement et d'expédition dont elle dépend

Publié le 03/04/2020

Le Crédit Agricole a adapté son dispositif d’accompagnement des clients aux particularités du marché des agriculteurs. Il intensifie ses actions pour accompagner ses clients exploitants…

Publié le 03/04/2020

Une valeur de qualité...