En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.50 %

Corée du Nord: le charbon est en rade mais les affaires russes sont florissantes

| AFP | 808 | 5 par 1 internautes
Une montagne de charbon nord-coréen dans le port de Rajin, dans la zone économique spéciale de Rason, le 21 novembre 2017 en Corée du Nord
Une montagne de charbon nord-coréen dans le port de Rajin, dans la zone économique spéciale de Rason, le 21 novembre 2017 en Corée du Nord ( Ed JONES / AFP )

A la pointe nord-est de la Corée du Nord, une barrière métallique de trois mètres de haut hérissée de fil barbelé est en première ligne des efforts de l'ONU pour interdire à Pyongyang d'exporter son charbon.

A cause des sanctions, une montagne de charbon nord-coréen qui aurait été jadis destiné à la Chine, s'empile derrière cette barrière dans le port de Rajin, tout près de la frontière chinoise et russe.

Mais deux millions de tonnes de charbon russe ont transité cette année sur le quai voisin, arrivant par train et repartant par bateau en Chine, grâce à l'opérateur portuaire russe RasonConTrans.

Ses activités sont spécifiquement exclues du champ des sanctions de l'ONU qui visent les programmes nucléaire et balistique nord-coréens.

Ce qui n'empêche que certains tentent de s'en servir pour les contourner, a expliqué à l'AFP le directeur adjoint de RasonConTrans, Roman Minkevitch.

"Ils nous demandent, mais on dit non, on ne fait pas ça". Il en veut pour preuve le charbon bloqué sur le quai d'à côté.

"La-bas, c'est du charbon nord-coréen, il est frappé de sanctions maintenant, alors il est toujours là", dit-il.

Un employé russe devant une barrière métallique de la RasonConTrans, le 21 novembre 2017 au port de Rajin, dans la zone économique spéciale de Rason, en Corée du Nord
Un employé russe devant une barrière métallique de la RasonConTrans, le 21 novembre 2017 au port de Rajin, dans la zone économique spéciale de Rason, en Corée du Nord ( Ed JONES / AFP )

Il se refuse à préciser qui demande à sa société de tricher. "Des gens", dit-il. "Différentes personnes".

Le panel de spécialistes de l'ONU pour la Corée du Nord avait expliqué dans son rapport semestriel que Pyongyang s'était "délibérément servi de canaux indirects pour exporter des marchandises prohibées".

- Attirer les entreprises étrangères -

Une photo du président russe Vladimir Poutine (d) serrant la main du leader nord-coréen décédé Kim Jong-Il dans le bureau du directeur adjoint de RasonConTrans, Roman Minkevitch, au port de Rajin, le 21 novembre 2017
Une photo du président russe Vladimir Poutine (d) serrant la main du leader nord-coréen décédé Kim Jong-Il dans le bureau du directeur adjoint de RasonConTrans, Roman Minkevitch, au port de Rajin, le 21 novembre 2017 ( Ed JONES / AFP )

Pendant des années, le charbon a rapporté gros à Pyongyang. La Chine, principal allié du Nord, en a importé 22 millions de tonnes en 2016 pour près d'1,2 milliard de dollars.

Pékin dit avoir cessé aujourd'hui. En revanche, les affaires de RasonConTrans sont florissantes.

Depuis qu'elle a commencé ses opérations en 2015, ses volumes ont doublé chaque année. L'entreprise vise les trois millions de tonnes en 2018, et au-delà cinq millions de tonnes.

Cela représente entre trois et six mouvements de bateaux par mois. Le quai peut accueillir des navires de 180 mètres de long, d'une capacité de 50.000 tonnes de charbon chacun, la plupart ayant pour destination Shanghai.

Sur la colline derrière la ville de Rajin, s'étale une raffinerie de pétrole désaffectée, initialement construite pour traiter le brut soviétique, à l'époque où le grand frère communiste fournissait à Pyongyang des matières premières peu coûteuses, voire gratuites.

Des grues et du charbon nord-coréen dans le port de Rajin, dans la zone économique spéciale de Rason, le 21 novembre 2017 en Corée du Nord
Des grues et du charbon nord-coréen dans le port de Rajin, dans la zone économique spéciale de Rason, le 21 novembre 2017 en Corée du Nord ( Ed JONES / AFP )

Les habitants imputent la fermeture aux sanctions mais la raffinerie est à l'arrêt depuis des années, l'oisiveté de ses cheminées témoignant d'un rêve économique inachevé.

Deux larges statues de bronze du fondateur de la Corée du Nord Kim Il-Sung et de son fils et successeur, Kim Jong-Il, veillent sur Rajin.

Rajin est le port de la Zone économique spéciale (ZES) de Rason, ouverte par Pyongyang pour attirer les entreprises étrangères là où le pays isolé fait frontière commune avec les géants russe et chinois.

- Relations fraternelles -

Malgré les règles économiques plus souples qui y règnent, la localité est remplies des affiches de propagande qu'on voit partout ailleurs en Corée du Nord.

A Rajin, le coût de la manutention portuaire est inférieure de 30 à 40% à celui des ports russes. Les Nord-Coréennes sont des grutières particulièrement douées, probablement à cause du soin qu'elles mettent à réaliser des tâches répétitives, note M. Minkevitch.

Les concurrents de RasonConTrans sur la côte Pacifique russe approchent également leurs capacités maximales. La Chine et des économies gourmandes en énergie mais pauvres en ressources comme le Japon, la Corée du Sud et Taïwan n'ont jamais trop du charbon extrait des vastes mines russes, poursuit M. Minkevitch.

Moscou et Pyongyang entretiennent de longue date des relations fraternelles. La photo d'une rencontre entre Kim Kong-Il et Vladimir Poutine à Moscou en 2001 trône dans le bureau de RasonConTrans.

La société, filiale de Russian Railways, est détenue à 30% par le port de Rajin.

Troisième contribuable de la ZES, l'entreprise emploie environ 300 Nord-Coréens et 110 Russes. Elle importe directement de Russie l'essentiel de ses besoins, comme le diesel pour ses générateurs.

Elle est quasiment totalement indépendante de l'alimentation électrique aléatoire nord-coréenne. D'après M. Minkevitch, la ZES est dans le noir environ 30% du temps.

Si certains aspects de la Corée du Nord lui rappellent l'ancienne Union soviétique, explique-t-il, travailler dans un pays soumis à de telles sanctions demeure une "expérience unique".

Il est difficile d'importer des pièces détachées et du matériel de construction et "il y a bien plus de paperasse". "C'est intéressant mais c'est dur".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…