En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 780.83 PTS
-0.67 %
4 781.5
-0.48 %
SBF 120 PTS
3 808.49
-0.61 %
DAX PTS
10 694.30
-0.87 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
+0.00 %
1.141
+0.20 %

Assurance chômage: le possible durcissement des sanctions dénoncé à gauche et au FN

| AFP | 999 | 3 par 2 internautes
L'exécutif envisagerait de durcir certaines sanctions vis-à-vis des chômeurs ne recherchant pas assez activement un emploi
L'exécutif envisagerait de durcir certaines sanctions vis-à-vis des chômeurs ne recherchant pas assez activement un emploi ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

L'exécutif envisage de durcir certaines sanctions vis-à-vis des chômeurs ne recherchant pas assez activement un emploi dans le cadre de la future réforme de l'assurance chômage, selon une note interne révélée mercredi par le Canard Enchaîné et qui suscite ire et désapprobation à gauche et au FN.

Après les ordonnances réformant le code du travail, le gouvernement s'attaque à un nouveau dossier explosif, la réforme de l'indemnisation du chômage, promesse de campagne du candidat Emmanuel Macron. Le sujet a été renvoyé à la négociation entre partenaires sociaux, qui doivent faire des propositions au gouvernement à la mi-février.

Dans son édition de mercredi, l'hebdomadaire satirique révèle ce qu'il qualifie de "plan secret du gouvernement" destiné à "durcir le contrôle des chômeurs". Il cite une note interne du directeur de cabinet de la ministre du Travail Muriel Pénicaud, qui ébauche un renforcement des sanctions, couplé à l'obligation faite à chaque demandeur d'emploi de remplir un "rapport d'activité mensuel", listant les démarches effectuées pour favoriser son retour à l'emploi.

Actuellement, en cas de recherche d'emploi insuffisante ou de refus de formation, un chômeur peut voir son allocation réduite de 20% pendant deux à six mois. Selon la note, l'allocation serait réduite de 50% pendant deux mois.

Sollicités par l'AFP, ni Matignon, ni le ministère du Travail n'ont souhaité réagir.

Interrogé par LCI à Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées), région où il passe quelques jours de vacances, le président Emmanuel Macron a assuré plus globalement que le contrôle des chômeurs était "normal" et ne présentait "rien de choquant", sans pour autant que ces règles signifient "qu'on va poursuivre chacun ou qu'il y a une suspicion derrière chacun".

"Je n'accepte aucun discours qui consiste à réduire les femmes et les hommes qui sont au chômage à des gens qui frauderaient, ce n'est pas vrai", a déclaré le chef de l'Etat.

"Ce qui est écrit dans le Canard a été un temps envisagé", a assuré une source syndicale à l'AFP. Mais selon elle, il ressort des réunions avec "le cabinet" de Muriel Pénicaud que la réforme de l'échelle des sanctions devrait finalement "être soft".

"Pour le moment, c'est une note (...) je ne sais pas ce qu'en pense réellement la ministre", a relativisé le numéro un de FO Jean-Claude Mailly, qui a jugé son contenu "pas acceptable".

Le renforcement des sanctions, mais aussi des contrôles, était présenté, pendant la campagne présidentielle, comme le pendant d'une ouverture de l'assurance chômage aux indépendants et à un plus grand nombre de démissionnaires. Ces deux sujets seront également négociés par les partenaires sociaux.

- "Suspicion généralisée" -

L'hypothèse d'un durcissement des sanctions fait bondir à gauche. "Le PS demande au président de la République et au Premier ministre de ne pas laisser à Pierre #Gattaz le rôle de conseiller +social+ de l’exécutif", a tweeté le Parti socialiste. En octobre, le président du Medef, Pierre Gattaz, avait suggéré l'idée d'un contrôle "journalier", "hebdomadaire" ou "mensuel" des demandeurs d'emploi, suscitant à l'époque un tollé.

Le président Emmanuel Macron (d) et la ministre du Travail Muriel Pénicaud, à Paris le 21 décembre 2017
Le président Emmanuel Macron (d) et la ministre du Travail Muriel Pénicaud, à Paris le 21 décembre 2017 ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / POOL/AFP/Archives )

"La start-up de l'Élysée est diaboliquement créative en cette fin d'année : elle trie et expulse à tour de bras les migrants et promet pour 2018 de mieux contrôler et mieux punir les chômeurs #Thatcher #Malveillance #indignité", a dénoncé dans la foulée sur Twitter l'ex-candidat socialiste à la présidentielle, Benoît Hamon.

Le PCF dénonce, lui, ce "macronisme" pour qui "le chômeur est un suspect qui doit être étroitement surveillé": "À en croire E. Macron et le gouvernement, après une +liberté+ donnée au patronat via la casse du code du travail, la réforme sur l'assurance chômage devait +rééquilibrer+ les choses, avec davantage de +sécurité+ pour les salariés", ironise Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF.

Du côté de La France insoumise, le député de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière récuse une manœuvre pour "rayer" des chômeurs de Pôle emploi et "pouvoir dire après +regardez, grâce à nous, le chômage a reculé+", a-t-il dit sur BFMTV.

Le Front national, par la voix de son porte-parole Jordan Bardella, rejette, lui aussi, cette "suspicion généralisée" sur "des victimes du chômage de masse", plaidant à la place pour "un ciblage des fraudeurs notoires".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/12/2018

  Information relative au nombre d'actions et de droits de vote prévue par l'article 223-16 du règlement général de l'Autorité des marchés…

Publié le 10/12/2018

Alstom a été choisi par Mumbai Metro Rail Corporation Limited (MMRCL) pour fournir un système de signalisation CBTC destiné à la ligne 3 du Métro de Mumbai (Inde). Le contrat, qui s'ajoute à…

Publié le 10/12/2018

Oceasoft, concepteur de capteurs intelligents et connectés pour l’industrie, annonce avoir demandé à Euronext la suspension de la cotation de ses actions sur Euronext Growth à compter du lundi…

Publié le 10/12/2018

Nexans et Marais Laying Technologies Australia, filiale de Tesmec Group, ont noué un partenariat au sein d'un consortium en vue de la fourniture d'un service complet de câbles collecteurs destinés…

Publié le 10/12/2018

Eramet s'effondre de 12% à 57,2 euros à l'ouverture du marché, au plus bas depuis 14 mois...