En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 154.58 PTS
-
4 138.00
-1.9 %
SBF 120 PTS
3 262.43
-
DAX PTS
9 525.77
-
Dow Jones PTS
21 052.53
-1.69 %
7 528.11
+0. %

Coronavirus: 250 salariés de General Electric font valoir leur droit de retrait à Belfort

| AFP | 1333 | Aucun vote sur cette news
Le site General Electric de Belfort le 7 octobre 2019
Le site General Electric de Belfort le 7 octobre 2019 ( SEBASTIEN BOZON / AFP/Archives )

La direction de General Electric à Belfort a suspendu la production jusqu'à nouvel ordre, après que 250 salariés ont exercé leur droit de retrait mardi en raison de la pandémie de coronavirus, a-t-on appris mercredi de source syndicale.

Dans un document interne envoyé aux salariés, que l'AFP a pu consulter, la direction du géant américain explique avoir "temporairement stoppé l'ensemble des activités de production afin d'évaluer et de préparer une reprise d’activité dès que possible dans les meilleures conditions sanitaires".

Selon la CGT toutefois, les salariés sont en danger s'ils poursuivent le travail, nombre d'ouvriers œuvrant dans des ateliers où la proximité est forte. "On est des bêtes à produire que l'on n'est pas capable de protéger", s'est emporté Cyril Caritey, délégué syndical CGT du site belfortain.

Le syndicat réclame des mesures de chômage partiel et menace d'aller devant les tribunaux si des cas de Covid-19 se déclaraient. Une procédure pour danger grave et imminent a déjà été lancée mardi matin.

"La priorité numéro un de GE est la santé et la sécurité de nos employés", a réagi la direction qui espère que "l'application et (le) renforcement des mesures de distanciation et de gestes barrières" permettra "une reprise du travail (...) dans les meilleures conditions".

"En tant qu'acteur stratégique dans le domaine de l'énergie, nous devons assurer la continuité de la production et de nos activités de services pour répondre aux besoins vitaux de nos clients en France et dans le monde", a ajouté le groupe qui emploie 4.300 salariés dans le Territoire de Belfort.

Chez Punch Powerglide, fabricant de boîtes de vitesse à Strasbourg, les salariés, appelés à exercer leur droit de retrait par la CGT et la CFDT, ont obtenu la "mise en activité partielle (de l'entreprise) dès (mercredi) jusqu'au 15 avril", ont annoncé les deux organisations syndicales.

"Il y a des cas (de coronavirus) avérés dans l'usine, avec un de nos collègues en réanimation", avance Christophe Schuhmacher, délégué syndical CGT, précisant que "500 personnes (travaillaient) dans les ateliers" en étant "très inquiètes".

En Moselle, la fédération du PCF a appelé l'Etat à prendre "ses responsabilités (...) en imposant l'arrêt des activités non essentielles dans le département" pour "préserver les salariés et renforcer l'efficacité du confinement dans l'intérêt de tous".

A l'issue d'un CSE mercredi, l'arrêt du site d'ArcelorMittal à Florange, qui emploie 2.300 salariés, a été décidé "au moins jusqu'à lundi", a indiqué à l'AFP Jean-Marc Vecrin, délégué syndical national CFDT.

Syndicats et direction se réuniront alors pour "décider s'il faut mettre en place des équipes réduites pour honorer certaines commandes", a-t-il ajouté.

"C'est une décision sage, ça devenait compliqué", a observé M. Vecrin, annonçant qu'un salarié avait été diagnostiqué positif au coronavirus.

La direction avait annoncé mardi poursuivre la production, une décision jugée "irresponsable" par la CGT.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/04/2020

Le groupe publiera son chiffre d'affaires du premier trimestre le 15 avril

Publié le 03/04/2020

Le rendez-vous de l'Opep+ sera ouvert à tous les producteurs, et pas seulement aux membres de l'organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés habituels...

Publié le 03/04/2020

Unibel a annoncé que, compte tenu des incertitudes résultant du contexte actuel lié au COVID-19, l'assemblée générale du 14 mai 2020 se tiendra au siège social, 2, Allée de Longchamp 92 150…

Publié le 03/04/2020

Dans son communiqué du 11 mars dernier, Transgène a initialement prévu une consommation nette de trésorerie de l'ordre de 25 millions d'euros pour 2020. Malgré les effets difficilement…