En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 442.75 PTS
-
4 450.50
-
SBF 120 PTS
3 499.45
-
DAX PTS
10 332.89
-0.23 %
Dow Jones PTS
23 433.57
+3.44 %
8 229.54
+2.24 %

Coronavirus: 3.600 entreprises et 60.000 salariés concernés par le chômage technique

| AFP | 717 | 5 par 1 internautes
Muriel Pénicaud le 26 février 2020 à Paris
Muriel Pénicaud le 26 février 2020 à Paris ( Ludovic Marin / AFP/Archives )

Quelque 3.600 entreprises pénalisées par la propagation du nouveau coronavirus ont demandé à bénéficier de mesures de chômage partiel pour environ 60.000 salariés, a indiqué jeudi la ministre du Travail Muriel Pénicaud, soit quatre fois plus qu'en fin de semaine dernière.

Ce dispositif d'activité partielle, qui vise à maintenir l'emploi en cas de baisse d'activité, représente à ce stade un coût de 180 millions d'euros pour l'État, a ajouté la ministre sur la plateau de LCI, assurant "ne pas avoir de limite budgétaire" pour "sauver l'emploi".

Lorsque les salariés sont placés en position d'activité partielle, le contrat de travail est suspendu mais non rompu.

"On évite des dizaines de milliers de licenciements. C'est un outil qui permet de préserver l'emploi et le revenu du salarié", a souligné Mme Pénicaud, assurant que les directions régionales du travail s'efforcent de répondre en 48 heures aux demandes des entreprises.

Les salariés perçoivent une indemnité horaire de leur employeur qui doit correspondre au minimum à 70% de la rémunération antérieure brute (84% du salaire net).

De son côté l'État a porté au niveau du Smic l'indemnité horaire compensatrice versée aux employeurs ayant recours à ce dispositif.

"On est en train de regarder si on peut aller au-delà du Smic", a dit Mme Pénicaud.

"Le tourisme, la restauration, l'événementiel et les transports sont les quatre secteurs qui nous préoccupent le plus", a-t-elle indiqué.

Elle a rappelé que "toute entreprise peut demander par un simple mail le report de ses paiements de charges sociales et fiscales" et la nomination d'un médiateur sur le crédit entre les banques et les petites entreprises.

Après les mesures d'urgence, "il faudra qu'il y ait un plan de relance" de l'économie pour "rebâtir des capacités", a-t-elle aussi estimé.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 08/04/2020

Le produit de cette émission obligataire sera utilisé pour le refinancement du crédit relais conclu dans le contexte de l'acquisition d'Altran Technologies...

Publié le 08/04/2020

Rendez-vous le 16 avril...

Publié le 08/04/2020

Sur les farines de sarrasin, l'activité est fortement impactée avec la fermeture des crêperies et restaurants...

Publié le 08/04/2020

U10, qui ne distribuera pas de dividende, précise l'impact de la crise sanitaire...

Publié le 08/04/2020

Un acompte sur dividende de 0,17 euro par action ayant été versé en septembre 2019, cette proposition de dividende de Spie impliquait un solde de 0,44 euro par action...